Apple travaille sur la détection de la dépression, des déficiences cognitives et de l'autisme chez l'enfant

Mickaël Bazoge |

Même si les nouvelles provenant des équipes en charge des développements Santé ne sont pas spécialement bonnes avec de nombreux départs, Apple continue de creuser ce sillon avec intérêt, en s'alliant avec des universités et des partenaires privés pour mesurer certains signes vitaux.

Crédit : Apple.

Le Wall Street Journal rapporte trois nouvelles études sur le stress, l'anxiété et la dépression avec l'aide de UCLA, l'université de Californie à Los Angeles (projet « Seabreeze ») ; sur les déficiences cognitives légères avec le labo pharmaceutique Biogen (projet « Pi ») ; et sur la détection de l'autisme chez les enfants avec l'université Duke.

Dans les trois cas, il s'agit d'exploiter les capteurs de l'iPhone et de l'Apple Watch pour recueillir des informations sur le comportement de l'utilisateur. Le projet Seabreeze a débuté à l'automne dernier avec un test pilote mené auprès de 150 cobayes, avec une seconde phase plus importante qui impliquera 3 000 individus. Les chercheurs de UCLA vont exploiter les données provenant de l'appareil photo de l'iPhone, le clavier et les capteurs audio.

L'étude vise à analyser les expressions du visage des participants, leur manière de s'exprimer, la fréquence et le rythme de leurs marches, la qualité de leur sommeil, ainsi que le rythme cardiaque et de respiration. La vitesse de frappe sur le clavier virtuel et les erreurs seront aussi utilisées pour déterminer les émotions, le niveau de concentration et d'énergie, l'état d'esprit et d'autres informations utiles qui pourraient permettre de détecter l'anxiété.

Dans le cas de cette étude sur les signaux avant-coureurs de la dépression, l'idée serait de développer une application ou une fonction qui servirait à prévenir l'utilisateur qu'ils sont à risque et qu'ils devraient chercher de l'aide.

Le projet Pi, mené avec Biogen, vise à collecter des données en lien avec les fonctions cognitives afin d'identifier les déficiences cognitives légères, une condition qui peut se développer en Alzheimer. L'étude va demander deux années de travail de recherche et impliquer 20 000 participants qui utiliseront l'iPhone et l'Apple Watch. Le labo espère aider Apple à mettre au point une fonction de détection de ces signaux, ce qui permettrait le cas échéant d'encourager l'utilisateur à prévoir l'avenir et se renseigner sur les soins possibles.

Enfin, la dernière étude avec Duke cherche à utiliser l'appareil photo de l'iPhone pour observer la manière dont les jeunes enfants se concentrent, combien de fois ils se balancent d'avant en arrière, et d'autres mesures. On a encore peu d'informations sur ce dernier projet.

Ces efforts n'aboutiront pas immédiatement (et pas forcément) sur de nouvelles fonctionnalités pour l'iPhone ou pour l'Apple Watch. Mais d'après le WSJ, Jeff Williams serait enthousiaste. Le patron des opérations et grand manitou de la montre connectée aurait évoqué auprès de ses troupes le potentiel d'Apple pour lutter contre la hausse des dépressions et de l'anxiété, ainsi que d'autres troubles cérébraux.


avatar raoolito | 

en meme temps Williams allait pas lancer "wéé bon ca avance un peu, mais on n'y croit plus" :D

plus sérieusement, c'est fou de lire qu'on pourrait (conditionnel) detecter les symptômes de ces maladies avec son smartphone ou son apple watch. C'est tellement incroyable quand on y ajoute les detections deja possible (sommeil, arythmie, meme fièvre et oxygénation...)
ya quand meme de bons moments dans 'levolution technologique. D'ici une generation on ne comprendra pas comment on faisait sans, un peu comme now "quoi? sans smartphone à portée de main? un telephone fixe uniquement? mais, mais...noooooon c'est une blague?"

avatar r e m y | 

Franchement ça ne me fait pas rêver... ce serait plutôt un cauchemar, même !

J'imagine déjà les iPhones de nos gamins dont la caméra surveillerait en permanence les expressions de leur visage pour pouvoir alerter les parents que leur rejeton dont ils étaient si fiers présente des signes de déficience cognitive (en gros il est con comme ses pieds), et il est probablement également autiste... 🥴

avatar abalem | 

@r e m y

Vous avez lu cet article d’aujourd’hui qui dit que les académies US fouillent les journaux intimes des étudiants pour détecter les signes de dépression ? Sympa… (FranceInfo)

avatar Insomnia | 

@r e m y

Je suis de ton avis, ça devient un peu trop pour le coup, certes c’est louable mais il faut laisser ce travail aux professionnels.

avatar CorbeilleNews | 

@Insomnia

Et bien chez Apple ceux sont des professionnels non ? 😂

avatar iChris015 | 

@CorbeilleNews

De toute façon, on va droit vers la surveillance à outrance d’ici les 10 à 20 prochaines années.
D’un côté, si ça peut aider à prévenir certains troubles, pourquoi pas !
Mais la contre-partie, c’est que nous ne serons plus que des citoyens pseudo-libres avec notamment un libre arbitre et un bonheur disons très artificiels.
Bienvenue dans la société du 21ème siècle.

avatar CorbeilleNews | 

@iChris015

Attendez de voir les banques assurances ou mutuelles refuser certains clients car trop à risque

Tout ca pour quelques gogos qui veulent connaître leur « performance » ou qui n’ont rien à cacher … on peut leur dire merci, ils tirent tout le monde vers le bas !!!

avatar raoolito | 

@iChris015

comparez ce que nous partageons volontairement ou involontairement en 2021 par rapport à 1960 et vous aller vous rendre compte que nos parents peuvent dire exactement la meme chose.
La realité est simple: l'histoire coule comme un fleuve, vous pouvez essayer de perdre votre temps à aller contre: vous ne ferez que perdre du temps.
la generation des 2010 integrent les ipads, smartphones et ecrans / musiques partout et tout le temps à 5ans deja. qu'on le veuille ou pas (enfin qu'on croit ne pas le vouloir)
pour eux, avoir une identité numérique en ligne H24 sera sans doute aussi basique qu'un compte FB pour nous

avatar iChris015 | 

@raoolito

Je pense que la situation en 2020 est déjà bien pire que celle des années 80.
La raison est simple : l’avènement des réseaux informatiques à la fin des années 90 et qui n’existaient donc pas dans les années 60.
Internet, téléphones portables, réseaux sociaux, …
Tout cela conduit à cette surveillance à outrance et à une pression sociale qui vont très certainement empirer dans les 20 prochaines années.
Cette génération que vous mentionnez (celle des années 2000 et 2010) est engluée dans ce monde virtuel qui leur promet une liberté et un bonheur qui ne sont en réalité que superficiels.
Bien sûr, le plus important est qu’ils gardent et garderont cette impression de liberté et de contrôle qui seront toujours superficiels.
Cette identité numérique que vous mentionnez en est effectivement la base et en posséder une sera le symbole de votre appartenance à la société, mais de nouveau, à quel prix !!!

avatar Insomnia | 

@CorbeilleNews

Professionnels en technologie pas médical 😁

avatar pechtoc | 

@raoolito

Et pourtant tout le monde est heureux de pouvoir éteindre son tel durant les vacances pour qu'on lui foute la paix.
Je suis pas vraiment d'accord, le smartphone est certainement la pire invention des dernières décennies. Ah le contact humain et social, un truc de vieux aigri du clan des "cètèmieuavan"

avatar raoolito | 

@pechtoc

....
vous regardez mal autour de vous en vacances alors...

"Et pourtant tout le monde est heureux de pouvoir éteindre son tel durant les vacances pour qu'on lui foute la paix."
que ce soit votre manière de faire est tout à fait honorable et parfaitement compréhensible mais ne mettez jamais "tout le monde" car sinon ça prouve que vous êtes vraiment aveugle !

avatar pechtoc | 

@raoolito

Je devais sûrement faire comme tout le monde, rester le nez sur mon smartphone et ne pas voir ce qui se passe autour 🙃

avatar occam | 

@raoolito

"plus sérieusement, c'est fou de lire qu'on pourrait (conditionnel) detecter les symptômes de ces maladies avec son smartphone ou son apple watch."

Plus tellement fou.
Après avoir participé à une expérience avec le bracelet haptique de l’équipe Eagleman,
https://neosensory.com/feelthesound/
j’ai eu la curiosité de l’écouter cette semaine en tant qu’hôte de Jim Al-Khalili sur The Life Scientific :
https://podcasts.apple.com/ch/podcast/the-life-scientific/id469912037?l=en&i=1000535269803

À part la recherche courante (qui « chauffe » à tous les points de vue), il y a sa projection à 20 ou 30 ans, tout à fait plausible quand nous songeons au state of the art de 2001.

Rien que son dernier exemple, la perception du temps qui change sensiblement quand un capteur infra-rouge nous transmet et traduit l’expérience sensorielle de la trace thermique d’autrui et du laps de refroidissement qui nous en sépare, ça concrétise le possible qui devient concevable.

Une fois qu’on l’aura intégré, c’est son absence passée qui deviendra inconcevable.

avatar pagaupa | 

Il n’y a plus que des médecins chez Apple ou quoi? 😂
Bientôt les médecins remplacés par l’iphone! 😂😂😂

avatar Sindanárië | 

@pagaupa

Si seulement leur système était parfait et vraiment sécurisé d’abord, avant de faire mumuse à n’importe quoi

avatar Adodane | 

On va mettre des Apple watch aux enfants de 4 ans pour détecter l'autisme... N'importe quoi 😅

avatar r e m y | 

Il lui faudra également un iPhone qu'il devra garder en permanence devant lui pour que la caméra puisse surveiller ses expressions corporelles 😔

avatar Adodane | 

@r e m y

Plus aucun besoin de parents qui se font du soucis pour leur enfant non plus

avatar r e m y | 

Moyennant un abonnement modeste, on pourra les faire adopter par Apple à la naissance 😔

avatar Adodane | 

@r e m y

Après vu le prix des suivis aux usa, on mets l'enfant devant une machine et hop ! Le verdict est tombé !
Plus besoin de praticiens

avatar John McClane | 

Je suis impatient que l’iPhone de mes ados me prévienne qu’ils ont fait une drôle de grimace lors du climax d’une vidéo X…

avatar GuigsFR | 

Je pense que c’est louable comme effort mais il faudrait que la technologie reste une aide et non LE moyen de détection, que ce soit pour les problèmes de santé physique ou mentale. Ce qui est louable, ce sont les services qui, avec l’aide de l’intelligence artificielle, permettent de détecter une anomalie qui sera prise en charge bien plus tôt et donc qui aura moins de chances de se développer en cas graves. J’ai eu la chance d’utiliser, pour une simple dermatite, le service FirstDerm, qui, grâce à l’IA, permet de comparer une photo de votre problème de peau avec des millions d’autres et d’émettre une première hypothèse, à savoir si l’on doit rencontrer un dermatologue rapidement. Pour le dermatologue, de nombreux services émergents maintenant avec la télémédecine ou on peut envoyer des photos et expliquer la situation, plutôt que d’attendre des mois d’avoir un rendez-vous, surtout en pandémie. Ce sont pour l’instant des services privés et qui coutent, mais une fois qu’ils seront démocratisés et que la technologie sera optimisée, on pourra résoudre les problèmes de manques de médecins disponibles immédiatement et de surcharge des services d’urgences. Donc, technologie, oui, avec toutefois une approche éthique réglementée.

avatar Q | 

Avec #AppleToo, ils feraient mieux de se concentrer sur leurs employés avant tout … 😂😂

avatar SugarWater | 

Et pour ses employés?

CONNEXION UTILISATEUR