Aperçu des bracelets Apple Watch nylon, cuir et milanais noir

Florian Innocente |

Depuis quelques jours nous avons porté les nouveaux bracelets en nylon pour l’Apple Watch et reçu également la version noire de la maille milanaise et des modèles cuir à boucle classique.

Nylon, cuir, cuir et Nylon encore — Cliquer pour agrandir
Les deux mailles milanaises — Cliquer pour agrandir

De ces trois types d’accessoires ce sont les nylons tissés que nous avons pu utiliser le plus longtemps (59 € en 7 coloris).

Cliquer pour agrandir

Pour peu que l’on trouve couleur à son poignet nous n’avons que du bien à dire de ces bracelets. La matière est agréable et légère, pas excessivement rigide, la fermeture se fait sans trop d’efforts et la fabrication paraît de bonne facture. Mais il faudra plus de recul pour en être certain. Nous ne les avons pas malmenés plus que de raison, à part des passages sous l’eau de temps à autre. Sur la semaine où nous les avons portés, ils ne nous ont pas déçus.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Bonne impression également pour le bracelet Boucle Classique en cuir de veau (169 €). Outre des coloris supplémentaires (9 en tout), il est nettement plus qualitatif que précédemment, à l’oeil comme au toucher, avec l’ajout d’une surpiqûre.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Dernière bonne surprise, la déclinaison en noir sidéral du bracelet milanais. À ceci près que ce simple choix de couleur fait bondir la note de 169 € à 229 € ! On se croit revenu au temps du MacBook blanc/noir de 2005 où Apple faisait payer plus ou moins cher la couleur de la peinture de son portable…

La nouvelle maille milanaise noire à gauche sur une Apple Watch Sport — Cliquer pour agrandir

Reste que le résultat est tout à fait réussi. L’accessoire se marie plus volontiers avec une Apple Watch de couleur sombre mais il ne jure pas avec les modèles aciers qui reflètent sa tonalité plus sombre. Il est moins brillant que l’autre et se fera plus discret.

Il nous a très fortement semblé aussi que le revêtement était différent entre le bracelet argent et celui-ci. Le nouveau étant plus “rugueux” lorsqu’on passe le pouce dessus. Ca n’enlève rien à son confort et surtout, le fermoir aimanté glisse beaucoup moins. C’était notre principal grief dès les premiers moments où nous avions porté ce bracelet l’année dernière, il fallait continuellement le resserrer (lire Déception avec le bracelet milanais de l’Apple Watch). Cela ne se produit plus qu’épisodiquement avec ce modèle et cela rend son utilisation bien plus agréable.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
La maille milanaise noire sur une Apple Watch boîtier acier — Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

En définitive et sauf mauvaise surprise sur la manière dont vieilliront ces bracelets, aucun n'a révélé de défaut ou induit de gêne particulière lors de son utilisation. Il y a du nouveau dans toutes les gammes de prix et un assortiment de couleurs et de styles qui vise assez large.

Lire les commentaires →

Google lance le Cardboard SDK sur iOS et les VR View

Stéphane Moussie |

Google vient d'annoncer deux nouveautés importantes dans son écosystème de réalité virtuelle. Son kit de développement logiciel pour Cardboard est désormais disponible sur iOS. Les programmeurs ont ainsi une série d'outils leur permettant de créer des applications iOS compatibles avec les casques VR super abordables.

Google démocratise également les contenus en réalité virtuelle avec VR view, une technologie servant à intégrer des contenus en VR dans des applications et sur le web. La manipulation est aussi facile qu'intégrer une vidéo YouTube, puisqu'il s'agit d'une simple iframe.

Lire les commentaires →

HoloLens devient réalité

Florian Innocente |

Ce 30 mars, Microsoft a officiellement démarré la distribution de ses lunettes HoloLens, qui permettent d’incruster des images 3D au milieu de notre environnement immédiat qui reste visible. De la réalité augmentée à base "d'hologrammes", à la différence des casques de réalité virtuelle qui immergent complètement le regard dans un univers factice. Il en coûte 3 000 $ aux développeurs qui veulent se familiariser avec l’engin — réservé à Windows 10 — et concevoir leurs premières applications.

Visiblement ému par ce jalon important dans la courte histoire de ce produit, Alex Kipman chez Microsoft a passé en revue quelques usages possibles avec ces lunettes.

Il a surtout été question d’éducation et de différents secteurs professionnels (Airbus, Japan Airlines, Saab, Audi et bien d’autres sont partenaires). Il faut dire qu’il n’y a virtuellement aucune limite sur le papier. On peut analyser une maquette géante flotter devant soi, interagir par des zooms, se retrouver à plusieurs pour confronter des opinions sans être pour autant tous présents au même endroit…

Parmi les démonstrations, on a pu voir deux personnes observer sous toutes les coutures l’anatomie d’un sujet en 3D et être guidés en temps réel par l’avatar d’un professeur, connecté à distance avec son propre HoloLens.

Deux étudiants observant un cerveau, avec leur professeur au fond représenté par un buste 3D orange

La NASA va ouvrir cet été une exposition à propos de Mars dans laquelle les visiteurs équipés de ces lunettes auront pour guides l’astronaute Buzz Aldrin et des membres de l’équipe qui a créé le robot d’exploration Curiosity.

Le tarif pour découvrir cet équipement n’étant pas franchement à la portée de tous, Microsoft a également mis au point un émulateur logiciel et des projets tout prêts pour Visual Studio.

Lire les commentaires →

Swimbot : un assistant pour la natation

Christophe Laporte |

Les traqueurs d’activité ont grandement contribué à l’essor de l’informatique vestimentaire. Mais tous les sports ne sont pas égaux entre eux face à l’arrivée de ce type d’objets. La natation fait figure de parent pauvre.

Il faut dire que les contraintes sont plus nombreuses que pour un gadget spécialisé dans la course à pied par exemple. L’appareil doit être étanche, doit pouvoir être manipulé dans un contexte très humide (essayez de manipuler l’Apple Watch avec juste un peu d’eau dessus) et l’interaction ne peut se limiter à l'écran.

Partant sans doute de ce constat, une société française travaille depuis un certain temps déjà sur Swimbot. Cet appareil qui prend la forme d’un petit baladeur MP3 se glisse sous le bonnet et comprend des écouteurs à résonance crânienne.

L’intérêt de Swimbot, c’est qu’il n’est pas un simple tracker d’activité, c’est un véritable assistant, qui certes ne cherche pas à remplacer un professeur de natation, mais qui peut vous aider à établir vos entrainements et à corriger certaines mauvaises positions.

En effet, les écouteurs permettent de diffuser de la musique, mais également à vous envoyer des signaux sonores lorsque votre position est incorrecte ou dans le cadre d’un entraînement. Parmi les exercices proposés par Swimbot, vous pouvez apprendre à garder la tête fixe pour optimiser votre alignement, à réduire les mouvements verticaux inutiles et à vous entrainer selon différents tempos.

Swimbot dispose d’un petit écran couleur permettant d’accéder aux différentes fonctionnalités. Il se synchronise avec un smartphone en Bluetooth sur lequel vous pouvez analyser votre séance. Enfin, Swimbot met à disposition de ses clients une série de tutoriels en 3D pour les aider à progresser.

Sur le papier, Swimbot est prometteur. Comme souvent dans ce genre de cas, encore faut-il que la réalisation soit à la hauteur. Il est possible de précommander l’objet sur Indiegogo à partir de 249 €. Les premiers exemplaires devraient être livrés cet été.

Lire les commentaires →

Avec Holoportation, Microsoft téléporte des hologrammes

Mickaël Bazoge |

Microsoft n'a pas fini d'explorer les possibilités offertes par son casque HoloLens. Le constructeur a ainsi présenté une nouvelle technologie dont le nom, Holoportation, donne une petite idée de ce à quoi s'attendre : il s'agit d'afficher, dans son environnement le plus proche, la représentation « holographique » d'un correspondant comme s'il était présent dans la même pièce… même s'il se trouve à des milliers de kilomètres !

La démonstration du labo de R&D Microsoft Research est bluffante à bien des égards : non seulement on peut discuter avec la personne à l'autre bout du fil, mais aussi (tenter d') interagir physiquement avec elle… même s'il ne s'agit finalement que d'une image 3D sans substance physique. Holoportation ressemble à l'idée qu'on peut se faire d'un Skype de science-fiction, ou des hologrammes de Star Wars.

Évidemment, tout n'est pas aussi simple. L'image que voit le porteur d'HoloLens est toujours aussi limitée dans son champ de vision. La représentation en temps réel du correspondant n'est pas aussi fluide qu'on le voudrait. Surtout, il faut posséder un matériel très complet (des caméras et une grosse puissance de calcul) pour que le tout fonctionne.

Cliquer pour agrandir

Mais plusieurs exemples dans la vidéo donnent vraiment matière à rêver : tous les objets entrant dans le champ des caméras sont reproduits, on peut donc les montrer à son correspondant. Les vidéos sont enregistrées et peuvent être jouées à l'envi, en taille réelle, ou en tout petit format, sur un coin de table. Tout cela reste de la recherche confinée en laboratoire, mais qui sait ? Peut-être qu'un jour ce sera aussi banal que de passer un coup de fil.

Lire les commentaires →

Oculus Rift : premiers tests d'un pari sur l'avenir

Mickaël Bazoge |

Les premières livraisons de l’Oculus Rift ont débuté hier (dans les pays où ce n’était pas férié, s’entend), et les tests du casque ont été mis en ligne dans la foulée. En gestation depuis 2012 et une demande de financement participatif sur Kickstarter, le produit était particulièrement attendu, pour au moins une bonne raison : son acquisition par Facebook en 2014 a fait de cette jeune pousse l’allumette qui a mis le feu aux poudres de la réalité virtuelle.

Après deux dev kit, Oculus a fini par fournir la version « grand public » de son casque. Tout n’y est pas encore : les contrôleurs devront en effet attendre le second semestre avant d’être fournis ; en attendant, il faudra s’arranger avec la manette Xbox One et la petite télécommande qui font partie du paquet.

Les deux contrôleurs qui offriront une expérience plus immersive ne seront pas disponibles avant la fin de l’année.

En ce qui concerne le matériel, Oculus a soigné le décorum avec un emballage sous forme de valise noire qui contient tout le nécessaire. Le casque en lui-même est salué pour son design de qualité ; mais ce sont les deux écrans, placés à quelques centimètres des yeux, qui font l’objet de tous les égards. Avec une définition de 1 200 x 1 080 pour chaque écran, la qualité d’affichage est jugée tout à fait correcte, même si l’image présente un grain : c’est le lot de tous les casques VR pour le moment. La bonne nouvelle, c’est que les effets de latence, le danger mortel de la réalité virtuelle qui provoque des maux de tête, sont très peu présents.

L’Oculus Rift se destine d’abord et avant tout aux plus joueurs : le catalogue de logiciels disponible au lancement compte une trentaine de jeux et une poignée d’applications. Une poignée de titres sortent du lot, comme Eve: Valkyrie (combats spatiaux), Chronos (jeu de rôle en vue à la troisième personne), ou encore Adrift (sorte d’adaptation du film Gravity). Mais pour la plupart, ces jeux seront aussi disponibles sur PC ou consoles de salon : l’apport de la VR se limite pour le moment à une dimension supplémentaire dont on peut se passer (jusqu’à quand ?).

Image GizmodoCliquer pour agrandir

Les testeurs s’accordent pour dire que l’Oculus Rift a du potentiel, mais qu’il n’est pas forcément utile de sauter le pas dès aujourd’hui. Comme pour toute nouvelle plateforme qui se lance, le contenu pertinent manque à l’appel, mais avec le temps et l’implication des développeurs, cela peut changer. En espérant qu’il se trouve suffisamment d’utilisateurs pour acheter ces jeux et ces applications : c’est l’éternel problème de l’œuf ou de la poule. Et avec un dispositif qui représente un tel coût (il faut ajouter aux 599 $ du casque le prix d’un PC de compétition), il faudra attendre encore un moment avant que l’Oculus Rift se démocratise.

Lire les commentaires →

Pages