Apple Watch : une étude clinique pour les prothèses de hanche et de genou

Mickaël Bazoge |

La santé, c’est un marché qu’Apple prend très au sérieux. On a appris il y a quelques heures que le constructeur de Cupertino allait fournir 1 000 de ses montres connectées à des malades atteints de troubles alimentaires dans le cadre d’une étude scientifique. Ce n'est pas tout.

Autre initiative dévoilée aujourd'hui, Apple et Zimmer Biomet, une entreprise spécialisée dans les soins musculo-squelettiques, ont annoncé le développement d’une application commune, MyMobility. Cette app s’appuie sur l’Apple Watch afin de déterminer les raisons pour lesquelles certains patients recouvrent plus rapidement d’une chirurgie de remplacement de genou ou de hanche par une prothèse.

En plus de la mesure de l’activité physique et des constantes cardiaques, l’app contient des ressources pédagogiques, des vidéos d’exercices, les patients peuvent aussi contacter leurs médecins s’ils ont des questions. Si le malade se plaint de douleur, son équipe médicale peut savoir qu’il a marché 5 000 pas la veille, ce qui peut expliquer son niveau de douleur.

Cette nouvelle étude clinique s’ouvre à 10 000 patients aux États-Unis. Jeff Williams, directeur des opérations d’Apple et grand manitou de la santé au sein de l’entreprise, se dit fier de permettre aux patients d’utiliser leurs propres données et de les partager avec leurs médecins.

« Ils peuvent participer dans à leur parcours de soins et guérir d’une manière qui n’était pas possible [avec les précédentes méthodes] », décrit Williams. La solution mise au point par les deux larrons va « connecter l’utilisateur avec leurs docteurs en continu, avant et après la chirurgie ».

Plus d’un million d’Américains obtiennent une prothèse de hanche ou de genou chaque année. Zimmer Biomet est un des principaux fournisseurs de ces produits.

avatar Ielvin | 

Mais pour quelles raisons obtiennent-Ils ses prothèses ?

avatar John McClane | 

@Ielvin

Le surpoids j’imagine.

avatar levert74 | 

@lelvin: parce qu ils en ont besoin médicalement. Je pense pas que ce soit l intérêt de l article. Gérant les essais cliniques, je trouve cela plutôt intéressant comme outil de mesure.

avatar GillesR | 

@levert74

Je crois que @lelvin se moque plutôt de l’emploi malheureux du verbe. En Anglais, on obtient une prothèse, mais pas en français.

avatar jerome_Mos | 

Quel est le lien entre les troubles alimentaires et les prothèses?

avatar Powerdom | 

@jerome_Mos

Plus tu manges plus tu grossis. Plus tes genoux souffrent.

avatar Mickaël Bazoge | 

@jerome_Mos

Ah il n’y a pas de rapport entre les deux infos. Je vais préciser parce que c’est pas très clair.

avatar jazz678 | 

@jerome_Mos

Dans le contexte de l’article il n’y en a pas directement.
Il évoque 2 études cliniques, une sur les troubles les troubles de l’alimentation, l’autre dans les prothèses, qui ont pour point commun d’utiliser une AW.

avatar bellague | 

Faux. J’ai une demi prothèse du genou et je n’ai jamais été en surpoids. Pour moi, c’était le vtt et le ski qui m’ont usé un genou

avatar jazz678 | 

@bellague

Non ce n’est pas faux. Le surpoids est clairement un facteur de risque de gonarthrose, dont une des solutions est la pose d’une prothèse, même s’il est vrai qu’il y a d’autres causes (traumatiques, inflammatoires..)

CONNEXION UTILISATEUR