Comment Beats veut « toucher le cœur des Français »

Anthony Nelzin-Santos |

Si je vous dis : « la France est la patrie… », vous me dites ? « Du fromage » ? Sans aucun doute. « Des droits de l’homme » ? Pourquoi pas. « Des râleurs » ? Assurément. Mais pour Luke Wood, c’est surtout la patrie de la musique électronique, du football, et de la mode. Dans un message aux vendeurs et partenaires commerciaux d’Apple, le président de Beats Electronics a présenté ces trois domaines comme les piliers d’une future communication adaptée aux spécificités du marché français.

Luke Wood. Image LWood2 (CC BY-SA 3.0).
Luke Wood. Image LWood2 (CC BY-SA 3.0).

« La France possède l’une des plus grandes cultures musicales au monde », dit-il dans ce message, dont nous avons pu consulter une retranscription. Luke Wood ne fait pas référence aux grands compositeurs classiques, aux virtuoses passés par les scènes et les caves parisiennes, ni même aux idoles des jeunes des années 1960. Non, il pense à David Guetta, qui avait apposé sa signature sur le casque Mixr, à Phoenix, et à Justice.

« La France est l’un des plus grands marchés sportifs », poursuit-il, « et le football est sans doute le sport national français ». Beats s’est offert les services d’Antoine Griezmann, attaquant de l’Atlético de Madrid et de la sélection française, et de Neymar, dont le transfert au PSG a fait grand bruit. La marque est aujourd’hui concurrencée… par sa maison-mère : alors que l’apparence des casques Beats s’est assagie, on remarque aisément la popularité des AirPods dans les vestiaires.

Un clip publicitaire de Beats où apparaît notamment Antoine Griezmann.

« La mode », enfin, avec l’association à Pigalle « et d’autres marques urbaines », ainsi qu’à la maison Balmain dirigée par Olivier Rousteing. Des partenariats qui ont donné naissance à des éditions limitées, comme le casque Studio et les écouteurs Powerbeats « Safari » rose et or, promus par la semi-célébrité Kylie Jenner et fournis avec leur étui Balmain coordonné. Une griffe censée justifier un surcoût de 100 à 250 €.

La collection Beats/Balmain. Image Beats.
La collection Beats/Balmain. Image Beats.

Beats domine le marché des casques sans-fil de la tête et des épaules, mais veut conforter sa position avec une communication mieux adaptée aux spécificités de ses principaux marchés. Luke Wood veut ainsi « raconter des histoires qui parlent aux Français », continuer à investir ces trois domaines pour « toucher le cœur des Français ». Ainsi dans le domaine sportif, Beats compte renforcer sa présence sur le Tour de France, à Roland-Garros, ou dans les stations de ski.

Un tweet tout récent de Neymar mentionnant les casques Beats.

Si Luke Wood dit « aimer la France », cette stratégie n’est pas exclusive à l’Hexagone, et sera répétée dans d’autres pays européens. Cela étant dit, Beats porte une attention particulière à la France : « c’est un marché en pleine reprise », nous explique un distributeur spécialisé dans les produits audio, « surtout dans le secteur du sans-fil, avec une forte progression des produits sportifs et des produits à annulation de bruit ». Le genre de produits qui sont au catalogue de Beats.

avatar Mike Mac | 

J'ai lu quelque part qu'un porteur de Beats n'est pas une tête à claques mais une tête à bifles.

avatar expertpack | 

et en plus tres moche

avatar Rigat0n | 

Génial la mauvaise foi ici
Oui le foot est le sport le plus populaire en France - perso je regarde le rugby, mais si je devais choisir un sport pour faire de la pub pour quelque chose, le foot serait évidemment l'option no.1. En plus Beats, marque je le rappelle fondée par Dr Dre, qui est une icône du hip-hop - que vous le vouliez ou non, s'adresse effectivement aux amateurs du genre (dont je ne fais pas partie non plus). Statistiquement les amateurs de foot et de hip-hop sont deux groupes qui se recoupent relativement souvent, sans que ce soit une vérité absolue, donc c'est pas un non-sens de conjuguer les deux.
Oui l'électronique est un genre ultra populaire en France en ce moment (et l'est depuis un moment), et oui Guetta, Justice et Phoenix remplissent encore des stades, même si j'aime pas plus que ça ce qu'ils font.
Est-ce que je m'intéresse particulièrement au foot, à Guetta où à la mode : ben non. Est-ce que je m'achète des Beats : non plus. Je suis juste pas leur cible marketing. Est-ce que la cible des marketeux de Beats s'intéresse autant que moi à la façon dont sonnent mes concertos préférés dans leur casque ? Non plus.
Pour autant je trouve pas inintéressant le témoignage d'un marketeux de chez eux. J'aurais été surpris si j'avais lu que Beats tente de s'adresser en priorité aux golfeurs audiophiles fans de jazz.
Je trouve incroyable la vanité et l'intolérance de ceux qui qualifient la clientèle de Beats de racaille ou autre, juste parce que vous avez des goûts différents. Et un peu ridicule le discours "c'est beaucoup trop cher pour ce que c'est, tu payes la marque" venant d'un groupe de gens qui se fournissent principalement chez Apple.

avatar laurenzobiato | 

@Rigat0n

Y a rien à ajouter c’est parfait!

avatar waldezign | 

@laurenzobiato

Pareil!

avatar Thegoldfinger | 

Normal, c'est la que ce trouve le portefeuille ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR