Les challenges pour créer la première Apple Watch expliqués par une ancienne d'Apple

Florian Innocente |

La création d'un tout nouveau produit, comme l'a été l'Apple Watch n'a pas été avare en challenges techniques. Anna-Katrina Shedletsky a détaillé sur Quora une poignée d'entre eux. Entre les fonctions trop compliquées pour être proposées d'emblée et les procédés de fabrication à inventer.

Apple Watch 2015, crédit iFixit

Pendant deux ans, Anna-Katrina Shedletsky a dirigé une équipe de vingt personnes qui s'occupaient de mettre au point toute la partie mécanique du produit et de valider les processus d'assemblage. Avant cela elle avait participé au développement des iPod nano 7G et iPod touch.

« L'un des plus grands défis de la création d'un produit de première génération consiste à déterminer quelles fonctionnalités doivent figurer dans le produit et lesquelles ne devraient y être » dit-elle en préambule, « Ce n'est pas parce que quelque chose est faisable que ça donnera un bon produit ».

Ce cahier des charges fut établi entre les designers, les ingénieurs et le marketing. Aux ingénieurs ensuite la charge de définir ce qui est techniquement possible, les contraintes à affronter et les compromis à faire.

Pour le premier modèle de 2015, Apple pensait déjà à une fonction d'ECG (l'électrocardiogramme), au moyen d'un capteur électrique, en plus du capteur optique utilisé pour la fréquence cardiaque.

L'ECG n'est finalement apparu qu'avec la Series 4 de 2018. Trop de problèmes restaient insolubles. Il fallait en premier lieu être sûr de la qualité des relevés effectués. Ensuite, Apple voulait pourvoir sa montre d'une résistance renforcée à l'eau (ce qui arrivera avec la Series 2). Cela impliquait d'ajouter des joints… qui peuvent faillir et laisser pénétrer de l'eau alors que les électrodes pour l'ECG ont besoin d'être bien isolées. « Au final c'était trop compliqué de le faire dans la première génération, avec tout ce qu'il y avait d'autre à régler ailleurs ».

Même challenge pour la fonction de connexion cellulaire qui attendra la Series 3. À l'époque de la conception du premier modèle « Le chipset cellulaire disponible aurait occupé la moitié de l'espace libre (et on en avait besoin pour des choses importantes !) » poursuit Anna-Katrina Shedletsky.

D'ailleurs, le produit dans son ensemble n'était pas très hospitalier pour tout ce qui relevait des antennes dit-elle : « C'est une boîte en métal attachée à une surface incroyablement bloquante (votre poignet) ». Sur les téléphones, le cadre métallique autour du châssis avait fini par servir d'antennes « Ça ne pouvait pas fonctionner avec la Watch parce qu'il était impossible de créer une séparation entre le métal et le non-métal (un isolant comme le plastique) qui soit en outre étanche sous la pression ». Un problème parmi d'autres mais fondamental « Sans au minimum une antenne Wi-Fi on n'avait pas de produit ».

L'iPhone 4 et son fameux cadre d'antennes

Une collaboration entre son équipe et celle en charge des antennes déboucha sur une solution théorique, à défaut d'être immédiatement concrète sur un plan pratique.

Il s'agissait d'enfiler l'antenne autour de l'écran et de la placer dans le dessin d'une rainure — « On ne savait pas à l'époque comment on allait s'y prendre » — et de la séparer suffisamment de toute présence métallique pour que cela suffise à fonctionner (même si la séparation était inférieure à 1 millimètre).

Ce compromis soulevait d'autres questions. Pour l'équipe antennes il fallait que cela ne nuise pas aux performances. Pour l'équipe d'Anna-Katrina Shedletsky il fallait trouver comment s'y prendre ne serait-ce que pour fabriquer ces pièces à la chaîne.

Et puis ça devait marcher avec une surface en verre et une autre en cristal de saphir (les deux finitions proposées pour l'écran) : « Nous commencions tout juste à travailler sur la découpe du saphir, il est beaucoup plus dur que le verre et il est plus difficile de lui donner une forme ».

L'autre challenge consistait à permettre un assemblage de cette partie antenne en toute fin de la ligne de production. Shedletsky explique que la logistique imposait un délai de 12 semaines pour obtenir les écrans. Du côté d'Apple, plusieurs itérations étaient nécessaires pour arriver à un design d'antennes qui fonctionne comme espéré.

Pour chaque changement effectué c'était 12 semaines supplémentaires d'attente : « Le produit n'aurait jamais été lancé ». La solution fut de « Trouver un moyen pour l'assembler autour d'un écran OLED incroyablement fragile qui cassait si vous le touchiez ». Elle conclut par cette analogie : « Vous connaissez un jeu qui s'appelle "Docteur Maboul" ? C'était exactement ça ».

Tags
avatar Malouin | 

Génial... et belle leçon aux « YAKA -FAUKON »

avatar oomu | 

ben yakafaukon résoudre tous ces problèmes et me faire un mac pro à 800e, voilà !

hu, on parlait de quoi ? :)

avatar Frederick | 

Très intéressant, merci pour l’article

avatar ludmer67 | 

Je me suis souvent demandé comment un nouveau produit était conçu entre les équipes d’ingénieurs, de designers et de marketing. Qui lance quoi ? Qui décide quoi à quel moment ? Qui propose d’abord et qui corrige ensuite ? Comment les idées des uns sont comprises et traduites par d’autres ? Est-ce que Foxconn intervient à un moment de la conception (par exemple, pour expliquer que tel procédé ne peut être industrialisé dans les délais imposés) ? Oui, je suis le type qui regarde les making-of sur les bonus DVD !

Avec ce genre d’article, on se détourne de la poudre (aux yeux) et on entre dans le dur (hardware).

avatar Silverscreen | 

@ludmer67

Apple est beaucoup plus dirigiste que ça : elle participe au processus industriel au point de fournir les machines d’assemblage nécessaires et de former les opérateurs.
Mais vu le nombre d’experts en chaine de fabrication dont dispose Foxconn, il y a nécessairement un dialogue constant entre Foxconn et Apple et des enseignements à recevoir des deux côtés.

avatar Bruno de Malaisie | 

Passionnant!

avatar Sgt. Pepper | 

Pour moi , tout simplement le meilleur produit Apple ?

Autant de fonctions et de puissance dans un si petit boîtier ?

avatar sachouba | 

"L'un des plus grands défis de la création d'un produit de première génération consiste à déterminer quelles fonctionnalités doivent figurer dans le produit et lesquelles ne devraient y être"

Un défi tout relatif pour l'Apple Watch, quand les concurrents en étaient à la 3e génération de leur produit, qu'ils avaient déjà essuyé les plâtres, et sélectionné les fonctionnalités hardware et software les plus pertinentes.

avatar Manu | 

@sachouba

Pas forcément juste ce que tu dis. Apple pour un nouveau produit à rarement lorgné sur ce que les autres font. Autrement on aurait jamais eu l’iPhone sous sa forme de lancement.

avatar reborn | 

@sachouba

La première montre Galaxy n’aurait jamais du sortir..

Pendant ce temps là Apple préparait son OS

avatar sachouba | 

@reborn

"Pendant ce temps là Apple préparait son OS"
Tu veux dire qu'Apple préparait les émoji animés, Digital Touch (tu t'en souviens encore ?) et le remplacement des clés d'hôtels par l'Apple Watch ?
Tout à fait avant-gardiste.

Pendant ce temps, Samsung intégrait déjà (ou travaillait à l'intégration de) les apps natives, le mode Nightstand, la détection et la mise en pause automatiques des séances d'exercice, la possibilité de répondre à tout un tas de notifications (y compris d'apps tierces), l'activation de l'assistant vocal à la voix, la détection du sommeil, l'écran "Always on", etc. Bref, les fonctionnalités qu'on a doucement vu arriver sur watchOS 2, 3, 4 et 5 (quand elles sont arrivées).

L'Apple Watch est selon moi le pire fiasco parmi les premières générations de produits Apple récents. Entre la lenteur, la mauvaise autonomie, l'orientation "mode" du marketing, qui a viré "fitness" quelques mois plus tard... et tout ça malgré l'exemple des nombreux produits des autres constructeurs, bien plus aboutis sur bien des points, c'est plutôt l'Apple Watch ("Series 0") qui n'aurait jamais dû sortir.

avatar whocancatchme | 

@sachouba

Pas d'accord, les autres ne sont pas posés cette question puisqu'ils ont essayé de tout mettre (comme d'hab).. alors que apple s'est vraiment posé la question.

avatar malcolmZ07 | 

@sachouba

Lol tu parles de Samsung qui a sorti 5 modèles en 1 ans presque. Avec la galaxy gear ultra gadget avec une caméra ? ??? Heureusement que le ridicule ne tue pas. La plus part des premières montre n'avaient même
pas le wifi ou de micro, utilisaient des proco de smartphone...

Google n'a même pas parlé de wear OS durant le I/O... Tizen est plus agréable a l'utilisation maintenant.
Donc bon faire l'apologie de produit qui auront vite plus aucun support , c'est assez culotté.

avatar sachouba | 

@malcolmZ07

"Lol tu parles de Samsung qui a sorti 5 modèles en 1 ans presque"
En réalité, il s'agissait plutôt d'1 nouvelle génération tous les 6 mois. Un chiffre à relativiser, toutefois, car l'évolution entre les modèles était très significative, contrairement aux différences que l'on voit aujourd'hui entre 2 générations d'Apple watch (ou de toutes les autres montres connectées, d'ailleurs). Tout était encore à faire, quand Samsung est arrivé sur ce marché, contrairement à Apple...

"Avec la galaxy gear ultra gadget avec une caméra ? ???"
Le plus amusant dans l'histoire, c'est qu'Apple a pendant longtemps aussi envisagé une caméra sur sa smartwatch, d'après les nombreuses rumeurs entendues à ce sujet (et d'ailleurs publiées ici-même).

"pas le wifi ou de micro
2 micros (pour la réduction de bruit ambiant) dès la 1ère Galaxy Gear. Pas de Wi-Fi, effectivement. Mais Samsung a sorti sa 3e génération de smartwatch, la Gear S, 1 an plus tard (8 mois avant l'Apple Watch), équipée du Wi-Fi, du GPS... et d'une connexion cellulaire. Le Wi-Fi n'a de toute façon pas tellement d'utilité sur une smartwatch contrairement à un smartphone. Je le désactive systématiquement.

"utilisaient des proco de smartphone..."
Encore raté...
S'il y a bien un domaine dans lequel Samsung n'a pas de leçons à recevoir d'Apple, c'est sur les processeurs embarqués dans ses smarwatches.
La première Galaxy Gear disposait déjà d'un processeur dual-core (Exynos) créé pour l'occasion. En plus d'être systématiquement fluide (apps natives dès la 1ère génération), elle avait une autonomie plus que correcte pour une première génération (24h sous Android, puis 48 à 72h après avoir été mise à jour sous Tizen 6 mois après sa sortie).

De l'autre côté, Apple a réussi l'exploit d'équiper la première Apple Watch d'un processeur mono-core anémique, incapable d'assurer la fluidité de l'interface (sans même parler des apps déportées mettant plusieurs dizaines de secondes à s'ouvrir...), tout en lui conférant une autonomie catastrophique (16h, quand Samsung en était 72h à la même époque).
Il aura fallu attendre septembre 2016 (!) pour enfin voir un processeur dual-core sur une Apple Watch, ce qui a sensiblement amélioré les performances (pour les apps natives, du moins), mais sans vraiment révolutionner l'autonomie (loin de là !).

"Donc bon faire l'apologie de produit qui auront vite plus aucun support , c'est assez culotté."
Les smartwatches de Samsung sont sous Tizen, pas Wear OS... Je ne vois donc pas où est le problème de support.

avatar stemou75 | 

@sachouba

Oui et en plus les fonctions de l’AW au lancement, du style échange du battement de son cœur ou dessin sur écran tactile, ne furent pas un franc succès !

Le concept mode de lancement a largement été raté et recentré dans les versions suivantes sur le classique fitness tracking.

avatar sachouba | 

@stemou75

"Oui et en plus les fonctions de l’AW au lancement, du style échange du battement de son cœur ou dessin sur écran tactile, ne furent pas un franc succès !

Le concept mode de lancement a largement été raté et recentré dans les versions suivantes sur le classique fitness tracking."

Effectivement ! C'est étrange d'ailleurs, car les autres marques s'étaient déjà positionnées sur l'orientation fitness des montres connectées. Apple a voulu ne pas faire comme les autres, mais ça n'a pas pris du tout.

avatar Pizzabad | 

Merci pour l’article. Très instructif sur la magie de créer un nouveau produit.

avatar daffyduuck | 

A chaque produit Apple que je déballe je ne peux m’empêcher de penser à tout ce qui a du être mis en œuvre pour que ce soit possible. Je considère ma watch et mon iPhone comme bien plus que des objets, mais des millions d’heures passées à leur développement. Combien de milliers de personnes sont intervenues directement ou indirectement dans l’élaboration de ces produits? Que s’est il passé le jour où Apple a décidé de mettre telle icône à tel endroit ? Quels sont les challenges derrière la moindre nouveauté qui paraît insipide ? Je reste fasciné par la méthode Apple pour ces choix, ces prises de risque. On aura beau cracher sur leurs produits, il y a derrière des milliers de personnes qui bossent dessus. Avec quelques échecs de temps en temps, mais avec la question permanente « est ce que c’est faisable? » plutôt que de se dire « comment faire comme les autres mais mieux? ».

avatar Paquito06 | 

Interessant d’avoir cette vision hardware (en ayant ete product manager software). Ca devrait accompagner/mis en avant a chaque sortie produit, ces contraintes de cout, temps, qualite, physique, utilite, design, etc. ?

avatar millenaire53 | 

En résumé la serie 4 est l’aboutissement de tout ce qu’il voulait faire ! Perso je suis devenu totalement fan de ce produit ?

avatar Adrien75 | 

Quelle prouesse ! Mais pour moi le produit est loin d’être abouti. J’en attends plus pour une montre connecter. On se lasse trop vite des quelque faceWatch disponible. Je les trouve ennuyeux. Le design carré pour une montre : je trouve ça le fait pas non plus. Et l’écran qui s’éteint ... voilà en gros les points noirs de l’AW

avatar brunnno | 

Je ne comprends pas trop le problème de découpage du verre saphir, comment font les horlogers ??? ?

avatar malcolmZ07 | 

@brunnno

Ils n'ont pas d'antenne GPS / wifi / réseaux / Bluetooth

avatar brunnno | 

@malcolmZ07

Comprends toujours pas ?
Ces éléments sont incrustés dans le verre ?

avatar maxrav | 

J’utilise l’AW série 0 tous les jours depuis des années, il y a longtemps qu’elle ne peut plus être mise à jour mais je ne pourrai plus m’en passer. Je n’imagine même pas ce que doit être la 4.

avatar BingoBob | 

J’adore ce genre d’article sur la création des produits. Je rêve que vous fassiez la même chose, sur 10-20 articles sur la création de l’IPhone !

CONNEXION UTILISATEUR