Les enseignements tirés sur Apple d'un ancien responsable de l'Apple Watch

Stéphane Moussie |

Pendant presque trois ans, Bob Messerschmidt a été à la tête de l'équipe chargée des capteurs de l'Apple Watch. Parce que la santé fait partie des principales caractéristiques de la montre, Messerschmidt a collaboré sur le projet avec d'autres équipes d'Apple, dont l'illustre Industrial Design Group de Jonathan Ive. Maintenant parti de Cupertino pour mener une nouvelle aventure, l'ingénieur revient sur son expérience en 8 « leçons » plus ou moins surprenantes publiées par Fast Company.

Bob Messerschmidt

Leçon 1 : « Comment travailler avec l'équipe de Jonathan Ive »

Bob Messerschmidt confirme ce que l'on savait déjà : l'Industrial Design Group est tout puissant au sein d'Apple. Il raconte qu'il a soutenu lors d'une réunion qu'il fallait placer les capteurs au niveau du bracelet pour obtenir des mesures plus précises. Refus catégorique de l'équipe d'Ive : « Ce n'est pas une tendance du design ni de la mode. Nous voulons proposer des bracelets interchangeables donc il ne doit pas y avoir de capteurs sur le bracelet. »

L'Industrial Design Group

À une réunion suivante, le responsable des capteurs a insisté pour que les bracelets serrent fermement le poignet afin que le cardiofréquencemètre fonctionne de manière optimale. La réponse de l'Industrial Design Group a été en substance que ce n'était pas la façon dont les gens portaient leur montre, qu'ils aimaient plutôt que le bracelet soit détendu.

Ces refus, Messerschmidt ne les a pas mal pris, bien au contraire : « Nous devions les écouter. [L'équipe d'Ive] est la voix des utilisateurs. [...] Je crois que cette priorité [donnée à l'utilisateur] se trouve uniquement chez Apple. » Il se dit également très satisfait du cardiofréquencemètre tel qu'il est aujourd'hui dans l'Apple Watch.

Leçon 2 : « Le plaisir plutôt que le nec plus ultra »

La deuxième leçon de Messerschmidt est un constat que l'on peut faire même sans participer aux réunions à Cupertino : Apple ne cherche pas à exploiter toutes les nouvelles technologies qui émergent, mais à mettre les technologies pertinentes au service de l'utilisateur. C'est pourquoi la firme ne s'est pas engagée dans la 3D quand elle était à la mode et reste toujours à l'écart de la réalité virtuelle.

Leçon 3 : « Tout est important, mais tout n'est pas égal »

Certains employés ont mal compris le perfectionnisme de Steve Jobs, estime l'entrepreneur. Ils veulent traiter toutes les choses sur le même pied d'égalité, or il en est qui sont plus importantes que d'autres et qui méritent donc qu'on s'y attarde plus longuement. C'est particulièrement le cas pour tout ce qui a trait à l'expérience utilisateur et le design, explique-t-il.

Leçon 4 : « Savoir dire "non" »

« Il y a des milliers de non pour chaque oui », disait la vidéo d'introduction de la WWDC 2013. Ce n'est pas seulement une jolie phrase, c'est bien ce qui se passe chez Apple, assure l'ancien responsable des capteurs de l'Apple Watch, au point que ça peut être frustrant pour les ingénieurs qui fourmillent d'idées. Mais il juge cela nécessaire : « C'est une des choses que j'ai apprises : savoir dire non jusqu'à ce que ce soit juste. »

Leçon 5 : « Apple va trop loin dans le secret »

Du temps de Steve Jobs, le secret était utilisé « pour créer une immense surprise lors des lancements de produits ». Maintenant, « il y a un groupe de personnes chez Apple qui veut le secret car cela l'aide à maintenir son empire, déclare Messerschmidt dans ce qui ressemble à une accusation voilée. Cela les aide à créer le sentiment qu'ils font des choses plus importantes qu'elles ne le sont vraiment. » Y a-t-il d'importantes guerres de pouvoir ? Cela pénalise-t-il le développement des produits ? L'homme n'en dit malheureusement pas plus à ce sujet...

Leçon 6 : « Les ingénieurs vs l'équipe marketing »

Chez Apple, les ingénieurs assurent que le marketing n'a aucun pouvoir... et les commerciaux certifient que les ingénieurs ne prennent pas les décisions. L'ancien cadre décrit une structure où les deux parties ne se parlent quasiment pas. Tout passe par l'équipe dirigeante (Schiller, Cue, Federighi...). Quand une idée est approuvée au plus haut niveau, des « ressources massives sont débloquées instantanément ».

Leçon 7 : « Apple a la même structure qu'une startup »

Messerschmidt note une autre particularité structurelle d'Apple : il n'y a qu'un seul service financier. Autrement dit, « personne ne doit se battre pour obtenir des ressources, tout le monde tape dans la même caisse, vraiment. »

Selon lui, demander un nouveau budget n'avait rien de sorcier, il suffisait de dire combien on voulait et on obtenait une réponse. Le budget était en partie calculé en fonction du nombre de personnes que l'on pouvait ajouter à son équipe. « Une startup a la même structure. [Pour une entreprise comme Apple], c'est en contradiction avec ce que l'on apprend à l'école, mais ça marche. »

Leçon 8 : « Vous ne pouvez pas encapsuler Jobs »

Enfin, l'ancien responsable des capteurs de la montre estime que des personnes ont essayé « d'embouteiller » l'esprit de Steve Jobs pour ensuite le « distiller » aux futurs dirigeants d'Apple. Il juge cela comme une erreur car « il ne s'agit pas de quelque chose que l'on peut enseigner. » Visiblement nostalgique de Jobs (c'est lui qui l'a fait entrer chez Apple en acquérant sa startup en 2010), il conclut qu'Apple « n'est définitivement plus le même endroit » sans son cofondateur.

Messerschmidt est maintenant à la tête de Cor, une startup qui va lancer un appareil de suivi de la santé tirant les informations d'une goutte de sang de l'utilisateur.

avatar andr3 | 

Messerschmitt ... de l'avion à la montre ;-)

avatar LittleSushi | 

Haha ... La voix des utilisateurs... Ça laisse rêveur.

avatar mat 1696 | 

@LittleSushi :
Ouais ça dépend la voix de quels utilisateurs... ça doit pas être la mienne en tous cas ^^

avatar 6ix | 

@mat 1696 :
Parce que la voix des utilisateurs n'est pas la voix de tous les utilisateurs.

Quand on fait un produit, on ne peut pas plaire à tout le monde et répondre à toutes les demandes, sans quoi ce produit n'aura très vite plus de plus-value.

Il faut donc trier, dire non souvent, dire oui parfois, et suivre une ligne.

Ce qui ne veut pas dire qu'Apple ne fait pas d'erreurs.

avatar mat 1696 | 

@6ix :
D'accord avec toi et ceux qui parlent de la finesse et de la grosseur de l'AW plus haut: on ne peut pas contenter tout le monde, mais on doit quand même contenter une catégories de personnes sans compromis.

Est-ce que le DD mécaniques 5400/7200 dans les iMac (même les 27' à plus de 2000.-) vendus à prix d'or contente, sans compromis, une seule partie de la population dans le monde? Je veux bien que quantités de gens ne s'en aperçoivent pas. Mais si on met un ssd (donc tout est plus rapide), vont-ils dire "Je préférais avant quand c'était lent". Ils n'ont qu'à mettre le Fusion Drive 1To qui ne leur coûte quasi rien de plus en entrée de gamme et tout le monde sera content (même les actionnaires car il se vendra sûrement plus d'iMac et la marge sera quasi la même)... et j'en ai encore des exemples comme ça (iPhone 16go, iPad Pro qui n ont de pro que le prix, MacBook avec 1 port au lieu de 2, Mac Pro jamais renouvelé, renouvellement sauf des iPhone qui traînent en longueur, ...)

avatar malcolmZ07 | 

@mat 1696 :
Ça serait bien un port usb-c en plus pour le MacBook. Mais je pense que tu n'as pas compris la philosophie derrière cette machine , et les clients ciblés ...
C'est difficile pour certains de prendre un point de vue aurez que le sien ...

avatar occam | 

« [L'équipe d'Ive] est la voix des utilisateurs. »

Merci pour ce petit moment de bonheur ! Rire aux larmes ! ROTFLAO ! You made my day !

« Jamais dans l'histoire de la franche rigolade autant de gens n'ont contracté une dette aussi grande envers un nombre aussi petit ! »

(pour paraphraser un autre chevalier [Ordre de la Jarretière, alors que Sir Jonathan est Chevalier de l'Ordre de l'Empire britannique], chevalier qui, certes, n'a pas le même rayonnement universel que Sir Jonathan, mais qui n'a pourtant pas entièrement démérité face à l'histoire : Sir Winston Churchill)

avatar hledu | 

Quand un Messershmidt s'attaque de nouveau à une forteresse (volante)... Bon en même temps j'aime Apple justement parce qu'elle ne fonctionne pas comme la première Samsung venue...

avatar fosterj | 

Je ne comprends jamais rien aux articles sur le système Apple.

je veux dire si on me demande de résumer cet article je répondrai : j'en suis incapable.

mal traduit ou bien la langue de bois est sans substance ?

c moi ou bien ?

avatar marenostrum | 

parce que t'attends la critique là où y en a pas. le gars explique tout simplement ce qu'il a observé en travaillant la bas.

on apprend que Ive a eu raison. la Watch n'est pas un appareil médical (comme un ingénieur pense peut-être), mais une montre avant tout.

avatar mimito | 

@marenostrum :
Ive a certainement je raison pour la montre ,mais pour le reste son obsession ( si elle est sienne) de la finesse est vraiment contre-productive pour les produits finaux d'Apple

avatar stemou75 | 

@mimito :
Oui et non. Par exemple l'iPhone 5 est plus fin que l'iPhone 4 et cela a rendu l'iPhone 5 plus agréable en main, moins "brique" avec un volume plus faible bien qu'il soit plus grand que le 4.
En revanche pour le MacBook ça devient ridicule. Un clavier peu agréable et une machine sans puissance pour avoir une finesse peu utile puisqu'un portable est posé sur une table.

avatar nemrod | 

@mimito :
Ton avis ?

avatar Ajioss | 

@fosterj :
C'est toi.

avatar nemrod | 

@fosterj :
C'est toi.

avatar louisb | 

@fosterj :
C'est toi, tout est très clair

avatar horizon | 

@ Fosterj
La je crois que c'est plutôt toi !

avatar marenostrum | 

article interesant.

avatar enzo0511 | 

Voilà qui va pouvoir faire parler encore les mauvaises langues qui se croient les cadors des technos avec leurs "il faudrait que" "il suffirait que" le prochain iPhone ou AW soit comme ci ou comme ça
Si on les écoutait on aurait des MBP qui auraient 48 cœurs et la capacité de faire tourner des jeux en 4K tout en faisant un demi centimètre d'épaisseur sans ventilo et pour moins de 1000 euros...

avatar Samus | 

Un nom qui, autrefois, a fait trembler bien des aviateurs...

avatar IceWizard | 

@Samus
"Un nom qui, autrefois, a fait trembler bien des aviateurs..."
Pas autant que celui de monsieur Spitfire ..

avatar p@t72 | 

le messerschmitt bf 109 comme le spitfire étaient deux très bons appareils évoluant au cours de la guerre.
l'appareil ne fait pas tout.
pour info,Erich Hartmann est l'as des as avec 352 victoires sur bf109 pendant la ww2

avatar gwen | 

Les iphone et Macbooks sont trop fun quand l'Apple watch est trop grosse apparement pour certain. Difficile de contenter tous le monde.

Par contre j'apprécie l'article et l'interview est très intéressante et plein de bon sens. J'aime surtout sa remarque sur l'Apple d'après Steve Jobs.

avatar harisson | 

Je me serai fait recalé dès la leçon 1 /o\. Elle a l'air sympa sa startup.

avatar fosterj | 

ok je pars en vacances demain je dois en avoir besoin :)

avatar jazz678 | 

@6ix :
Quand on fait un produit on fait une étude du marché existant, parfois on le crée, on définie une cible et on positionne le produit.

Le but n'est pas de plaire à tout le monde mais à la cible que l'on a définie.

L'erreur peut survenir à chacune de ces étapes.

Apple a fait des erreurs (Apple III, le prix du Lisa, Spartacus, cube en 2001,...) mais à su à chaque fois enchainer avec des lancements de produits aux succès retentissants qui les ont fait oublier.

avatar XiliX | 

Je pense que si startup marche, il va se faire racheter par Apple.

avatar Giloup | 

Très intéressant. J'aime bien ce regard sur le fonctionnement d'Apple. Il n'est ni dans la promotion ni dans le règlement de comptes.

avatar patrick86 | 

@Giloup :
Même ressenti pour moi. C'est plaisant de lire une observation dépourvue de polémique et parti-pris.

CONNEXION UTILISATEUR