Test de la Withings Move, la montre connectée « Made in France »

Anthony Nelzin-Santos |

Une montre aux lignes rondouillardes et aux couleurs pétillantes. Un mouvement connecté engoncé dans un boitier en plastique. Un configurateur en ligne pour choisir parmi 5 850 combinaisons possibles. Une description de la première connectée de Swatch ? Eh bien non : il s’agit de la Move, la montre connectée la moins chère du catalogue de Withings, mais aussi la plus fun. Et « Made in France », pour ne rien gâcher.

Disons-le tout de suite : la Withings Move est une montre connectée dans le sens le plus strict du terme. C’est une montre, parce que ses aiguilles donnent l’heure ; connectée, parce qu’elle communique avec votre téléphone par le biais d’une connexion Bluetooth. Ce n’est absolument pas un ordinateur de poignet, mais plutôt traqueur d’activité sous la forme d’une montre. Et vous savez quoi ? Ce n’est pas forcément plus mal. Pas besoin de lever le poignet pour lire l’heure, voire de le secouer, un regard oblique suffit.

Disons-le aussi : la Withings Move est une montre « Made in France » dans le sens le plus lâche du terme. Les modèles de la série « Basic Essentials », déclinés dans quelques coloris simples et vendus 69,95 €, sont fabriqués en Chine. Les montres personnalisées sont assemblées dans la « Manufacture Withings », à Issy-les-Moulineaux, mais leurs composants restent majoritairement chinois. Au sens légal toutefois, la Move peut se prévaloir de l’estampille « Made in France », puisqu’elle « subit sa dernière ouvraison ou transformation substantielle, économiquement justifiée » dans l’Hexagone.

L’assemblage des aiguilles sur un modèle à cadran « Terrazzo ».
Le posage des aiguilles sur un modèle à cadran « Terrazzo », par l’horlogère de la « Manufacture Withings ».

Et puis le cadran, lui, est « imprimé » en France (lire : Dans la manufacture où Withings assemble la montre Move connectée « Made in France »). Voilà qui ouvre des possibilités, à commencer par la configuration de la montre à la commande. Le configurateur en ligne permet de choisir parmi :

  • douze cadrans : uni (blanc, noir, et bleu foncé), Smart Dot (corail, gris, bleu glacier, bleu foncé, vert menthe, rouge rubis, et bleu mer), et terrazzo (récif, granite, et moderne) ;
  • cinq boitiers : blanc, noir, gris, bleu glacier, bleu foncé ;
  • dix aiguilles de suivi d’activité : gris, noir, jaune doré, vert menthe, corail, bleu mer, blanc, rouge rubis, bleu glacier, et bleu foncé ;
  • neuf bracelets : gris, noir, vert menthe, bleu marin, corail, rouge rubis, bleu glacier, bleu foncé.

Nous avons ainsi choisi d’allier le bleu foncé façon iGeneration au corail façon WatchGeneration, un choix relativement sage, mais qui fait son petit effet. Ce n’est que l’une des 5 850 combinaisons possibles… mais pas forcément souhaitables. Ne parlons pas des associations plus ou moins heureuses, puisque les gouts et les couleurs ne se discutent pas, mais plutôt de lisibilité.

Fidèle à ses habitudes, Withings emploie des aiguilles en laiton fines et plates, qui « n’attrapent » pas la lumière. Dans le même temps, les courbes de la glace bombée en plastique attirent les reflets. Or les aiguilles sont le seul composant visible qu’il n’est pas possible de personnaliser. Leur lisibilité n’est pas toujours parfaite sur le cadran blanc ou les cadrans « Smart Dot » au fond blanc, et toujours précaire sur le (magnifique) cadran Terrazzo.

Vous aimez le bleu ? Entre le bleu foncé, le bleu glacier, et le bleu marin, vous serez comblé. Vous préférez le rouge ? Espérons que vous n’avez rien contre le bordeaux. Vous êtes un obsédé du vert ? Vous êtes mieux loti que les amateurs de jaune ou de violet, mais vos options sont limitées à deux coloris bien pâlichons. Les graphistes de Withings ont ignoré des parties entières du spectre colorimétrique, et préféré les tons pastel.

Faut-il le déplorer ? Pas encore. Withings produit les cadrans « Smart Dot » et « Terrazzo » à Issy-les-Moulineaux, à l’aide d’une imprimante industrielle chargée d’encres UV, qui traite des lots de 70 cadrans. Armé de cette machine, le fabricant veut produire de petites séries aux couleurs d’une entreprise ou d’une institution. Mais il peut aussi multiplier les collections : si nous avons vu des cadrans siglés « La French Tech » ou « MoMA », nous avons aussi aperçu des cadrans dont les couleurs et les motifs pourraient faire un carton.

Quelques combinaisons possibles.
Quelques combinaisons possibles.

Donnons quelques mois à Withings, le temps de roder la chaine d’assemblage et d’étudier les carnets de tendance. Mais si le fabricant français laisse passer la saison estivale sans proposer quelques couleurs plus vives, on saura à quoi s’en tenir. Espérons qu’entretemps, Withings aura réglé les bugs de son configurateur, plus esthétique que pratique. L’outil de personnalisation proposé sur le site d’Amazon est moins joli, mais plus facile à manipuler et plus fiable.

Le prix de la personnalisation ? Dix euros. Les plus chauvins diront que les petites étiquettes « Made in France »1, le minuscule drapeau tricolore frappé à trois heures sur le cadran « Smart Dot », et la satisfaction de contribuer au financement de trois emplois, valent bien ce surcout de 13 %. Ces quelques euros sont aussi l’assurance que votre montre, comme toutes les montres qui traversent la « Manufacture », a passé plusieurs contrôles au cours de son assemblage2.

La boite de 38 mm de diamètre est fabriquée en plastique, comme la glace dont les courbes portent l’épaisseur à 12,9 mm. Après un mois d’utilisation quotidienne, ponctué par un test de résistance mécanique et quelques chocs involontaires, notre modèle de test n’a pas pris la moindre rayure. Mais il a pris la poussière : la transition entre la glace et la boite, puis entre la boite et le fond en acier, forme deux petites lèvres dans lesquelles les saletés viennent se nicher.

Withings offrira prochainement la possibilité de graver quelques mots sur le fond de la boite. Pour vraiment parler d’« ultrapersonnalisation », comme le fait le président du fabricant français, Éric Carreel, il faudrait pouvoir personnaliser le cadran avec la couleur, voire le motif, de son choix. Mais ce serait probablement un casse-tête logistique… et juridique.

Les bracelets en silicone de Withings sont souples, et celui de la Move l’est encore plus que d’habitude. Grâce à ses pompes flash, vous pourrez l’échanger rapidement contre n’importe quel autre bracelet de 18 mm de large. Et vous devrez le changer : sa boucle assortie en plastique, qui concentre la tension du bracelet et encaisse les chocs du poignet, finira par casser. Au moins participe-t-elle à la légèreté de la Move, qui se fait oublier sur le poignet, avec son poids plume de 32 grammes.

Puisque cette montre s’appelle « Move », bougeons. En gardant à l’esprit que les appareils portés au poignet sont toujours plus optimistes que ceux portés à la taille, le comptage des pas apparait raisonnablement fiable. La progression de l’aiguille d’activité est toujours aussi plaisante, surtout lorsqu’on la surprend à revenir sur ses pas, puisqu’il s’agit d’une aiguille rétrograde, au moment où l’on atteint l’objectif que l’on s’est fixé dans l’application Health Mate.

Appuyez une seconde sur le bouton qui prend la place habituellement dévolue à la couronne, jusqu’à sentir une petite vibration, pour activer le suivi des activités sportives. La montre se transforme alors en chronomètre : l’aiguille des minutes compte les secondes, l’aiguille des heures compte les minutes, et l’aiguille d’activité compte les pas effectués lors de la séance. C’est plutôt malin, et l’on peut toujours revenir à l’affichage de l’heure en appuyant deux fois sur le bouton.

La boucle en plastique du bracelet en silicone très souple et plutôt salissant. Comme la montre est étanche jusqu’à 50 mètres, on peut heureusement la passer sous le robinet pour la laver rapidement.

Si vous avez oublié de lancer l’enregistrement, la montre et l’application restent capables de reconnaitre quelques activités basiques, comme la course à pied et la natation. Les sportifs accomplis se tourneront plutôt vers le Pulse ou la Steel HR, plus maniables avec leur écran et plus précis avec leur cardiofréquencemètre, voire d’autres produits plus spécialisés. Reste que la Move bénéficie des mêmes fonctions de GPS connecté, et peut tout à fait convenir aux coureurs du dimanche.

La Move ne suit pas seulement l’activité, mais aussi le sommeil. Regardez l’alternance des phases du sommeil avec circonspection : les tracés sont d’une fiabilité douteuse, et vous ne pouvez pas vraiment agir sur la profondeur de votre sommeil, qui pèse pourtant de manière disproportionnée dans le « score de sommeil » décerné par Withings. Concentrez-vous plutôt sur l’heure de coucher et de lever, un indicateur d’hygiène du sommeil beaucoup plus tangible, au cœur du programme « Rituel de sommeil » proposé par Health Mate.

Dans ce contexte, la Move fait un formidable réveil silencieux. Le vibreur est suffisamment fort pour vous réveiller, mais pas si fort qu’il réveille votre partenaire et vos voisins. L’application permet de régler plusieurs réveils, un pour la semaine et un pour le weekend par exemple, avec une fenêtre de « réveil intelligent ». Vous avez réglé un réveil à 6 h, mais la montre vous sent remuer dès 5 h 45 ? Elle vous réveillera plus tôt, lorsqu’il est plus facile de vous tirer du lit.

Avec sa pile CR2430, la Move suivra votre activité le jour et votre sommeil la nuit pendant dix-huit mois… en théorie. L’expérience des anciennes Activité et de la Steel nous fait dire que l’autonomie réelle devrait être plus proche de l’année, ce qui est déjà remarquable. Mais alors que la pile de la Steel se change en deux minutes, il n’est pas recommandé d’essayer de remplacer la pile de la Move soi-même. Vous devrez donc passer chez l’horloger, et vous acquitter de frais qui représenteront une part conséquente du prix de la montre.

C’est indubitablement le point noir de la Move, qui pose des questions sur la viabilité de cette montre à long terme. C’est dommage : sous tous les autres aspects, y compris le placement tarifaire, elle ressemble à la montre connectée que Swatch aurait dû lancer depuis des années. À ceci près que l’on peut changer la pile d’une montre Swatch en trente secondes (ou rapporter la montre en boutique pour un changement gratuit).

La mesure du succès de la Move tiendra dans la capacité de Withings à soutenir l’offre de personnalisation. Le fabricant français ouvrira une « Manufacture » aux États-Unis dans le courant de l’année — une montre « designed in France and made in the USA », cela devrait faire parler. Mais il lui faudra surtout multiplier les couleurs, les motifs, voire les textures. La Move, c’est certain, doit bouger.


  1. La Move au nom so british est « Made in France », l’Activité au nom bien franchouillard était « Swiss Made », allez comprendre. ↩︎
  2. Voilà qui justifie peut-être que le configurateur permette de récréer les modèles de la collection « Basic Essentials » sans autre forme de procès. Les petites mains de la « Manufacture » perdent du temps à assembler un modèle déjà produit en Chine, le client paye 10 € supplémentaires, mais… ↩︎
Note Withings Move
avatar Sokö | 

Le « posage » dès aiguilles ! Hum ! 🤔

avatar Woaha | 

@Sokö

L’auteur va-t-il effectuer un correctionnage de l’article ?

avatar PaKETaZ | 

@Woaha

Posage
technique, vieilli
Action d’installer, de fixer.
« Le posage des aiguilles sur une montre. Le posage d’un escalier. Le posage des couleurs sur une poterie. »

avatar vespistico | 

on dirais une swatch à 30 balles

avatar Guizilla | 

@vespistico

Ca a l’air tellement cheap 😂

avatar victoireviclaux | 

@Guizilla

Après ça vient se plaindre que les emplois sont supprimés en France. De plus que vous n'en savez rien de la qualité.

avatar Guizilla | 

@victoireviclaux

J’ai dit « ça a l’air tellement cheap », je n’ai pas dit : « c’est cheap ». Veuillez réfléchir avant d’écrire. De plus, j’encourage le savoir faire la ou il se trouve, si c’est en France, tant mieux, sinon ça sert à rien de faire du chauvinisme économique sans avenir. Je tiens à rappeler que l’on ne sait pas réellement ce qui est fait en France sur cette montre. Si ce n’est que la pose finale des aiguilles je trouve ça honteux de s’affubler de cette mention « fait en France ».

avatar en ballade | 

@Guizilla

Toi t es du genre à mettre 400€ pour une montre carrée qui fait toc, avec bracelet horrible multicolore.

avatar klouk1 | 

@en ballade

Ça fait des lustres que la montre carrée existe. Sors de ta grotte de troll

avatar Guizilla | 

@en ballade

Hmm 🤔 non.

avatar pim | 

C’est une excellente solution, et elle fait vraiment mode je trouve.

avatar razerblade | 

N’empêche il a raison que cette Move fait vraiment cheap par rapport aux autres modèles. Mais ça va avec le prix aussi qui est très bon. Au moins Withings donne le choix...

avatar Paul_M | 

@razerblade

Les versions unies (surtout la noire) sont plus jolies que celles présentées dans l'article je trouve. Mais elles se sont pas forcément made in france...

avatar anonx | 

Le Made in France 😂

Je vais finir par l’éviter... bientôt ils ramèneront les matériaux et des chinois pour les fabriquer en France et se targueront de vendre du MiF 😂

D’ailleurs tututte machin va pas gueuler pour l’utilisation « made »? Allez viens poto 😂

avatar Link1993 | 

@anonx

Rien n'est made in France, sauf la bouffe.
Plus un système est complexe, plus il y a de pièces, et donc plus tu vas avoir de chance de devoir importer des composants inexistants en France (l'électronique par exemple).

En revanche, assemblée en France, ça c'est tout à fait existant ! D'ailleurs, c'est ce qui devrait être mis sur ce type de produit ! ^^

avatar MacWaz | 

Je suis client de la première heure chez Withings , je possède leur toute première balance et la première version du tensiomètre.
Jusque ici, expérience utilisateur parfaite, design et qualité au Top !

Malheureusement pour moi, j’ai acquis la montre Steel HR et là patatras...
Très rapidement ma montre souffre d’un problème d’étanchéité, un nuage de buée se forme sous l’écran ce qui rend impossible la lecture des informations sur la montre. Withings reconnaît le défaut et change ma montre 4 mois après sa première utilisation.
Je reçois donc un deuxième montre qui quelques semaines plus tard souffre à nouveau des mêmes défauts. Je recontacte Withings qui a entre temps suspendu les ventes de la Steel HR après avoir pris conscience de l’ampleur du défaut d’étanchéité.
N’étant pas en mesure à cet instant de remplacer ma montre par un modèle fonctionnel, Withings me demande de patienter avec ma montre embuée et m’envoie finalement un 3ème exemplaire 6 mois après la réception du 2ème.
Allais-je être enfin en possession d’un modèle exempt de tous défauts ?
Ce fût le cas pendant un peu plus d’un an, le soucis d’étanchéité étant enfin solutionné.
Hélas, après cette (courte) période c’est maintenant le bouton de commande qui ne répond plus 😩 et vous savez quoi, ma montre n’est plus couverte par la garantie car j’ai dépassé d’un mois la garantie légale de 2 ans.

Montre 1 : Problème d’étanchéité
Janvier à Mai 2017 - 4 mois d’utilisation
Montre 2: Problème d’étanchéité
Mai à Novembre 2017 - 6 mois d’utilisation
Montre 3 : Problème bouton
Novembre 2017 à Février2019 - 15 mois

Total : 25 mois (2 ans + 1 mois)

Malgré le rappel de l’ensemble des déconvenues survenues après l’achat de ma montre, le service client Withings ne fera pas d’effort. Le délai légal de garantie est dépassé, ma montre ne sera pas prise en charge. Soit...

Ne pouvant me résigner à jeter ma montre après une si brève durée de vie, je souhaite faire réparer ma montre à mes propres frais.
Nouvelle déconvenue, il n’y a pas de SAV sur ce produit, ma montre est irréparable !
Et c’est probablement là le plus grand des drames.

Bienvenue dans la CradeTech !

En résumé, j’ai acheté un montre à 200€ qui ne tient pas plus de 15 mois et qui est irréparable !
C’est d’une totale irresponsabilité écologique !
On attend bien mieux d’une entreprise Française, la pollution et l’obsolescence programmée made in France ne vaut pas mieux que la pollution made in China.

Ah, j’oubliais, Withings veut bien m’offrir en compensation 25% de réduction pour l’achat d’une nouvelle montre... Histoire d’aller encore plus vite dans le mur, peut-être ???
Ma conscience écologique encore plus que mon porte-monnaie me fait dire non.

Withings, c’est fini 🙅‍♂️

avatar Ielvin | 

@MacWaz

Petite précision utile..:
Au delà de 15 jours d’immobilisation d’un bien (ici la montre) le temps d’immobilisation pour réparation jusqu’à sa nouvelle réception (en modèle de remplacement ) est ajouté à la garantie . (Ceci vaut pour l’iPod).
Relis bien les conditions de garanties.

avatar 13novembre | 

J’en ai une, elle est très efficace. Elle va a l’essentiel sans être intrusive. Mais je suis d’accord sur le défaut de la lunette, il y a un peu de poussière sur le contour, entre la jointure du boîtier et de la lunette.

avatar lulubotine | 

Je veux une montre archos !
Avec vis apparentes Castorama dépareillées !

avatar Roxxor | 

Personnellement je suis très satisfait de la Withings Move. Je l’ai commandé sur leur site il y a 2 semaines, j’ai pu personnaliser très facilement ma montre grâce à leur configurateur qui contrairement au site amazon permet de voir rapidement l’ensemble des possibilités. Elle est arrivé 2 jours plus tard. La montre est très jolie et super agréable à porter (elle est toute légère). En plus de cela je peux maintenant suivre mon activité et mon sommeil depuis mon téléphone. Franchement pour une montre à 70e c’est juste G-É-N-I-A-L.

avatar Ducatevo | 

Et ça se dit made in France. C'est une honte. Il faut vraiment faire quelque chose contre ces abus. Les mecs n'ont même pas le courage d'avouer que le produit vient de Chine et n'est "que" assemblé en France. Rien à voir avec la qualité à la française. Encore une pseudo marque dite français à boïcoter..... Tout ça pour qu'un patron puisse gagner encore et encore plus de pognon sur le dos des petites mains qui font le boulot. Écoeurant.....

avatar pim | 

@Ducatevo

Dans la même série, le saucisson français et « de montagne », appellation qui exige que l’usine soit à 500 m minimum. C’est la hauteur de la colline en face de chez mes parents, ils ont posé une usine au sommet, et la viande vient de pays très lointains ! Tout ça parce que c’est à 5 km d’un croisement de deux autoroutes Nord - Sud et Est - Ouest (A75 et A89). Y’a des malins !

avatar Ielvin | 

@pim

Ah ouai ?

avatar JONYBLAZ | 

Apple Watch Numbers 1

avatar ClownWorld 🤡 | 

Ils auraient pu trouver un nom français

avatar niclet | 

@ClownWorld 🤡

Bien d’accord!
Ou un nom multilingue ou un néologisme.

avatar rikki finefleur | 

Oui enfin l'apple watch est made in china... et on ne le répete pas toutes les 4 phrases, ni dans le titre..

Bref pour une fois qu'une société s'implante en france plutot qu'en allemagne ou en GB.. Je vois que certains francais sont toujours aussi bêtes et je comprends pourquoi d'autres boites vont ailleurs.
Il serait temps de changer notre état d'esprit si on veut enfin sortir de notre chomage au plus haut dans la zone UE..

avatar niclet | 

@rikki finefleur

Apple ne se pète pas les bretelles avec « Made in USA », mais bien « Designed by Apple in California ».

avatar rikki finefleur | 

Il faudra que tu m'expliques la différence..
Remplacer made in france par USA ??

Et pourquoi ne pas marquer Designed par withings en France.. (car c'est le cas). C'est + mieux ou c'est tout aussi trompeur.. ??
Tant qu'on est dans le subjectif..

Et cela veut dire quoi designed par un pays, a croire que les technos de fabrication faites par le continent asiatique pour produire cette montre sont insignifiantes.
Ce qui est l'inverse de la vérité.

A moins que cela ne soit qu'une vaste tromperie, sachant qu'une bonne partie des ingrédients faites sur l'apple watch par exemple ne sont possible que grâce a l'inventivité, l'investissement et a la vision a long terme de l’industrie asiatique.

Bref le designer en californie me parait etre se raccrocher aux quelques branches marketing ( fausses et restantes) dans ce cas.

Que je sache, Il y a eu des fabricants US qui ont fait de mauvais traqueurs d'activités ou montres et ne déblatérait pas inutilement sur le made in USA.. pourtant marqué sur ces montres.
Ce qui est déplaisant dans le cas de withings, c'est juste pour dénigrer ceux qui choisisse la France, le bashing perpétuel, et bien à eux d'aller ailleurs en GB ou en Allemagne quand on voit ce genre de mentalité.

Conclusion on est a 10% de chomage et une dette de folie.
Un jour il faudra bien de demander pourquoi.
Déjà changer votre mentalité, et etre fier de voir des sociétés s'implémenter en France, qui vous amène des emplois , des salaires , des impots et toute la vie sociale qui gravite autour.

avatar donatello | 

Withings est sur un bon créneau avec leurs montres connectées analogiques, mais ils devraient pousser un peu plus loin.
Mon AW première génération est morte et je rêve pour la remplacer d'une Steel HR Sport avec GPS, suivi de la natation et synchro avec des services externes, genre Strava.

Les grosses montres pour technoïdes ne me font pas envie mais il manque encore deux trois bricoles aux Withings pour trouver le parfait compromis entre techno et classicisme.

avatar Wund3r | 

Je plussoie, perso je rêve d'une Steel HR Saphir (leur écran d'avant n'était pas top) fond noir et contour or avec la fonction ECG de la Moove et je passe le cap.
D'ailleurs je comprends pas trop pourquoi la moove à l'option et pas les autres. Elle fait franchement montre Playskool la moove pas jolie du tout.

avatar Macfred29 | 

Très gros problème d’étanchéité sur cette montre. J’ai fait marché la garantie à deux reprises, puis je suis passé à autre chose.

CONNEXION UTILISATEUR