AirPods : la grande peur des ondes

Mickaël Bazoge |

Les AirPods, et au-delà les appareils Bluetooth peuvent provoquer le cancer et des désordres neurologiques, voire affecter l’ADN. Ou pas… La littérature scientifique sur le sujet est contradictoire. Mais selon plusieurs chercheurs, le principe de précaution devrait s’appliquer en attendant de démêler le vrai du faux — et en matière d’ondes, il est bien difficile de le déterminer clairement, tellement les positions sont tranchées.

Image iFixit.

Dans un billet paru sur Medium, Markham Reid (qui se présente comme « techno-sceptique »), tente de faire le point sur ce sujet particulièrement délicat. Jerry Phillips, professeur de biochimie à l’université du Colorado, y explique que son souci avec les AirPods, c’est que leur position dans le canal auditif « expose les tissus de la tête à des radiations relativement élevées de radio-fréquences ».

Même si l’auteur de l’article cible nommément les AirPods comme vecteurs potentiels de maladies, il reconnait que les risques liés aux radiations ne sont pas l’apanage des écouteurs d’Apple. Toutes les technologies qui diffusent des radio-fréquences sont concernées, relève ainsi Jerry Phillips.

Markham Reid convoque une pétition destinée aux Nations Unies et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans laquelle 250 chercheurs de 40 pays s’inquiètent des radiations provoquées par les appareils sans fil, dont ceux qui fonctionnent avec le Bluetooth. Les AirPods y sont absents, et pour cause : la pétition remonte à 2015, alors que les écouteurs sans fil d’Apple sont sortis à la toute fin de l’année 2016.

Malgré tout, on ne peut pas balayer du revers de la main la préoccupation des spécialistes. Le Centre international de recherche sur le cancer, une émanation de l’OMS installée depuis 2003 au sein du cancéropôle Lyon Auvergne-Rhône-Alpes, classait les champs électromagnétiques de radiofréquences comme « peut-être cancérogènes » pour l’homme. Ce classement date de 2011. Tout est dans le « peut-être », et ça n’a pas tellement évolué depuis.

Joel Moskowitz, un des signataires de la pétition, convient qu’il existe très peu de recherches s’intéressant spécifiquement à l’impact du Bluetooth. Néanmoins, les études plus générales sur les radiofréquences et leurs champs électromagnétiques suggèrent que les écouteurs et les casques Bluetooth pourraient représenter un danger sanitaire, comme le suggère celui qui est directeur du Center for Family and Community Health à Berkeley.

Tout le monde n’est cependant pas du même avis. Kenneth Foster, professeur de bio-ingénierie à l’université de Pennsylvanie, étudie les effets des radiations sur la santé humaine. Il estime qu’il est facile de sélectionner des données dépeignant de manière effrayante les technologies sans fil et le Bluetooth. « Les arguments [des opposants au Bluetooth] n’ont aucune crédibilité », assène-t-il.

Des organisations sanitaires ainsi que l’OMS ont analysé la littérature actuelle sur le Bluetooth et les technologies sans fil, sans trouver de preuve claire de la dégradation de la santé liée à l’exposition à des niveaux de radiations sous les limites internationales, explique encore Foster.

Bref. Ce qui est à peu près certain, c’est qu’on ne sait rien ou presque sur les effets du Bluetooth sur le corps humain. En octobre 2016, Apple expliquait au journal de l’université de Berkeley que ses produits étaient toujours conçus dans le respect de toutes les exigences de sécurité.

Le débit d’absorption spécifique (DAS), qui mesure le niveau d’absorption des radiations par le corps, est de 0,466 W/Kg pour les AirPods. Donc en dessous du seuil de 1,6 W/Kg établi aux États-Unis et des 2 W/Kg dans l’Union européenne. Pour donner un ordre d’idée, le DAS des iPhone XS/XS Max et XR est de 0,99 W/Kg.

En ce qui concerne le DAS et les craintes que cette mesure inspire, l’OMS avait résumé simplement la situation : « il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé » (lire : Faut-il s'inquiéter de l'augmentation du DAS de l'iPhone 7 ?). Il en est manifestement de même pour les écouteurs Bluetooth et a fortiori les AirPods.

Tags
avatar YAZombie | 

@Link1993: je n'ai aucun beef avec Mickaël, et je comprends très bien ce que tu dis de sa position sur ce sujet. Le problème c'est qu'il n'y a pas de neutralité à avoir quand il s'agit du consensus scientifique. Il pourrait suivre la même logique pour le réchauffement climatique ou la vaccination, avec des résultats aussi - enfin non, beaucoup plus - catastrophiques.
De toute façon, c'est un sujet polémique, parce que des idéologues, et pas mal d'hypocondriaques, ont décidé que ça en était un. Alors il vaut mieux prendre une position forte: celle du consensus scientifique, et renvoyer les con(s)-tempteurs à la littérature scientifique. Après tout c'est à eux que revient la charge de la preuve.

PS: tout ça en reconnaissant qu'il y a un problème de reproduction des études. Il n'empêche: une synthèse de la littérature conduit à la conclusion logique et scientifique d'une absence d'effets nocifs.

avatar Link1993 | 

@YAZombie

Je suis d'accords avec toi sur la position à prendre! ^^
Mais attaquer de front comme ça sans admettre qu'il y a eu un minimum d'effort n'est pas lui rendre service pour autant je trouves :)
Et surtout, il saura maintenant ! ?

Je lui ai indiqué quelques personnes à contacter en cas de besoin pour ce genre de sujet ^^

avatar YAZombie | 

@Link1993: oh crois-moi, ça, ce n'est pas attaquer de front! ?️
Non non, j'aime bien Mickaël - comme toute la rédac d'ailleurs -, et là pour moi, c'est de la critique très très gentille! Mais j'estime qu'une plateforme comme celle-ci a une responsabilité, à laquelle les journalistes répondent d'habitude, et je dois dire, cet article m'a déçu, je me sens un peu "trahi". Mais ça n'enlève rien à la publication ni à Mickaël. Que celui qui n'a jamais pêché… comme disait l'autre.

avatar Link1993 | 

@YAZombie

Mhmm... tant qu'il corrige derrière, ou qu'il en apprends de meilleures pratiques, ça en fait un mal pour un bien :)
Ça ne sera pas un article qui sera sûr-partagé ^^

avatar JLG01 | 

Nous vivons sous une douche naturelle permanent de radiations solaires et cosmiques d’une intensité autrement supérieure et avec des rayonnements tellement plus énergétiques.

Personne n’en parlait du temps de la TSF et de ses immenses antennes, ni de la télévision avec ses immenses tubes cathodique au puissant rayonnement.

Alors, évidement, les quelques milli-Watts supplémentaires d’un écouteur seraient un vrai problème. Comme pour le téléphone...
Aucune étude scientifique ne cautionne actuellement de telles affirmations, mais bien du monde persiste à supputer l’inexistant.
Nous vivons le retour des procès en sorcelleries initiés par des ignares.

avatar Mike Mac | 

Pour bien vendre un service santé, c'est énorme de commencer par vendre les nuisances qui provoquent la maladie.

avatar LudwigVonMises | 

Les ondes éléctromagnétiques type bluetooth Wifi & co c'est comme le glyphosate ou les OGM, non il n'y a aucun risque et ça ne donne pas le cancer. Macg se rabaisse a se faire l'écho de telles fadaises obscurantistes dont on nous bassine dans les médias.

avatar YAZombie | 

?️

avatar hugome | 

@LudwigVonMises

Et le nucléaire. Ne pas oublier le nucléaire qui empêche Greenpeace et ses lobbies de planter des éoliennes partout aux frais du contribuable.

avatar NicoTupe | 

Les liens entre ondes et cancer du point de vue de la science les études tendent à s'accorder que c'est au mieux très faible et probablement inexistant.
Petite revue des sceptiques du quebec : https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/emf.html

avatar oomu | 

"(qui se présente comme « techno-sceptique »"

ha ben si déjà monsieur se présente comme résumé en une étiquette idéologique, c'est mal parti.

Ha sinon, je suis Oomu, aka Le Destructeur Des Mondes, je viens en paix...

"Même si l’auteur de l’article cible nommément les AirPods comme vecteurs potentiels de maladies, il reconnait que les risques liés aux radiations ne sont pas l’apanage des écouteurs d’Apple. Toutes les technologies qui diffusent des radio-fréquences sont concernées, relève ainsi Jerry Phillips. "

Comme avec Greenpeace ou Attac, si vous voulez que les médias en parlent et que l'Oomu l'entendent, faut utiliser APPLE ! Sinon on s'en fout mais à un point... dingomentiel.

-
L'International EMF Scientist ( emfscientist.org ) est l'organisation de ces 250 scientifiques. Sont but est d'alerter sur l'usage des ondes radios. Elle existe pour cela. (concrètement: les champs électromagnétiques non ionisés)

C'est un positionnement politique.

-
"Malgré tout, on ne peut pas balayer du revers de la main la préoccupation des spécialistes."

bien sur que l'on peut. Des politiciens font ça tous les jours. Allez HOP ! wonondidjiou, y a des intérêts économiques ma pov dame.

"Le Centre international de recherche sur le cancer, une émanation de l’OMS installée depuis 2003 au sein du cancéropôle Lyon Auvergne-Rhône-Alpes, classait les champs électromagnétiques de radiofréquences comme « peut-être cancérogènes » pour l’homme."

ou peut être pas. Le "potentiellement cancérigène" est une définition technique, sur l’insuffisance d'éléments, des corrélations mais pas de causalité démontrée , sujette à de très nombreuses influences politiques et idéologiques.

Elle peut souligner autant que "jusqu'à présent, on trouve pas si c'est lié", que "les statistiques montrent un lien"

"Joel Moskowitz, un des signataires de la pétition, convient qu’il existe très peu de recherches s’intéressant spécifiquement à l’impact du Bluetooth."

c'est faux.
Ca repose sur un sophisme: que bluetooth serait un cas particulier de technologie toute nouvelle dans un usage tout nouveau.

Si on épluche les CV des membres de l'EMF, on trouvera nombre de publications sur les ondes radios, si on va au delà de ces chercheurs, on trouvera quantité de textes et études sur toutes sortes d'usage des ondes radios, divers plages de fréquences, et divers scénarios.

C'est un terrain fortement étudié depuis le début du siècle dernier, dans l'ensemble du spectre possible.

Non seulement, c'est devenu un enjeu politique et sociétal, donc financé et motivant pour les scientifiques, mais en plus on est régulièrement gavés d'études, statistiques, recherches, et autres publications. Aujourd'hui comme hier et encore demain.

"Néanmoins, les études plus générales sur les radiofréquences et leurs champs électromagnétiques suggèrent que les écouteurs et les casques Bluetooth pourraient représenter un danger sanitaire"

Comme le café.

La catégorie 2B ne signifie "paf je prends un cancer !"

Ça signifie que potentiellement, il augmente un risque d'un type de cancer. (rien que là, y a de quoi écrire un pavé). Cette augmentation peut être infime ou énorme. ça dépend des cas, produits, substances, rayonnement.

Si l'augmentation est infime, il ne vous sert à rien de vous en préoccuper quand vous vivez en ville avec les hydrocarbures omniprésents dans l'air.

D'ailleurs, les risques ne sont pas nécessairement cumulables. c'est pas nécessairement l'accumulation de petite goutte qui un mauvais jour : PAF.

Le point est qu'il est facile de vivre dans la Terreur tout en se laissant distraire de l'Horreur qu'on devrait traiter immédiatement. Surtout face à des "potentiellement" (ou pas), "ptet" (ou pas). "ça se pourrait" (ou pas), alors vite "principe de précaution" (pendant que le truc avéré, lui c'est "principe que pas touche ça sert")

"Bref. Ce qui est à peu près certain, c’est qu’on ne sait rien ou presque sur les effets du Bluetooth sur le corps humain."

non. c'est faux. On sait très bien que le corps absorbe, on sait très bien comment l'énergie est transformée, et j'en passe, sur le fonctionnement physique de la chose.

Mais que ça provoque un cancer, dans le cadre de l'usage des fréquences, énergies et exposition, des téléphones portable et émetteurs wifi/bluetooth, cela n'a jamais été établie.

Exiger une démonstration d'absence est injuste.

On ne peut pas prouver l'absence d'un risque.

Mais c'est cela qu'exige des gens, des décideurs, des internautes, ma grand-mère, des lobbies scientifiques, décennies après décennies.

Mais ce n'est pas possible.

vous n'aurez jamais la tranquillité d'esprit, sauf si un jour, ha ben vi , paf effectivement, on a trouvé un cas. Là, vous saurez que vous n'auriez JAMAIS du avoir l'esprit tranquille...

Ou ptet que ce jour n'arrivera jamais, car en effet c'est impossible. Mais cela on ne peut pas le savoir.

Exiger mordicus la preuve de l'absence de risque va vous paralyser.

Pour l'heure, nous avons des décennies d'usages (et je réfute que l'airpod est un cas nouveau changeant tout; oreillette bluetooth, usage intensif de mobiles dés les années 90s par des professionnels constamment à l'oreille).

-
Mais avant même de s'enflammer et vivre dans la peur angoissante de la terrifiante crise existentialiste ou être le dernier des jmenfoutistes, y a beaucoup plus simple:

- avons nous besoin de tant de radios ?
- avons nous besoin d'utiliser tant de batteries, polluante à fabriquer, polluante à recycler, pour juste supprimer un chouette fil de cuivre ?
- avons nous besoin de consommer tant d'énergie (émettre des ondes radios, ça consomme) pour juste couper un fil de cuivre ?

alors que déjà vous vous plaignez que l'iphone ne tient même po un jour complet.

A quoi bon se passer du cuivre ? le cuivre c'est top !
bon certes, https://www.24heures.ch/savoirs/sciences/cuivre-accelere-developpement-t... , il semblerait que le cuivre accélère la propagation de tumeurs, , okay.. mais vous en avez pas (encore) de tumeurs, donc c'est bon.
Pis il est dans une gaine. Restreint.
Pis il en faut beaucoup dans le corps, et personne ne mange les câbles des écouteurs iphone.
Cette gaine est certainement faite en bon matériaux, qui ne dégage pas des Formaldéhydes ou autre "COV" (toute particule qui peut se répandre dans l'air, un vaste programme en somme).

Bon certes, faut manufacturer le cable, la gaine, le ou les fils dedans, etc. Alors qu'en radio, hop y a rien ! Mais faudrait une étude pour comparer les coûts (en pollution, travail, etc) de l'un et l'autre, la radio sur un appareil portable impliquant une BATTERIE.

Bref: à quoi bon les airpods ?

avatar YAZombie | 

"Cette augmentation peut être infime ou énorme. ça dépend des cas, produits, substances, rayonnement."
Tu as oublié l'essentiel en toxicologie: la dose.

avatar Link1993 | 

@YAZombie

Fait gaffe, la dose, sur certains produits, c’est quand même 0, ou encore moins de risque à plus forte dose ! ?

Nan, franchement, la toxicologie, c'est trop compliqué... ?

avatar YAZombie | 

@Link1993: une dose de zéro, je me demande à quoi ça ressemble! ?️ Et si tu parles d'un manque qui conduit à des problèmes de santé, ça ne dit rien de la toxicité du produit.
Je sais qu'il y a quelques très très (mais alors vraiment très!) rares exceptions, découvertes récemment d'ailleurs, qui semblent contredire la notion que c'est la dose qui fait le poison. il n'empêche que cela n'a pas invalidé la notion pour l'immense majorité des cas, de la même manière qu'une exception en grammaire ne contredit pas la règle. Dans le cas qui nous intéresse, il serait tout de même curieux qu'un phénomène naturel, dans lequel nous baignons constamment, puisse avoir des effets délétères à moindre dose. Surtout quand il n'existe aucun cadre scientifique pouvant expliquer de tels effets (toujours aux fréquences et puissances auxquelles nous sommes soumis).
Oui, oui, la toxicologie c'est très très compliqué. C'est pour ça qu'il vaut mieux écouter la communauté des spécialistes plutôt que les idéologues! ?️

avatar Link1993 | 

@YAZombie

Ouaip, c’est vrai, mais c'était pour chipoter ! ?

avatar YAZombie | 

?️?️?️

avatar Bigdidou | 

@YAZombie

« Je sais qu'il y a quelques très très (mais alors vraiment très!) rares exceptions, découvertes récemment d'ailleurs, qui semblent contredire la notion que c'est la dose qui fait le poison. »

Pour certains produits, la durée d’exposition indépendamment de la dose est un facteur déterminant. C’est maintenant bien connu pour le tabac, par exemple pour lequel les épidémiologistes nous expliquent que les risques les plus importants (en particulier en terme de cancer) sont bien plus corrélés à durée d’exposition qu’à la quantité.
Les toxicologues seuls ne peuvent pas nous apporter les réponses quand la dangerosité d’une exposition est médiée et amplifiée par d’autre systèmes (de l’inflammation, immunitaires, et que sais-je).
Par ailleurs l’effet cocktail vis à vis duquel tout le monde semble un peu démuni existe, par exemple encore dans le tabac.
Comme tu dis, tout ça est bien compliqué, et à part arrêter de respirer, il y a un moment où il faut se rappeler qu’en toute chose il y a une balance bénéfices/risques.
Et ne pas oublier de regarder le plateau « bénéfices » de la balance.
Et le bénéfice de toutes ces ondes, il est quand même là.

avatar Bigdidou | 

@oomu

« Comme le café. »

Remarque, pour le café, le consensus semble plutôt qu’à part empêcher de dormir, bof.
Même les arrêtologues (addictologie canal historique) ne prennent plus cette dépendance au sérieux, c’est dire ;)

avatar hugome | 

@Bigdidou

Erreur. Le café est acide, et mobilise les ressources de tamponnage de l’organisme. Il est prouvé qu’une forte consommation de café ( > quatre tasses par jour) favorise l’ostéoporose (destruction du calcium des os).
Et je suis sûr qu’un médecin pourrait trouver d’autres conséquences négatives.

avatar Bigdidou | 

@hugome

« Erreur. Le café est acide, et mobilise les ressources de tamponnage de l’organisme »

Je crains que l’acidité de quelques tasses de café, ton organisme s’en tamponne royalement ;)

« Il est prouvé qu’une forte consommation de café ( > quatre tasses par jour) favorise l’ostéoporose »

Comme d’habitude ce genre d’affirmation nutritionnelle est une connerie.
On trouve selon l’humeur du moment autant « d’études » qui disent ça que le contraire.
Il s’agit toujours de biais incontournables tant qu’on ne fait pas d’étude d’intervention qui serait ici absurde.

« Et je suis sûr qu’un médecin pourrait trouver d’autres conséquences négatives. »

Pas moi.
Comme je sélectionne pour ces trucs là exclusivement les études qui vont dans le sens que j’ai envie, je n’ai que des études à propos des multiples bienfaits de la caféine ;)

avatar Kensei68 | 

Ok mais quid des WiFi et autres NFC alors ?
Les fixes sans fils DECT on en parle ?
"Rire & Chanson" serait alors nocif ? La bonne blague...
Les radars civils et militaires qui balayent tout le territoire h24, il fonctionnent au jus de chaussette ?

avatar ce78 | 

Si on va par là, même les écouteurs filaires peuvent présenter un risque. Les câbles, et ce qui se trouve dans l'appareil, quel que soit le contenu transporté (énergie ou son), sont des guides d'ondes, l'énergie étant une onde. Dans ces conditions tout appareil mis dans l'oreille, avec ou sans bluetooth, est susceptible d'envoyer des ondes à l'extérieur à moins d'être blindé.

avatar VanZoo | 

En gros, on ne sait rien mais on en parle quand même...

Il faut éviter les excès, limiter son propre usage. Ensuite, ce sera la loterie !

Un ami est décédé d'une tumeur au cerveau alors qu'il n'avait pas de wifi chez lui, pas de smartphone et encore moins d'Airpods.

avatar strix80 | 

Bonjour , qu’en est-il des appareils mis à la disposition des malentendants , aussi pour limiter les acouphènes , que l’on peut régler grâce à son smartphone ?

avatar Bigdidou | 

@strix80

« Bonjour , qu’en est-il des appareils mis à la disposition des malentendants , aussi pour limiter les acouphènes , que l’on peut régler grâce à son smartphone ? »

Personne ne peut répondre à cette question, je pense.
Sinon qu’il n’existe aucun indice d’un risque important surtout à court ou moyen terme et le bénéfice de ces appareils est énorme.
C’est encore plus vrai avec les implants cochléaires que les ORL et les neurologues mettent en place sans inquiétude particulière liée aux ondes radio, et sans argument actuel pour avoir un doute à ce sujet.
J’en aurais besoin, je n’aurais aucune hésitation ni aucune arrière pensée pour les utiliser.

avatar lome_bbrr | 

le secteur de la high tech étant un des principaux moteurs financiers de ce monde, vous pensez bien qu'on ne va pas vous dire maintenant que c'est dangereux. Cela ferait s'effondrer toute l'économie.

pour se rendre compte (un peu) de ce qui se passe derrière, j'ai pensé à un petit reportage vu que Arte il y a quelques semaines : sur le lobby des industriels du Sucre.
Et ils font le parallèle avec l'industrie du Tabac, qui faisait jurer des scientifiques "la nicotine n'entraine aucun effet d'accoutumance". Ben voyons, ... et pour rappel, nos chers scientifiques ont besoin de fonds pour faire leurs recherches, ..
regardez plutôt et faites-vous votre opinion :
https://www.arte.tv/fr/videos/054774-000-A/sucre-le-doux-mensonge/

avatar nmeunier | 
avatar pagaupa | 

Ça va en faire des cancéreux! ?

avatar tbr | 

Formidables, ces études à la con ! Dans quelques semaines, on aura la même mais dans l'autre sens.
J'attends avec impatience celle (d'étude) qui, selon ce principe de précaution (de mes deux), expliquera qu'il faut éviter de donner naissance à des enfants car ceux-ci, immanquablement, seront destinés à une mort certaine.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR