Baselworld 2016 : HP connectera les montres Lacoste et Hugo Boss

Anthony Nelzin-Santos |

Movado. Si ce nom ne vous dit pas grand-chose, c’est qu’il se cache derrière des franchises lifestyle et fashion parmi les plus connues. Movado produit des montres siglées Hugo Boss, Lacoste, Scuderia Ferrari, Coach, Tommy Hilfiger… Des montres qui seront bientôt connectées, grâce à un nouveau partenariat avec HP.

Movado
Movado impose sa présence au Baselworld 2016, avec un (petit) bâtiment à elle toute seule. Les 4 000 journalistes accrédités doivent passer devant ses stands pour rejoindre la salle de presse où des pubs pour Lacoste tournent en boucle, un placement stratégique.

Movado, que les puristes connaissent sans doute comme l’ancien propriétaire de Piaget ou le fabricant de la fameuse Museum, commercialise rien de moins que deux gammes de montres connectées. La première, avec une Museum Sport plutôt sportive et une Bellina Motion plutôt chic, exploite le mouvement MMT développé par MotionX et Frédérique Constant. La deuxième est conçue en partenariat avec HP : il s’agit de la Bold Motion.

C’est sans doute le modèle sur lequel seront conçues les futures montres connectées des franchises de Movado. L’heure est donnée par de classiques aiguilles, mais des indicateurs lumineux et un vibreur préviennent de l’arrivée d’un message ou d’un appel, et une puce se charge de compter les pas. Une application permet de contrôler le tout, et l’autonomie se compte en mois plutôt qu’en heures.

Mais HP a multiplié les formes en même temps qu’il a multiplé les partenaires industriels — la firme de Palo Alto cherche désespérément la bonne formule. Ainsi chez Isaac Mizrahi, le modèle orné de brillants Swarovski possède un écran OLED en guise de cadran, ce qui permet de détailler les notifications. Mais ni Movado ni HP n’ont levé le voile sur les détails techniques de ces futures montres.

Tout au plus sait-on qu’elles seront disponibles avant la fin de l’année en Amérique du Nord et en Europe. Les moins chères devraient coûter moins de 200 €, ce qui ne disqualifie pas la solution utilisée pour Isaac Mizrahi, actuellement commercialisée à moins de 250 €. Car l’objectif est bien de démocratiser ce genre de montres connectées : Movado évoque pas moins de 25 modèles différents, dans un grand nombre de styles, aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Lire les commentaires →

Wozniak a des sentiments partagés pour l'Apple Watch

Florian Innocente |

L’Apple Watch donne de « petites inquiétudes » à Steve Wozniak. Le cofondateur d’Apple a abordé différents sujets à l’occasion d’une discussion libre sur Reddit, et notamment la fameuse montre. Interrogé sur l’action de Tim Cook, “Woz” a eu une appréciation globalement très positive, attribuant au PDG la même volonté qu’avait Steve Jobs de créer des produits qui soient utiles aux gens plutôt que de nourrir des motivations purement financières.

Mais l’entrée en lice d’Apple dans le secteur de la montre connectée lui pose question (il utilise un modèle acier avec un bracelet aimanté).

Cela m'inquiète un peu - je veux dire que j'aime mon Apple Watch, mais elle nous a emmenés dans le marché de la bijouterie où vous allez acheter une montre entre 500 $ et 1 100 $ en fonction de ce que vous voulez exprimer de vous-même. La seule différence parmi toutes ces montres est leur bracelet. 20 montres de 500 à 1 100 $ et il n'y a que le bracelet qui change ? Disons que ce n'est pas ce qu'était Apple à l'origine, cette société qui a vraiment changé le monde.

En dépit de ce sentiment mi-figue mi-raisin, il conçoit bien qu’il faut évoluer, avancer et s’engager dans « des chemins qui conduisent vers là où se situent les marchés ».

Un peu plus loin, il raconte avoir épuisé son intérêt pour la première Galaxy Gear au bout d’une demi journée, parce qu’elle s’interposait trop entre lui et son téléphone « Alors que l’Apple Watch fait de choses épatantes avec Apple Pay, pour les billets d’embarquement dans les avions et toutes les commandes Siri. J’aimerais que le haut-parleur soit plus fort » conclut-il sur le sujet. Une autre montre connectée qui a eu ses faveurs fut un modèle de Martian avec sa reconnaissance vocale.

Lire les commentaires →

Baselworld 2016 : Victorinox repousse son « bumper connecté »

Anthony Nelzin-Santos |

Tiens, le « Cybertool » n’est pas sur le stand bâlois de Victorinox. Et pour cause : « nous avons décidé de repousser sa commercialisation », nous a expliqué un représentant du célèbre fabricant du couteau suisse. Il n’y a pourtant pas un mois qu’il a été présenté.

Sur le stand de Victorinox, il y avait un couteau suisse, par contre.
Sur le stand de Victorinox, il y avait un couteau suisse, par contre.

Un premier pas vers son annulation pure et simple ? Non, nous promet Victorinox : le Cybertool, conçu en partenariat avec Acer, sera bien disponible « plus tard dans le courant de l’année ». Mais la copie rendue par la société taïwanaise n’est pas encore satisfaisante : « nous préférons attendre d’avoir un produit avec une meilleure finition », concède la firme d’Ibach, tout en assurant que « le partenariat avec Acer n’est pas remis en cause. »

Deux boîtiers Inox, celui de gauche étant recouvert d'une garde en silicone le protégeant dans les utilisations les plus « extrêmes ». Le Cybertool en est inspiré, mais est nettement plus imposant.
Deux boîtiers Inox, celui de gauche étant recouvert d'une garde en silicone le protégeant dans les utilisations les plus « extrêmes ». Le Cybertool en est inspiré, mais est nettement plus imposant.

Reste que le Cybertool semble poser plus de questions qu’il n’apporte de réponses. À l’instar d’une garde de protection, il prend place autour du boîtier de l’Inox, la montre emblématique de Victorinox. Au passage, il l’alourdit sensiblement et l’épaissit considérablement, sans lui ajouter énormément de fonctions. S’il sort finalement, il sera proposé autour de 200 €.

Lire les commentaires →

Kardia Band : un bracelet médical qui a bon cœur

Mickaël Bazoge |

C’est entendu, l’Apple Watch intègre un cardiofréquencemètre plutôt efficace, mais dont l’utilité se limite à la mesure de l’effort sportif : pas question en effet que les mesures de ce capteur servent dans un cadre médical. Apple ne peut pas se prévaloir du tampon de la FDA, l’agence qui, aux États-Unis, certifient les médicaments et les équipements médicaux. Et pour cause : cette certification est longue à obtenir. Ce n’est pas faute d’avoir essayé (lire : iWatch : Apple dans « l'obligation morale » d'en faire plus pour la santé).

Cliquer pour agrandir

La société AliveCor peut se targuer d’être dans les petits papiers de la FDA. Notamment pour son dernier produit, un cardiofréquencemètre plutôt malin, qui se glisse dans un bracelet pour Apple Watch. « Ce n’est pas un jouet. Nous parlons de vie des gens ici », précise à Re/code Vic Gundotra, le PDG de l’entreprise. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est que Gundotra est un ancien haut dirigeant de Google qui a maintenu à bout de bras Google+, désormais sur une voie de garage (lire : Vic Gundotra, le créateur de Google+, n'est plus ami avec Google).

Le dernier produit d’AliveCor, qui fabrique des moniteurs de fréquence cardiaque médicaux, se destine donc aux possesseurs d’Apple Watch. Le Kardia Band est un petit capteur qui s’intègre dans un bracelet spécial et qui communique avec la montre (ou une application iOS), qui génère alors des analyses cardiaques. Celles-ci peuvent ensuite être communiquées à son docteur. Et avec le sceau de la FDA, ces données peuvent servir à établir un diagnostic.

Enfin, ce sera le cas lorsque le régulateur aura donné son accord puisque l’appareil est encore en cours d’examen ; c’est pourquoi le bracelet et son composant ne sont pas encore en vente. Lorsque cela sera le cas, « nous pensons qu’il s’agira du premier accessoire pour montre connectée validé par la FDA », s’enthousiasme Gundotra.

Lire les commentaires →

Baselworld 2016 : « les montres connectées ne bouleversent pas l’horlogerie suisse »

Anthony Nelzin-Santos |
Le fameux bâtiment de la Messe Basel, qui accueille Baselworld.
Le fameux bâtiment de la Messe Basel, qui accueille Baselworld.

C’est le premier Baselworld de WatchGeneration, le deuxième depuis la présentation de l’Apple Watch. Les montres connectées ne sont pas légion dans ce temple de l’horlogerie et de la joaillerie… du moins pas sur les stands des plus grands noms. Mais on ne peut pas faire 100 mètres sans voir une Apple Watch au poignet d’un confrère, ou entendre parler d’Android Wear en passant devant des portes entrebâillées.

Pas de quoi alarmer François Thiébaud, qui dirige Tissot quand il ne préside pas le comité des exposants suisses à Baselworld. « Les montres connectées ont un certain succès, mais peut-être pas le succès escompté », explique-t-il, en citant pêle-mêle bruits de couloirs et chiffres d’analystes plus ou moins bien informés. Lui qui vante la capacité de l’horlogerie suisse à « habiller le temps » se ferait presque dédaigneux quand il se moque de l’autonomie des premières montres connectées et se plaint de leurs vibrations régulières.

Mais il est moins méprisant qu’il n’y paraît, et que certaines des maisons qu’ils représentent : il reconnaît volontiers que les montres connectées ont « des fonctions très attractives ». « Elles apportent quelque chose », dit-il en citant le domaine du sport qui a fait les belles heures de Tissot, mais « elles ne bousculent pas l’horlogerie suisse ». « Plus on parle d’horlogerie, électronique ou pas, mieux c’est. »

Thiébaud se plaît à répéter que la Suisse ne représente que 2 % des ventes de montres : dans un marché d’un milliard d’unités qui n’a pas fini sa croissance, la marge de manœuvre est énorme. Or les montres connectées « touchent les jeunes, des gens qui ne portent pas forcément une montre, mais seront peut-être intéressés par une montre traditionnelle plus tard. » Elles ne viendraient donc pas concurrencer les montres suisses, mais plutôt ouvrir le marché.

Cliquer pour agrandir

Il faudrait donc les ranger au côté « des montres calculatrices et des téléphones », qui devaient aussi tuer les montres suisses, mais n’ont finalement pas empêché le doublement du marché ces dix dernières années. Reste que les ventes de montres suisses entre 200 et 500 francs, le prix de la plupart des montres connectées, se sont effondrées l’an dernier.

S’il reconnaît du bout des lèvres que les montres connectées ont pu détourner quelques clients potentiels, Thiébaud assure que l’essentiel du repli du marché est dû au renchérissement du franc et au contexte politico-économique. Ce n’est pas faux, et l’industrie suisse attend avec impatience que l’activité reprenne, notamment dans une Europe figée par la menace terroriste.

Mais tout de même : les montres connectées « nous obligent à réfléchir ». Cela tombe bien, quelques-uns des plus grands noms de l’horlogerie suisse se sont remués les méninges. Vous pourrez découvrir leurs trouvailles dans les prochains jours sur WatchGeneration.

Cliquer pour agrandir

Lire les commentaires →

Deezer est arrivé sur l'Apple Watch

Florian Innocente |

L’app Deezer pour l’Apple Watch est disponible en téléchargement [6.0], comme nous l’annoncions la semaine dernière alors qu’elle était en phase finale de test. Ce compagnon pour l’app iPhone a un double mérite, celui d’exister alors que les Spotify et consorts boudent la montre, et d’en faire même plus que l’app d’Apple pour son propre service de streaming.

Sur la montre, Deezer pilote la lecture et donne accès à plusieurs sections de contenus : Flow pour les recommandations de nouvelles musiques à découvrir, les Mix, le top des classements et bien sûr les playlists stockées en local sur le téléphone. Une pression Force Touch sur l’écran affiche les options de lecture : répéter, aléatoire et la file d’attente des morceaux à venir.

Lorsque nous avions interrogé Spotify la semaine dernière quant à ses intentions pour l’Apple Watch, la réponse avait été laconique :

Nous testons en permanence de nouvelles choses. Notre but ultime est de nous rendre disponible sur le plus grand nombre possible de plateformes matérielles mais nous n’avons pas d’actualités sur l’Apple Watch.

La mise à jour apporte également à l'app la possibilité de supprimer un autre appareil associé à votre compte utilisateur Deezer.

Lire les commentaires →

Le PlayStation VR disponible à 399 € en octobre

Stéphane Moussie |

Badaboum ! Sony frappe un grand coup sur le marché de la réalité virtuelle en annonçant que le PlayStation VR coûtera seulement 399 €. « Seulement », car l'Oculus Rift et le HTC Vive sont vendus respectivement 699 et 899 €.

Il faudra bien sûr ajouter aux 399 € environ la même somme pour une PlayStation 4, mais le total reste largement inférieur à celui du couple Oculus/Vive + PC gamer. Attention néanmoins, le PlayStation VR nécessitera la PlayStation Camera qui n'est pas incluse. Les possesseurs de PS4 qui n'ont pas cet accessoire devront ajouter environ 50 €.

Le PlayStation VR sera disponible en octobre, juste à temps pour Noël, donc. 50 jeux compatibles sortiront d'ici la fin de l'année, dont le très bon Star Wars : Battlefront. La démo The Playroom VR sera téléchargeable gratuitement.

Le contenu de la boîte

Le casque, qui pèse 610 g, est équipé d'un écran 5,7" Full HD (soit 960 x 1 080 par œil) offrant un champ de vision de 100°, un taux de rafraichissement de 90 à 120 Hz et une latence inférieure à 18 ms.

Lire les commentaires →

Pages