Luke Wood explique la relation de travail entre Apple et Beats sur les écouteurs

Florian Innocente |

Avoir rejoint Apple a permis à Beats de gagner des compétences techniques, sans se départir de certaines spécificités. C'est ce qui ressort d'interview données par Luke Wood, le président du fabricant de casques et écouteurs.

Le mois prochain vont sortir les Powerbeats Pro, des écouteurs sans fil (ni tour de cou) axés sur l'écoute de musique pendant une pratique sportive. Vendus 250 €, ils s'appuient sur la même puce H1 que les AirPods 2 (pour l'aspect communication), mais avec une autonomie de 9h contre 5h pour les écouteurs d'Apple.

Chez nos confrères de Clubic, Luke Wood détaille la nature des échanges entre Beats et Apple. Il y a une mise au pot commun pour la puce H1 mais aussi pour tout ce qui relève de l'ingénierie mécanique :

Nous avons bénéficié de toute la data d'Apple pendant la conception ce qui nous a permis de modifier la forme même des écouteurs. Où appliquer la pression dans l'oreille, comment orienter les embouts et quelle finition ils doivent revêtir ? Tous ces arbitrages, qui ont une conséquence sur la qualité audio des écouteurs et ont été permis par notre intégration chez Apple. Nous avons bénéficié de ressources quasi infinies et d'un savoir-faire qu'il aurait été impossible de s'offrir si Beats avait été seul à concevoir ces écouteurs.

Luke Wood

Wood décrit ces Powerbeats Pro comme le premier produit Beats conçu, dès le départ, avec la contribution technique d'Apple. Chez TechRadar il parle de cette association en ces termes : « Nous pensions être plutôt bons jusqu'au moment où nous sommes arrivés chez Apple, et là on a commencé à comprendre ce que "bon" voulait vraiment dire », citant les notions de rigueur et de discipline en vigueur chez son nouveau propriétaire quant à la qualité des produits.

Il n'en parle pas mais c'est peut-être l'un des enjeux aussi du nouveau modèle, ne pas connaître les aléas des BeatsX, l'un des premiers produits signés Beats/Apple. Sortis avec six mois de retard ils sont pourtant accablés par des problèmes de fiabilité.

Ensuite, en termes de répartition des tâches entre les deux sociétés : pour ce qui a trait au design, au produit et à son acoustique, les équipes de Beats font les choses à leur manière, en pleine autonomie.

L'autonomie justement a été un mot-clef dans la conception de ces nouveaux écouteurs. Elle est presque deux fois supérieure à celle des AirPods (qui sont aussi plus compacts) et son amélioration a pesé sur le temps de développement :

À titre personnel, je déteste devoir charger tous mes gadgets le soir avant de me coucher, je ne voulais pas qu'il en soit de même avec notre casque. J'ai donc insisté sur ce critère en particulier quitte à retarder la sortie de notre produit. Mais aujourd'hui nous avons une autonomie deux fois supérieure (9h, ndlr) à la majorité de nos concurrents.

Sur le sujet de la spécificité sonore de Beats — un autre point de démarquage avec Apple — il admet que la critique d'une présence trop marquée des basses a été « absolument prise en considération » lors de la conception des Powerbeats Pro.

Cet attrait pour les basses fait partie de l'histoire des casques Beats mais, explique son président, il visait à répondre à une évolution de la musique elle-même. Il n'y avait pas de casque qui suivait cette tendance. Beats a néanmoins fait ses gammes, appris et mûri assure Wood, et ces écouteurs devraient en faire la démonstration.

Ils ont été conçus avec le concours de sportifs en contrat avec Beats. Chez Clubic, Luke Wood cite LeBron James et Anthony Joshua qui ont testé des prototypes dans le cadre de leurs entraînements (basket et boxe) pour évaluer par exemple la bonne tenue dans les oreilles.

Contrairement aux AirPods qu'Apple présente comme des écouteurs pour tout le monde, Beats mets les sportifs à l'honneur pour les Powerbeats Pro. D'où la question d'un ajout à terme de fonctions santé. Des rumeurs en ont déjà parlé pour de futurs AirPods et Apple a des brevets qui vont dans ce sens.

Luke Wood se montre assez sceptique : « Nous n'essaierons jamais d'ennuyer les clients avec un tas de technologies d'avant-garde inutiles. Si vous avez une montre intelligente qui vous donne toutes ces informations, est-ce que vous avez réellement besoin de dupliquer ça dans vos écouteurs ? Peut-être est-ce nécessaire si vous vous vantez d'avoir fabriqué le "le casque de fitness numéro un au monde" ». Ce qui ne semble pas être l'ambition de Beats, Wood parlant plutôt de l'intérêt absolu de sa société pour la musique.

avatar Snoopy007 | 

Luke, la force est en toi

avatar Billytyper2 | 

En attendant de vérifier cela, c’est plutôt dans la bonne direction.

avatar anonx | 

Donc il avoue qu’avant Beat c’était de la camelote.

Ça fait peur quand on voit la fiabilité des BeatsX aujourd’hui ??

avatar modx1 | 

En espérant que la fiabilité sera largement améliorée.

avatar Heracles | 

Lucas wood banshee

avatar iPop | 

C’est le fils de Ryan Reynolds et Kevin Spicey

avatar fredsoo | 

@iPop

Exactement j’ai aussi pensé a Ryan Reynolds en voyant la photo et c’est vrai qu’il y du Kevin aussi ??

avatar iPop | 

@fredsoo

Ou le petit petit petit fils de Guy Bedos et Bruno Lemaire. ?

avatar Biking Dutch Man | 

Honnêtement on dirait les prothèses auditives de mon grand père en 1985.

CONNEXION UTILISATEUR