L'Apple Watch mise à contribution dans une étude sur les troubles du comportement alimentaire

Stéphane Moussie |

L’Apple Watch va participer à une nouvelle étude scientifique aux États-Unis, rapporte CNBC. Il ne s’agit pas pour une fois d’une étude liée directement au cœur, mais d’une sur les troubles du comportement alimentaire.

L’école de médecine de l’Université de Caroline du Nord va bientôt démarrer un projet nommé Binge Eating Genetics INitiative (BEGIN) visant à mieux comprendre la boulimie, un trouble qui fait consommer une quantité excessive de nourriture en un rien de temps. 1 000 personnes boulimiques utiliseront une application mobile, Recovery Record, pour tenir un journal de leur expérience.

Chaque participant aura également une Apple Watch, offerte par Apple, qui servira à surveiller l’activité cardiaque pour voir si le cœur s’emballe avant les épisodes boulimiques. Un chercheur suppose en effet qu’une crise provoque des changements mesurables par la montre connectée. « Nous voulons savoir si [la crise de boulimie] possède une signature biologique et comportementale », déclare Cynthia Bulik, directrice d’un centre de recherche sur les troubles alimentaires, à CNBC. Interrogée, Apple n’a pas fait de commentaire.

Tags
avatar Malouin | 

Cette APPLE Watch va bouleverser le secteur de l’horlogerie... Et de la santé ! Apple a trouvé le bon angle.

avatar jazz678 | 

@stephanemoussie
« visant à mieux comprendre la boulimie,.. »

Pour être précis cette étude étudie les troubles du comportement alimentaire, dont la boulimie, mais également l’hyperphagie (binge eating).
Ces 2 troubles se distinguant par la mise en place d’un mécanisme de compensation dans l’un (les boulimiques se font souvent vomir pour ne pas grossir) et pas dans l’autre.

avatar Bigdidou | 

De façon générale, cette Apple Watch est un outil qui peut être très utilement intégré à de nombreuses thérapies comportementales.
Il reste plus qu’à écrire...

avatar jazz678 | 

@Bigdidou

«...outil qui peut être très utilement intégré à de nombreuses thérapies comportementales. »

Pour l’instant nous en sommes encore au stade de l’investigation. Pas de la thérapie.
En tout cas dans cette étude

CONNEXION UTILISATEUR