Bentley : une télécommande Apple Watch pour la Bentayga

Mickaël Bazoge |

Bentley a une petite mignardise à offrir aux heureux conducteurs de sa Bentayga. Une mise à jour de l’application Bentayga TSR leur permet en effet de contrôler le confort du véhicule : ajustement du chauffage, de la climatisation et de la ventilation, contrôle de la fonction massage des sièges, consultation d’informations en temps réel comme la vitesse, la distance parcourue, et de la température extérieure.

Cliquer pour agrandir

Le tout depuis le confort du poignet, mais il faut être dans la portée du Bluetooth pour piloter toutes ces fonctions, c’est à dire être à l’intérieur du véhicule : n’est-il pas plus simple pour le passager de pousser les boutons à sa disposition dans la voiture elle-même ? Quoi qu’il en soit, cette nouveauté pourrait donner envie à Jony Ive de troquer sa Mulsanne contre une Bentayga…

Lire les commentaires →

Les capteurs d'activité sont loin d'avoir cédé face aux montres connectées

Mickaël Bazoge |

Si 12,2% seulement du panel de consommateurs américains de Kantar Worldpanel ComTech possèdent un appareil mobile vestimentaire (6,6% pour les quatre marchés européens les plus importants), en revanche ils sont très friands de traqueurs d’activité. Bien plus que de montres connectées : au premier trimestre, Fitbit détenait 61,7% du marché américain des wearables, une part rondelette alors que l’Apple Watch doit se contenter de 6,8%.

Les cadeaux jouent un grand rôle dans cette répartition : dans 43,1% des cas, on donne un bracelet capteur d’activité, contre 33,3% une montre connectée. Le prix joue évidemment un grand rôle, les bracelets sont moins onéreux. En Europe, le marché est plus équilibré avec 55,2% occupé par les montres connectées, contre 22,9% aux États-Unis. Fitbit demeure le premier constructeur avec 18,5% du marché européen, devant Apple (14%) et Samsung (11,6%).

Sur le marché de la montre connectée, toujours dans les quatre principaux pays européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne et Italie), 39% des smartwatchs achetées ont remplacé une montre classique. Parmi ces switcheurs d’un nouveau genre, 49,6% ont troqué leur montre contre une Apple Watch, 41,5% ont choisi Samsung. Aux États-Unis, la tendance est proche : 31,9% des montres connectées achetées remplacent un modèle classique (c’est 43% dans le cas de l’Apple Watch).

Lire les commentaires →

Les recettes de cocktails au poignet avec Atelier Cocktail

Stéphane Moussie |

Vous ne voulez pas risquer de renverser des boissons sur votre iPhone durant la préparation d'un cocktail ? L'application Atelier Cocktail [3.3.0 – Français – Gratuit – iPhone/iPad – 92,0 Mo – Lixir] permet maintenant de suivre la recette sur son Apple Watch.

Le logiciel pour la montre comprend la liste des 25 cocktails les plus populaires, ainsi que la liste des ingrédients, la recette et des astuces pour chacun. Petit conseil : ne versez pas les boissons avec la main équipée de l'Apple Watch, vous risqueriez de mal doser.

Sur iPhone, l'application Atelier Cocktail est par ailleurs plus légère et plusieurs bugs ont été éliminés. En revanche, elle n'est toujours pas optimisée pour les écrans Retina HD des iPhone 6.

Lire les commentaires →

Vivomove : des montres pour l'activité de tous les jours chez Garmin

Mickaël Bazoge |

Garmin, ce spécialiste du GPS qui est aussi un constructeur de traqueurs d’activité, n’est pas spécialement réputé pour le design de ses produits portables. Cela n’enlève rien à la qualité ni aux fonctionnalités des Vivoactive, Vivofit ou Forerunner, mais on imagine mal se rendre à un cocktail mondain avec un Vivosmart au poignet.

Les choses ont commencé à évoluer doucement avec la dernière collection Fénix 3, une montre connectée à écran circulaire qui fait illusion. Mais avec la gamme Vivomove, le fabricant se lance franchement sur le marché du wearable à porter au quotidien, à l’instar de l’Apple Watch. Ce produit ressemble beaucoup aux montres de type Activité : en dehors, c’est une montre classique à tous les égards avec son mécanisme à aiguilles.

Mais cette montre contient aussi un traqueur d’activité qui mesure le nombre de pas et fait baisser une barre de progression qui s’incrémente toutes les 15 minutes : en marchant un peu, cette jauge se mettra à baisser… jusqu’à ce que vous retrouviez une activé sédentaire. De manière plus classique, il faudra aussi remplir un objectif de pas quotidien. Le capteur prend aussi en charge le sommeil.

Cliquer pour agrandir

Les montres Vivomove sont étanches jusque’à 50 mètres et elles offrent une autonomie record d’un an. Garmin propose plusieurs coloris et finitions, qui vont du noir à l’acier inoxydable, en passant par le plaqué or. On pourra aussi changer les bracelets (chaque modèle est fourni avec un bracelet en plastique ou en cuir). Les prix s’échelonnent entre 149 $ et 299 $.

Lire les commentaires →

Jony Ive : l'Apple Watch progressera comme l'iPod et l'iPhone

Florian Innocente |

Si l’on se souvient des évolutions matérielles et logicielles qu’ont connus les premiers iPhone et iPod, alors on peut être raisonnablement optimiste s’agissant de l’Apple Watch. C’est ce qu’a voulu faire comprendre Jonathan Ive, interviewé par Business of Fashion. C’était dans le cadre de sa présence à l’exposition “Manus x Machina — La Mode à l’Age de la Technologie” au Metropolitan Museum of Art de New York. Un événement co-sponsorisé par Apple.

Jony Ive, Tim Cook et lauren Powell Jobs — crédit : BFA — Cliquer pour agrandir

Ce rendez-vous, précédé d’un gala annuel, a vu se côtoyer vedettes du show-biz et représentants de la Silicon Valley (c’est plus explicite en images) comme Tim Cook venu avec Lauren Powell Jobs, Jony Ive et Zane Lowe, Elon Musk ou encore Marissa Mayer.

Refusant d’être très précis sur la manière dont sa montre allait évoluer, Jony Ive a préféré dresser un parallèle avec de précédents produits d’Apple et sur la façon dont ils ont progressé de manière très importante :

Lorsqu'on se souvient des premières générations de l'iPod ou de l'iPhone — ce qui s'est passé dans les 2, 3, 4 années qui ont suivi a été d'une importance majeure. Vous seriez très surpris de réaliser que certaines choses n'étaient pas dans la toute première version de l'iPhone, alors que vous êtes probablement persuadé aujourd'hui qu'il les avait déjà.

Pour rafraîchir la mémoire sur le sujet, le premier iPhone et son iPhone OS 1.0 n’avaient pas : de 3G, de possibilité de filmer, d’appareil photo à l’avant, de MMS, de fonction copier-coller, de service iMessages, d’App Store (et donc pas d’apps autres que celles d’Apple), de possibilité d’ajouter une pièce-jointe à un email, de réorganiser les icônes sur l’écran d’accueil, d’acheter de la musique directement sur son iPhone, de vrai multitâche (on pouvait juste écouter de la musique en arrière-plan)… et pas de version or rose non plus.

Les dimensions et le rôle d’une montre étant bien différents de ceux d’un smartphone on ne s’attend pas à voir des bonds aussi significatifs que ceux qu’ont connu l’iPhone et l’iPod, mais le propos de Ive reste intéressant et prometteur.

Il a ensuite insisté sur le fait qu’Apple n’a pas décidé d’entrer dans ce secteur par pur opportunisme commercial :

C'est un secteur qui est nouveau pour nous, un domaine qui nous semble parfaitement naturel parce que nous l'appréhendons avec beaucoup de sincérité. Il ne s'agit pas d'être opportunistes à la manière de nos concurrents. On ne se dit pas : "Eh bien, c'est une catégorie en pleine croissance". Ce serait complètement à l'opposé de la réalité.

Dans son discours d’ouverture de l’exposition (où sont visibles des vêtements de grandes maisons, réalisés conjointement avec des méthodes classiques et modernes), Ive a rappelé l’importance pour les designers de connaître l’art du travail manuel. De savoir travailler les matériaux et pas seulement à la souris avec un logiciel de modélisation 3D.

Dans l'équipe de conception chez Apple nous partageons certaines des préoccupations et des objectifs des designers dont vous voyez le travail aujourd'hui. Beaucoup d'entre nous croient dans les possibilités poétiques qu'offrent la machine, et dans une égale mesure nous avons énormément de respect et d'admiration pour ce qui est fait à la main.
Notre objectif a toujours été d'essayer de créer des objets qui sont aussi beaux qu'ils sont fonctionnels, aussi élégants qu'ils sont utiles. Nos designs physiques sont nourris par notre passion pour les matériaux et les procédés basés sur une expérience que nous avons acquise en faisant vraiment les choses nous-mêmes.
Il est étonnant de constater que de moins en moins de designers, quelle que soit leur discipline, sont intéressés par connaître en détails comment un produit a été conçu. Avec un père qui est un artisan fabuleux (spécialisé dans l'orfèvrerie, NDLR), j'ai été élevé dans la conviction fondamentale que c'est seulement en travaillant avec vos propres mains un matériau que vous allez comprendre sa vraie nature, ses caractéristiques, ses attributs et, chose très importante : son potentiel. J'ai toujours pensé qu'il était crucial de comprendre le monde physique et les vrais objets, et non pas des représentations purement numériques.

Lire les commentaires →

L'Apple Watch se vendra toujours bien en 2020

Mickaël Bazoge |

Dans quelques années, nous percevrons peut-être l’Apple Watch comme ayant été un succès « instantané », à l’instar de l’iPod et de l’iPhone qui ont pourtant, eux aussi, connu des débuts difficiles, malgré la perception que nous avons aujourd’hui de ces produits. C’est du moins le discours que Tim Cook a servi cette nuit durant une interview à la télé américaine (lire : Résultats, services, innovation, Apple Watch : Tim Cook voit le verre à moitié plein).

Une enquête de Business Insider, relayée par 9to5Mac, montre que l’Apple Watch a l’avenir devant elle. D’après ce sondage, à l’horizon 2020 la toquante de la Pomme représentera 40% des ventes du marché du "luxe" (les montres coûtant plus de 350 $). Strategy Analytics donne l’Apple Watch à 52,4% au premier trimestre.

Le résultat de BI s’appuie sur différentes statistiques : 27% des consommateurs interrogés portant une montre classique indiquent que les fonctions de l’Apple Watch les intéressent. Quant aux porteurs de bracelets capteurs d’activité, ils pourraient eux aussi sauter le pas vers les montres connectées : la part de ces bracelets fitness passerait de 53% en 2014, à 48% en 2016, et 42% en 2020.

Parmi ceux susceptibles de troquer un traqueur contre une montre, ils sont trois fois plus nombreux à préférer une Apple Watch qu’un produit Android Wear. Des résultats transmis à Fitbit qui a donc intérêt à accélérer la transition vers la montre connectée (lire : Fitbit pense du mal de l'Apple Watch, mais s'inspire d'Apple tout de même).

Lire les commentaires →

Fitbit pense du mal de l'Apple Watch, mais s'inspire d'Apple tout de même

Mickaël Bazoge |

Avec 21,3 millions de capteurs d’activité en tout genre vendus l’an dernier, Fitbit est le leader du fitness connecté, et un des concurrents d’Apple. La comparaison est difficile pour ce constructeur, et même s’il enchaîne les hausses continues de ses ventes (elles ont doublé entre 2014 et 2015), il doit aussi faire face à la machine de Cupertino. D’ailleurs, le cours de Bourse de Fitbit a dévissé de 10% depuis son introduction en juin dernier.

Cliquer pour agrandir

Mais « cela ne me chagrine pas du tout » d’être fréquemment comparé à Apple, explique James Park au New York Times. Car les deux entreprises ne courent pas le même lièvre, assure le fondateur et PDG du fabricant. Il est vrai que Fitbit propose une gamme de produits qui vont de 60 $ à 250 $ — avec la baisse de prix du mois de mars, l’Apple Watch Sport à 299 $ n’est plus si loin.

L’approche de Fitbit est de proposer des produits plus simples qui se concentrent sur une poignée de fonctions. L’Apple Watch est « une plateforme informatique, mais c’est vraiment la mauvaise manière d’aborder cette catégorie, depuis le départ », assène-t-il.

Cela n’empêche pas Fitbit de s’inspirer d’Apple quand il le faut. Cela a été le cas en 2011, lors du lancement de l’iPhone 4S. Grâce à une connexion Bluetooth, le smartphone pouvait synchroniser des données avec des appareils sans fil compatibles. À l’époque, les traqueurs d’activité du fabricant ne proposait pas la synchro en temps réel. Une révélation pour James Park, qui a décidé de revoir toute sa gamme de produits pour y introduire le Bluetooth… même s’il a fallu un délai de six mois pour le lancement des nouveaux produits, qui sont devenus des best-sellers par la suite.

Fitbit Blaze contre Apple Watch — Cliquer pour agrandir

Fitbit a beau brocarder l’aspect « couteau suisse » de l’Apple Watch, le dernier-né du constructeur y ressemble beaucoup : la Blaze est plus proche d’une montre connectée que d’un traqueur d’activité lambda. D’ailleurs, lors de sa présentation en janvier, beaucoup l’ont comparé assez défavorablement avec l’Apple Watch.

Pour attirer toujours plus de nouveaux clients, Fitbit s’intéresse d’ailleurs à des fonctionnalités supplémentaires comme le paiement sans contact ou la domotique ; « Nous allons être très prudents dans l’intégration de ces fonctions », nuance le PDG. « Je pense qu’un des problèmes des montres connectées est que les gens ne savent pas à quoi elles servent, alors [les constructeurs] mettent tout dedans ».

Lire les commentaires →

Pages