Les Apple Watch Hermès en vente à Bruxelles et dans de nouvelles villes

Florian Innocente |

Les Apple Watch Hermès sont maintenant en vente à l’Apple Store de Bruxelles ainsi que dans plusieurs autres boutiques à travers le monde. Essentiellement aux États-Unis mais aussi à Madrid, Barcelone, Florence, Manchester et quelques lieux supplémentaires en Asie (liste complète).

@AppleWatchgram

Ce modèle, qui est paré de bracelets confectionnés par la maison française de luxe, est également doté de cadrans exclusifs (Clipper, Cape Cod et Espace), avec trois types de numérotation (1, 4 ou 12 chiffres). Il y a en outre trois complications adaptées à ces cadrans (chronomètre, date et horloge mondiale).

Pierre-Alexis Dumas d'Hermès et Jonathan Ive — Wall Street Journal

Cette collection spéciale d’Apple Watch, lancée en octobre, a récemment pris la place des modèles Edition (en or) pour représenter le haut de gamme des Apple Watch. Depuis janvier, on peut acheter ces montres sur le web et cette semaine ce sont les bracelets Hermès qu’Apple commercialise séparemment pour n’importe quelle Apple Watch.

Lire les commentaires →

La Gear S2 Sport de Samsung est compatible avec (presque) tous les bracelets

Nicolas Furno |

C’était l’une des critiques fréquentes à l’encontre de la dernière montre de Samsung : l'édition Sport de la Gear S2 ne dispose que d’un choix trop limité de bracelets. Le constructeur coréen a entendu les critiques, mais plutôt que de proposer une poignée de bracelets supplémentaires, il commercialise un adaptateur qui permet d’adapter n’importe quel modèle existant, à condition qu'il utilise une attache standard.

Cet adapteur est disponible en gris ou en noir, et il est équipé d’une attache standard pour bracelets de 20 mm. L’adaptateur est vendu sans bracelet, mais vous trouverez facilement un modèle à associer, avec des styles variés et des prix souvent très raisonnables. Rappelons que la montre elle-même est vendue à partir de 330 €.

Lire les commentaires →

Magic Leap : la réalité avec une touche virtuelle

Mickaël Bazoge |

Magic Leap est une start-up qui a le goût du secret chevillé au corps. Malgré l’absence de produits en bêta ou de SDK, cette entreprise fondée par Rony Abovitz est chouchoutée par tout ce que la Silicon Valley compte d’investisseurs — à commencer par Google. Mais que fabrique Magic Leap ? Un casque de réalité augmentée, ou plutôt de "réalité mixée" (mixed reality, MR).

À côté de la réalité virtuelle (VR) et de la réalité augmentée (AR), c’est une troisième technologie qui a pour intérêt de mêler à la réalité des objets virtuels en prenant en compte la profondeur de champ, quand l’AR se contente de plaquer des informations virtuelles sur l’environnement autour de soi, à l’image des Google Glass. Quant à la VR, elle plonge l’utilisateur dans un autre monde. Cette technologie, c’est aussi celle utilisée par Microsoft avec l’Hololens.

Rony Abovitz, fondateur de Magic Leap, tenant la pièce maîtresse de son casque — Cliquer pour agrandir

Kevin Kelly, de Wired, a pu tester la solution de Magic Leap. Il en livre un long compte-rendu dans lequel il ne s’étend pas beaucoup sur le produit en lui-même (en vertu d’un NDA). Il décrit néanmoins quelques unes des solutions techniques au cœur du casque de la start-up, notamment l’affichage des informations : elles sont projetées directement dans l’œil, plutôt que sur un écran. Le grand avantage de cette solution, c’est la qualité des images qui ne montrent aucun pixel visible, au contraire des casques de type Gear VR où la définition de l’écran du smartphone n’est pas suffisamment élevée quand on le place si près de l’œil.

Cette technologie a un autre atout : elle crée l’illusion de la profondeur de champ. Le journaliste a pu apprécier ses balades dans un monde mêlant virtuel et réel où les objets étaient littéralement à portée de bras. Le retour à la réalité se réalise sans effort, c’est « aussi confortable que de retirer ses lunettes de soleil ». La réalité mixée est tellement transparente que l’équipe de développement de Magic Leap va troquer les écrans 2D traditionnels de leurs ordinateurs, pour des casques MR.

Pour prendre en compte l’environnement, le casque de Magic Leap doit scanner ce qui se trouve autour de soi. Comme avec le Vive ou l’Oculus, des caméras externes et des capteurs sont utilisés pour créer la carte de l’environnement immédiat de l’utilisateur. La start-up développe un service de stockage dans le nuage qui permettra de partager ses cartes avec d’autres utilisateurs, évitant ainsi un long et énergivore processus de numérisation. Il sera même possible de partager des objets : depuis Barcelone, on pourra placer une fleur virtuelle dans un pot virtuel se trouvant à Chicago.

Cette technologie naissante pose aussi des questions sur la confidentialité des données. La nature de la réalité mixée implique le partage de ses données privées, en particulier quand il y a interaction avec d’autres utilisateurs. Ce traçage en continu des voyages virtuels, de ses comportements, de ses préférences sera sans aucun doute d’un grand intérêt pour les annonceurs et les régies publicitaires (sans oublier les agences de renseignement).

Si le smartphone est un appareil de surveillance que nous acceptons de transporter avec nous, la VR et ses déclinaisons sont un outil de surveillance total que nous acceptons de plein gré. En attendant de trouver des réponses à ces questions (et aux questions qui se poseront plus tard), le temps est encore à l’exploration d’un nouvel univers qui est de nature à bousculer les positions bien établies, croit déceler Wired.

Lire les commentaires →

Les bracelets Hermès sont en vente sur l'Apple Store

Florian Innocente |

Les bracelets Hermès pour Apple Watch sont maintenant en vente sur l’Apple Store. Après un lancement l’année dernière où ils étaient obligatoirement associés avec une édition spéciale de la montre (avec des cadrans exclusifs), on peut maintenant acheter ces accessoires séparément pour les attacher à une Apple Watch standard.

Manchette, Double Tour et Simple Tour

Trois gammes sont proposées : les bracelets Double Tour 500 € (8 coloris de taille 38 mm) ; le Simple Tour à 350 € (7 coloris en 38 mm et 4 coloris en 42 mm) et le Manchette à 750 € (fauve et 42 mm uniquement).

[MàJ à 17h35] : Apple a mis en place les liens pour passer commande.

Lire les commentaires →

Reserve Strap ne rechargera pas tout de suite l’Apple Watch

Nicolas Furno |

Reserve Strap, c’est le nom d’un bracelet pour Apple Watch plutôt malin. Il ne se contente pas de maintenir la montre autour du poignet, il intègre une batterie capable d’améliorer l’autonomie de l’appareil. Comment ? En exploitant le port diagnostic caché par Apple, mais relativement simple d’accès.

Un bracelet Reserve Strap, très discret malgré la présence d’une batterie intégrée.
Un bracelet Reserve Strap, très discret malgré la présence d’une batterie intégrée.

Tout allait bien, même si le projet a accumulé les retards, jusqu’à la mise à jour watchOS 2.0.1. D’apparence mineure, elle ne s’est pas contentée de corriger des bugs toutefois, comme l’a constaté le concepteur de ce bracelet. Avec cette nouvelle version, on ne peut plus utiliser le port diagnostic de l’Apple Watch pour la recharge. En l’état, le Reserve Strap n’a plus de sens…

Pour autant, les créateurs de ce bracelet restent optimistes et semblent indiquer qu’il s’agit d’un retrait temporaire. On peut comprendre qu’Apple souhaite proposer un programme MFI en bonne et due forme pour exploiter ce port. Peut-être que Reserve Strap pourra alors proposer son produit, mais en attendant, il faudra oublier cette solution plutôt élégante sur le papier.

Bizarrement, on peut toujours précommander un exemplaire sur le site officiel du produit. Alors certes, une Apple Watch restée à watchOS 2.0 fonctionnera très bien avec le bracelet, mais ce n’est pas un achat que l’on recommandera. L’accessoire était vendu 250 $.

Lire les commentaires →

L'Apple Watch est aussi un guide de musée

Mickaël Bazoge |

Les guides audio des musées sont bien sympathiques, mais on passe plus de temps à chercher le numéro à côté des œuvres d'art, plutôt que les œuvres d'art elles-même. Le musée de Young, à San Francisco, tente une expérience intéressante pour permettre aux visiteurs de profiter pleinement de l'exposition et des explications audio : l'Apple Watch.

Cliquer pour agrandir

Le visiteur, Apple Watch au poignet, recevra des vibrations provenant de la montre à chaque fois qu'une explication est disponible devant telle œuvre. Il lui suffit de tapoter sur la toquante pour lancer la lecture du fichier audio correspondant. Le tout est lié à l'application du musée, que l'amateur d'art pourra tranquillement télécharger et installer sur son iPhone et son Apple Watch.

Cliquer pour agrandir

C'est épatant, mais le système souffre des latences inhérentes à la montre : il arrive que les fichiers audio mettent trop de temps à se charger. Mais le musée se félicite d'être aussi un laboratoire pour tester de nouvelles idées en matière de muséographie.

Lire les commentaires →

Des traces de réalité virtuelle dans Android N

Mickaël Bazoge |

Avec son casque Cardboard bon marché, Google s'est rapidement hissé au rang de promoteur important de la réalité virtuelle. L'affaire est même devenue d'un intérêt stratégique pour le moteur de recherche, à qui l'on prête la volonté de lancer de nouveaux casques plus durables, voire totalement autonomes (lire : Google : un casque de réalité virtuelle complètement autonome ?).

Et sur le plan logiciel, le nerf de la guerre quand on parle de réalité virtuelle, Google avance aussi ses pions, avec tout récemment un kit de développement pour iOS. Mais c'est avec Android N que Google pourrait enfoncer définitivement le clou. Le second aperçu, disponible depuis la semaine dernière, comprend de nouveaux émojis (c'est important !), le support de Vulkan, ou encore des raccourcis de type 3D Touch. Ça n'est pas tout. Ars Technica rapporte la présence d'un panneau de préférences VR Helper ou VR Listener.

Les applications tierces pourront s'y enregistrer, et les utilisateurs devraient avoir la possibilité d'autoriser ou pas l'activation de la fonction. Mais de quelle fonction parle-t-on ? C'est encore un mystère, mais il pourrait s'agir de lancer l'affichage d'une version "VR" de l'application, comprendre : avec une interface adaptée. Un « mode réalité virtuelle » en quelque sorte, qui s'activerait lorsque l'on chausse un casque.

Android N cache aussi un mode « performance soutenue » qui pourrait lui aussi être lié à l'usage de la réalité virtuelle. Le calcul VR nécessite de grosses performances de la part des processeurs et des cartes graphiques des smartphones ; lors de longues sessions de VR, les téléphones ont tendance à chauffer et même à demander grâce : c'est le cas avec le Gear VR et les Galaxy S6, qu'il faut reposer de temps en temps (ou sinon, ils arrêtent de fonctionner de leur propre chef).

Ce nouveau mode d'Android N pourrait améliorer les choses à ce niveau et permettre des expériences de VR plus longues.

Lire les commentaires →

Pages