Vision Pro : les taux de retour n'ont rien d'anormal

Christophe Laporte |

Voilà un peu plus de deux semaines que le Vision Pro est disponible à la vente aux Etats-Unis. Les premiers acheteurs avaient donc jusqu’à vendredi dernier pour retourner leur casque s’ils n’en étaient pas satisfaits. Des sources assez peu fiables laissaient entendre que les taux de retour étaient anormalement élevés.

Mark Gurman a mené l’enquête et contrairement à ce qu’il a pu être dit, il n’y a pas péril en la demeure. En fonction des Apple Store qu’il a sondés, les taux de retour du Vision Pro sont soit dans la moyenne, soit légèrement au-dessus.

On serait tenté de dire que c’est plutôt une bonne nouvelle pour ce produit tant il est nouveau. La part d’inconnu est autrement plus importante que lorsque l’on achète un nouvel iPhone ou une nouvelle Apple Watch.

Image : Apple

Toutefois, comme le signale Mark Gurman, les premiers acheteurs du Vision Pro ne sont pas des acheteurs comme les autres, ce sont soit des fans d’Apple, soit des personnes qui adorent jouer avec les nouvelles technologies.

Si on cherchait vraiment à voir le verre à moitié vide, on serait également tenté de dire que quitte à se débarrasser de son Vision Pro, autant le vendre sur eBay et se faire une petite plus-value au passage.

Il a été donné comme consigne aux employés d’Apple de remonter précisément les causes qui ont poussé les consommateurs à se séparer de leur appareil. Il n’y a pas un motif qui semble se détacher.

Kernel Panic : les premiers retours de nos lecteurs sur le Vision Pro !

Kernel Panic : les premiers retours de nos lecteurs sur le Vision Pro !

Il n’y a également rien de bien nouveau par rapport à ce qui a pu déjà être évoqué jusqu’à présent. Parmi les motifs évoqués, on retrouve le poids, le confort d’utilisation, le fait qu’il isole ou qu’il provoque des maux de tête. D’autres estiment que son prix est trop élevé eu égard au faible nombre d’applications disponibles et au contenu vidéo proposé. Certains sont déçus et estiment que son utilisation comme écran externe avec le Mac n’apporte pas grand-chose par rapport à un écran externe et est fatigante sur de longues périodes. Enfin, il y a ceux qui ont des problèmes de vision avec…

Le Vision Pro n

Le Vision Pro n'est pas « Retina » et ne peut pas réellement remplacer un moniteur

Un dernier point à noter : les démonstrations en Apple Store sont particulièrement convaincantes. Toujours d’après Mark Gurman, 10 à 15 % des personnes qui se rendraient dans un Apple Store pour tester un Vision Pro, repartiraient avec. C’est un chiffre assez impressionnant pour un appareil vendu 3500 $.

Lire les commentaires →

Le Vision Pro n'est pas « Retina » et ne peut pas réellement remplacer un moniteur

Pierre Dandumont |

Le titre peut sembler un peu provocateur, mais il ne l'est pas : un des usages mis en avant par Apple pour son Vision Pro, la possibilité d'être employé comme moniteur pour un Mac, souffre de défauts inhérents aux casques de ce type. Et pour travailler, la qualité d'un écran virtuel est pour le moment nettement en deçà d'un bon moniteur, même avec les caractéristiques du casque d'Apple. Et pire, le Vision Pro n'est pas réellement Retina si nous partons de l’explication proposée lors de la sortie de l'iPhone 4.

MacGeneration sur Mac sur Vision Pro (image MacGeneration).

Pour commencer, il faut parler des écrans du Vision Pro. iFixit a démonté le casque et nous avons relayé les informations nécessaires dans une actualité dédiée, mais nous devons faire un petit résumé ici. Premièrement, la définition, qui caractérise le nombre de pixels, sans notion physique. Elle est de 3 660 × 3 200 px par œil selon les calculs d'iFixit. C'est une valeur élevée pour un casque de ce type, mais c'est tout de même plus faible que pour un moniteur 5K comme l'Apple Studio Display, qui travaille en 5 120 × 2 880 px.

Deuxièmement, la résolution, qui caractérise la taille physique des pixels. Elle est généralement notée en ppp (pixel par pouce) ou dpi (dot per inch). Plus la résolution est élevée, plus les pixels sont petits. Un Studio Display, justement, atteint 217 ppp environ avec sa dalle de 27 pouces. Un téléviseur Ultra HD de 65 pouces, lui, a une résolution bien plus faible : à peu près 68 ppp. Un iPhone 15 Pro, avec une dalle de 6,1 pouces, monte par contre à 460 ppp et l'Apple Vision Pro, avec sa définition élevée et ses écrans minuscules, grimpe même à 3 386 ppp.

Quelle est la véritable définition de l

Quelle est la véritable définition de l'écran du Vision Pro ?

Maintenant, il faut passer à une troisième valeur, importante ici : la résolution angulaire. Elle se mesure en ppd (pixel par degré) et indique le nombre de pixels par degré. Elle dépend donc de la définition et de la résolution, mais aussi de la distance entre l'œil et la dalle. Ce qui nous amène à la notion de Retina : à la sortie de l'iPhone 4, Apple expliquait qu'un écran était « Retina » quand la taille d'un pixel était d'une minute d'arc (ou moins). La minute d'arc correspond à un soixantième de degré et une personne avec une vision annoncée à 10/10 est normalement capable de discriminer deux pixels de cette taille. En rapportant cette valeur en ppd, c'est assez simple : à partir de 60 ppd environ, les différences entre les pixels deviennent imperceptibles1. Dans le cas d'un iPhone, par exemple, un écran avec une résolution de 326 ppp (l'iPhone 4) placé à environ 30 cm suffit pour obtenir une résolution angulaire de cet ordre. Mais pour le Vision Pro, les écrans sont placés très près de l'œil et la résolution angulaire est assez faible : 34 ppd.

Pour bien comprendre ce point, vous pouvez vous approcher de l'écran d'un Mac, par exemple : si vous vous tenez à 80 cm, vous ne verrez probablement pas les différents pixels qui composent une image. Mais si vous vous approchez2, vous pourrez éventuellement distinguer les effets d'escalier sur des polices par exemple, même si ce point dépend de votre acuité visuelle et de votre moniteur. C'est la même chose avec le Vision Pro : même si les pixels sont physiquement plus petits que ceux d'un iPhone, ils sont aussi beaucoup plus proches de vos yeux et donc la taille relative varie.

Une qualité bien en deçà d'un bon moniteur, avec de nombreuses corrections nécessaires

Test du AirFly Pro : un adaptateur pour utiliser ses AirPods en avion

Félix Cattafesta |

Il vous est peut-être déjà arrivé de bougonner en vous asseyant à votre siège au départ d’un vol : le vieillissant système de divertissement face à vous fonctionne uniquement avec une prise mini-jack, vous condamnant à passer les heures à venir avec les inconfortables écouteurs filaires prêtés par la compagnie. Twelve South croit pouvoir répondre à ce problème grâce à son AirFly Pro, un adaptateur Bluetooth qui promet de rendre n’importe quel appareil compatible avec vos AirPods. Ce produit n’est pas une nouveauté au catalogue, le fabricant ayant toute une gamme AirFly qu’il renouvelle régulièrement. Facturée une cinquantaine d’euros, cette version Pro est-elle un bon investissement ? Réponse dans notre test.

Le contenu de la boîte.

L’AirFly Pro est un petit gadget faisant la taille d’un demi-boîtier d’AirPods affichant un poids plume de 16 grammes. Rien de bien sorcier dans le design : le produit est blanc, avec un gros bouton pour le couplage et un plus petit sur la droite pour le remettre à 0. Un taquet permet d’alterner entre deux modes de connexion, et un port USB-C sert à recharger l’accessoire. L’engin se branche grâce à son port mâle 3,5mm, recouvert par un capuchon.

La boîte contient un manuel en anglais (facilement trouvable en français sur le net) ainsi qu’une pochette de transport. Le câble livré est USB-C vers USB-A, ce qui n’est pas forcément un problème, car beaucoup d’avions ont encore des ports USB-A au niveau des sièges. Cela peut valoir le coup de le glisser dans son sac pour recharger un iPad, un iPhone 15, voire l’AirFly Pro si vous arrivez en fin de batterie.

Le couplage avec les AirPods est simple, mais un peu perturbant la première fois. Comme il n’y a pas d’écran pour valider la paire d’AirPods que l’on souhaite connecter, il faut passer les deux appareils en mode couplage et les coller côte à côte en espérant que cela fonctionne. La confirmation se fait à l’aide des voyants lumineux, et on avance donc à tâtons. Attention si vous avez une coque de protection pour votre boîtier d’écouteurs, qui peut parfois empêcher d’accéder au bouton arrière.

Beond donnera des Vision Pro à ses passagers pendant leur vol vers les Maldives

Florian Innocente |

La compagnie aérienne Beond va offrir un Vision Pro à ses passagers pendant leur vol. Il faudra toutefois partir aux Maldives, seule destination assurée par ce nouvel acteur dans le ciel. S'isoler dans son Vision Pro, pendant un vol, en regardant un film sur un écran virtuel large comme la cabine, fait partie des scénarios promus par Apple pour son casque. Les dirigeants de Beond ont pris la Pomme au mot et vont proposer à leurs clients d'utiliser un Vision Pro pendant leur voyage.

Crédit : Apple.

Les passagers auront tout loisir de regarder des vidéos faisant la promotion des Maldives et des activités qu'ils pourront y pratiquer. Une mise en bouche de ce qui les attend, vante le patron de la compagnie. Sur place, des films vont être bientôt tournés expressément pour être appréciés à leur juste mesure à travers le casque, explique le communiqué.

Crédit : BeOnd.

Beond est une toute jeune compagnie qui met le confort au premier rang de son service et fait des Maldives son unique destination. Le premier vol commercial s'est déroulé en novembre dernier, au départ de Munich. Beond vient tout juste de réceptionner son deuxième Airbus — 68 places pour le premier, 44 pour le second — afin d'effectuer plus de trajets depuis une petite poignée d'aéroports en Europe, en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient. Beond vise une flotte de 32 avions, tous luxueusement équipés, d'ici 5 ans.

Les Vision Pro seront proposés à partir de juillet prochain à certains passagers. Il n'y a pas plus de détails, mais cela laisse supposer qu'il s'agira d'une prestation payante avec des casques en nombre limité. Cela peut même être vendu comme une option haut de gamme. Dès lors que le billet dans la classe "Opulence" de Beond coûte juste à peine moins cher qu'un Vision Pro.

Cela pourrait surtout requérir une solide organisation s'il faut tenir compte des tailles des cache-lumière et des problèmes de vue de chaque candidat, avec des inserts adaptés à prévoir. À moins que les porteurs de lunettes ne soient écartés d'office ! Après avoir fait la démonstration des consignes de sécurité à leurs passagers, les hôtesses et stewards pourront embrayer sur les bons gestes de l'informatique spatiale. Dans l'attente de voir si cette annonce se concrétise réellement, la compagnie aura attiré vers elle un peu de la lumière du lancement du Vision Pro…

Lire les commentaires →

Spotify disponible sur le Vision Pro… grâce à un développeur tiers

Anthony Nelzin-Santos |

Spotify est maintenant disponible sur le Vision Pro, mais le service de streaming suédois n’y est pour rien. Inspiré par Christian Selig, qui est parti du site de YouTube pour bidouiller une application native, Peter Gammelgaard Poulsen est parti du site de Spotify pour bricoler une application visionOS. Le résultat, baptisé Vision Tunes, fait illusion.

Image WatchGeneration.

L’application, dont l’icône rappelle le carton du générique des Looney Tunes, adapte l’interface de la version web de Spotify aux canons d’interface de visionOS. Dans le casque, la fenêtre translucide évoque l’application tvOS, qui est plus fonctionnelle qu’élégante. La navigation trouve naturellement sa place dans la palette latérale et les contrôles de lecture dans un « ornement » sous la fenêtre.

Image WatchGeneration.

En attendant que Spotify se décide à proposer une application native, ce qui pourrait prendre un certain temps si l’on en juge par son intérêt envers l’intégration native au HomePod, Vision Tunes fera donc l’affaire. Comme Juno pour YouTube, Vision Tunes est proposée à 5,99 €.

YouTube, Spotify et bien d’autres apps n’ont rien prévu pour visionOS

YouTube, Spotify et bien d’autres apps n’ont rien prévu pour visionOS

Juno : un lecteur YouTube pour visionOS par le créateur d’Apollo

Juno : un lecteur YouTube pour visionOS par le créateur d’Apollo

YouTube prévoit finalement une app pour le Vision Pro

YouTube prévoit finalement une app pour le Vision Pro

Lire les commentaires →

Les écouteurs oreilles libres Bose Ultra se posent sur l’oreille, pas à l’intérieur

Nicolas Furno |

Le dernier produit présenté par Bose est bien différent de ce que le constructeur ou même l’industrie proposaient jusque-là. Les « Écouteurs oreilles libres Bose Ultra », c’est leur nom officiel, ne s’insèrent pas à l’intérieur du conduit auditif comme les AirPods Pro ou même, dans une moindre mesure, les AirPods 3. Ils viennent s’accrocher sur l’extérieur de l’oreille et diffusent de la musique ou tout autre audio sans bloquer l’environnement. Aucune isolation passive ou encore moins active ici, l’idée est justement de ne pas être isolé du monde extérieur.

Image Bose.

À bien des égards, les promesses de Bose rappellent celle d’Apple avec le Vision Pro, qui intègre deux haut-parleurs juste à côté des oreilles. Ces écouteurs posés sur l’oreille doivent offrir un son spatial de qualité sans vous isoler. D’après les premiers tests, la qualité audio n’est pas aussi bonne qu’avec des écouteurs traditionnels, en particulier du côté des basses fréquences qui manquent particulièrement. Ils seront sans doute plus indiqués pour écouter des voix, podcasts ou appels, que de la musique, même si la qualité reste apparement correcte.

Ce design particulier a d’autres avantages, le premier étant le confort. Bose a conçu un produit en deux parties reliées par un morceau de silicone : une base avec la batterie est placée à l’arrière de l’oreille, l’autre avec l’écouteur est positionnée juste devant le canal auditif. Il faut manifestement s’habituer à les positionner correctement, car ce n’est pas aussi naturel qu’avec des appareils plus traditionnels. Une fois en place, les écouteurs oreilles libres Bose Ultra se font entièrement oublier et ce sera un avantage décisif, notamment pour tous ceux qui n’apprécient pas d’avoir quelque chose dans les oreilles.

Image Bose/watchGeneration.

Pour le reste, on est sur des écouteurs sans fil assez classiques en 2024, associés à un boîtier qui servira aussi à les recharger. Bose annonce jusqu’à 7,5 heures d’autonomie en mode classique et jusqu’à 4,5 heures avec l’audio spatial, sachant que l’étui peut ajouter jusqu’à 19,5 heures. Le boîtier lui-même ne se charge qu’en USB-C, il n’y a pas d’induction au programme. Le constructeur affiche aussi un indice d’étanchéité IPX4, ce qui devrait en faire de bons accessoires de sport.

Cette idée originale est payée au prix fort : le constructeur demande pas moins de 350 € pour les écouteurs oreilles libres Bose Ultra. On est bien au-delà des AirPods Pro 2, qui peuvent offrir un mode transparence pour les moments où il faut être attentif à ses alentours, mais qui imposent aussi de fermer son canal auditif. Si la proposition de Bose vous intéresse, vous pouvez commandez les écouteurs dès aujourd’hui, en blanc ou en noir.

Image Bose.

Lire les commentaires →

TikTok disponible sur le Vision Pro dans une version optimisée

Stéphane Moussie |

TikTok est dès à présent à la page pour le Vision Pro. Cette application optimisée pour visionOS reprend les fonctionnalités principales des versions mobiles, comme les commentaires, les cœurs et les options de partage. Elle tire parti du large espace d’affichage disponible en exposant les commentaires et les profils dans un panneau latéral, à côté de la vidéo verticale.

Parmi les autres grandes plateformes de vidéo, YouTube n’a pas encore d’application visionOS, mais en prévoit une, et Netflix estime que ça ne vaut pas le coup pour le moment. Disney+ et myCanal ont des applications optimisées, tandis que Prime Video propose seulement son app iPad.

Lire les commentaires →

Pages