Revue de tests de l’Apple Watch Series 4 : l’expression de la maturité

Mickaël Bazoge |

Autant les iPhone XS et XS Max n’ont pas fait l’unanimité auprès des premiers testeurs, autant l’Apple Watch Series 4 est parvenue à satisfaire la plupart des sites US ayant eu la chance d’utiliser avant tout le monde la nouvelle montre connectée d’Apple.

@Hodinkee.

Il y a évidemment des nuances entre les testeurs, certains se montrant plus enthousiastes que d’autres. Mais globalement, cette Series 4 coche beaucoup des cases d’une bonne, voire d’une excellente montre connectée.

Pour cette revue de tests, nous avons repris les articles de The Verge, TechCrunch, BuzzFeed et Hodinkee. Bien sûr, nous reviendrons en long, en large et en travers sur la Series 4 de l’Apple Watch… dès qu’on l’aura autour du poignet !

L’écran plein pot

La vedette incontestable de cette Series 4, c’est bien sûr l’écran et la surface d’affichage, supérieure de plus de 30% par rapport aux précédents modèles. Mine de rien, on peut en afficher des informations et des complications sur un tel écran !

@The Verge.

Pour Dieter Bohn (The Verge), l’écran de l’Apple Watch (44 mm) est tout simplement « incroyablement bon ». Les angles arrondis qui épousent le boîtier ringardisent l’écran carré des précédentes Series. Sur le plan matériel, cet écran plus grand est évidemment la différence la plus nette, même si, comme le relève Brian Heater (TechCrunch), Apple l'a agrandi sans modifier en profondeur l’encombrement total. À la manière de l’iPhone X, en somme.

@Hodinkee.

Cette montre est faite pour afficher de l’information, confirme Stephen Pulvirent (Hodinkee), la plupart du temps du texte. La forme rectangulaire de l’écran évite les découpes bizarres de texte et d’interface. Rien de neuf dans tout cela, mais on comprend qu’Apple n’a toujours pas l’intention de lancer une montre ronde.

Taille de guêpe

Même avec des écrans et des boîtiers plus grands, les Apple Watch Series 4 de 40 et 44 mm demeurent des appareils particulièrement « portables », explique Brian Heater. Les nouvelles tailles ne font pas vraiment plus grandes que les précédents modèles : « J’utilisais une Series 3 de 42 mm », décrit Dieter Bohn. « Le boîtier de 44 mm est plus grand de façon très subtile, et il est aussi légèrement moins épais ».

@The Verge.

Le testeur de The Verge finit ainsi : « à mon avis, c’est plus ou moins la même chose [entre la Series 4 et la Series 3], mais je pense que le compromis entre la taille et l’épaisseur vaut le coup ». Pour Stephen Pulvirent, les 0,7 mm d’épaisseur en moins sur la Series 4 (grattés sur le bloc de capteurs au dos) font une « grande différence en termes de confort et vous le sentez quand vous mettez au poignet un nouveau modèle ».

Les testeurs confirment une bonne nouvelle : oui, les bracelets achetés à prix d’or pour personnaliser une précédente Apple Watch sont compatibles avec les nouvelles Series 4 😅 ! Le journaliste d’Hodinkee s’en réjouit : « Non, vous n’avez pas besoin d’acheter de nouveaux bracelets (…) Intelligemment, Apple s’est assurée que les formes des nouveaux boîtiers les rendent compatibles avec les anciens bracelets ».

@TechCrunch.

Les bracelets 38 mm iront donc comme un gant à la Series 4 de 40 mm, les bracelets 42 mm s’accorderont sans souci avec la Series 4 de 44 mm. « Quand Apple me l’a dit durant le keynote de la semaine dernière, j’étais un peu sceptique et je me disais qu’il allait y avoir une petite différence. Il n’y en a aucune ».

Un cadran et ses complications

Les nouveautés de watchOS 5 ne se limitent pas à la Series 4. Les apps Podcasts et Talkie Walkie, la détection automatique des exercices, les défis sportifs entre amis, et même les nouveaux cadrans, tout cela est disponible aussi sur les précédentes Series (lire : Découvrez les principales nouveautés de watchOS 5).

@Hodinkee.

L’Apple Watch Series 4 embarque cependant un cadran spécifique, Infographe, qui tire réellement parti du grand écran de la montre. On peut ainsi caser jusqu’à 8 complications, ce qui lui donne un petit air de sapin de Noël. Dieter ne l’aime pas du tout, par exemple, « même si je n'irais pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’un "crime de design". Il y a trop de couleurs qui font trop de choses différentes, présentées d’une manière qui en fait trop ».

Pour le testeur de The Verge, certains cadrans d’Apple proposent trop d’options. « Vous pouvez me traiter d’ennuyeux, mais je préfère une montre qui soit un peu plus posée ». Il regrette aussi (et il n’est pas le seul) qu’Apple n’ait toujours pas ouvert de boutique de cadrans.

@The Verge.

Les complications du cadran Infographe (qui se décline dans une variante modulaire) sont elles aussi spéciales, elles offrent plus d’information que les complications standard. En fait, il y a désormais deux « styles » de complications, différents et « incompatibles », décrit Bohn.

« Les nouveaux cadrans nécessitent de nouvelles complications », explique-t-il, par conséquent Apple et les développeurs vont devoir mettre à jour leurs complications… Et il n’y a aucun moyen de savoir si on pourra installer telle complication sur tel cadran, mais ce n’est pas un problème spécifique à la Series 4.

Autonomie longue durée

L’autonomie n’a jamais vraiment été un problème pour l’Apple Watch et ce, dès la première génération de 2015. Les choses se sont encore améliorées et avec la Series 3, on peut tenir sans trop se soucis pendant une journée et une nuit, et plus encore. Il en va de même pour la Series 4. Brian Heater confirme les promesses d’Apple selon lesquelles la montre tient toute la journée (18 heures).

@Hodinkee.

Néanmoins, le testeur de TechCrunch se dit prêt à sacrifier un ou deux millimètres pour une poignée de mAh supplémentaires ! « Vous devriez pouvoir tenir une journée sans avoir à vous préoccuper de trouver un chargeur, mais la tranquillité d’esprit de davantage d’autonomie est toujours la bienvenue ».

Dieter Bohn se réjouit lui aussi de ce week-end passé sans chargeur, durant lequel sa Series 4 — qui n’a pas été épargnée par les efforts — est passée sous le seuil des 20% seulement dimanche soir. Ce qui lui fait dire qu’il aimerait beaucoup une option permettant d’afficher l’heure en continu, quitte à désactiver certaines fonctions. « Malheureusement, il faut toujours tourner le poignet pour connaitre l’heure ».

La Garmin de Charlie Warzel. @Buzzfeed.

Pour Charlie Warzel de BuzzFeed, l’autonomie est jugée « suffisante », mais elle est bien en-deçà de ce que peuvent proposer des montres plus sportives comme les monstres de Garmin. « Pour cette raison, les coureurs engagés dans leur sport, les amateurs de randonnées et ceux qui passent leurs journées dans la montagne trouveront des traqueurs d’activité plus utiles (…) mieux adaptés à leurs besoins extrêmes ». Apple annonce une autonomie de 18 heures en usage normal, et de 6 heures en suivi d’activité, avec le GPS et les capteurs de fréquence cardiaque activés.

La rapidité au poignet

La montre est « incroyablement rapide », s’enthousiasme Stephen Pulvirent. Plus que la Series 3 qui peut se montrer « un peu lente par moments ». Aucun souci avec la Series 4, « je n’ai rencontré aucun problème. Zéro. La montre est rapide et réactive, elle fait exactement ce que je lui demande quand j’en ai besoin ».

Autre satisfecit matériel : le haut parleur, plus puissant, qui permet d’entendre son interlocuteur sans avoir à placer la montre à côté de l’oreille, explique Dieter. « Je n’ai pas entendu de distorsion durant les appels. En fait, plusieurs personnes que j’ai appelées avec la montre ne m’ont pas cru quand je leur ai dit que je n’étais pas sur un téléphone ».

@The Verge.

La nouvelle couronne digitale, qui intègre un retour haptique, donne aussi toute satisfaction à nos testeurs. « Tourner la couronne donne vraiment l’impression de tourner une couronne mécanique », indique Brian Heater. « Et quand il n’y a rien à l’écran qui nécessite l’utilisation de la couronne, le retour haptique s’éteint. Une petite attention, mais sympathique ». Le journaliste de TechCrunch compare cette expérience avec la lunette à tourner des montres rondes de Samsung, un système supérieur selon lui mais la nouvelle couronne de l’Apple Watch est juste derrière.

Nos testeurs n’ont pas manqué d’essayer d’activer la fonction de détection des chutes, rendue possible par le nouvel accéléromètre 800 Hz et le gyroscope, qui peuvent détecter une accélération pouvant aller jusqu’à 32 G. Après une chute, la montre demande si tout va bien, et si l’utilisateur n’a donné aucune nouvelle pendant une minute, elle appelle automatiquement les secours.

René a donné de sa personne pour tester la fonction.

Dans les faits et malgré les efforts démesurés de certains testeurs, personne ne semble avoir réussi à activer la fonction. Apple précise que les algorithmes de détection de la chute reposent sur une étude réalisé pendant plusieurs années avec 2 500 participants. La fonction est activée par défaut pour les utilisateurs d’Apple Watch âgés de plus de 65 ans, mais on peut aussi l’activer soi-même dans l’app Apple Watch.

Pour conclure provisoirement

En attendant de se faire notre propre opinion de l’Apple Watch Series 4, la lecture de ces tests permet de se faire une assez bonne première idée de ce à quoi s’attendre. La nouvelle génération de la montre d’Apple est un bon cru, assurément, et même un « incroyablement bon » cru selon The Verge.

Pour Charlie Warzel, les forces de l’Apple Watch résident dans ces « petites fonctions » qui lui permettent de réduire sa dépendance à son iPhone. « Étant donné qu’une bonne partie des communications essentielles peuvent être transférées sur la montre, je me sens libre de laisser mon smartphone sur la table de la cuisine, dans ma voiture, dans la poche de ma veste sans avoir à le chercher ».

Bien sûr, c’est encore loin de la « liberté totale » qui serait de vivre sans iPhone, mais c’est suffisant pour se libérer de la « tyrannie » du lien constant avec le réseau (même si dans les faits, le fil à la patte avec internet est toujours là avec l’Apple Watch…). Pour le testeur de BuzzFeed, l’Apple Watch rend sa vie « imperceptiblement plus facile ». Cela reste du « luxe », soutient-il.

Stephen Pulvirent prend un peu de distance : « Je ne dis pas que vous avez absolument besoin d’une Apple Watch. Vous pouvez vivre une vie saine, active et productive sans Apple Watch, les gens font ça depuis toujours. Mais avec la Series 4, Apple a réalisé une avancée pour l’Apple Watch ». La Series 4 est « l’expression de la maturité » pour ce produit, même s’il s’agit plus d’une évolution que d’une révolution.

Si on utilise l’Apple Watch uniquement pour les notifications et le décompte des pas, alors la Series 4 est certainement trop bien équipée (et trop chère), soutient Dieter Bohn. Mais l’ensemble des fonctionnalités de cette génération, et le fait qu’elle les prenne en charge aussi bien, place l’Apple Watch devant les autres montres connectées. Enfin, sauf Siri qui est toujours à la ramasse, déplore le journaliste.

Faut-il pour autant craquer pour cette Series 4 si on possède déjà une Series 3 ? Pas nécessairement, soutient Brian Heater, surtout aux prix demandés. Mais la Series 4 dispose de beaucoup d’arguments pour rester au sommet de la chaîne alimentaire des smartwatchs.

En particulier au niveau de la santé, avec des fonctions comme l’ECG qui vont arriver cet automne. « Je recommande [cette Apple Watch] à tous ceux qui ont les moyens de s’offrir un aperçu dans un futur potentiel, pas forcément à ceux qui veulent un outil polyvalent dans le présent », conclut Warzel.

« Si vous ne vous êtes pas encore intéressé à l’Apple Watch », finit le rédacteur de Hodinkee, « et que vous attendiez le bon moment, alors c’est maintenant. Allez-y ».

Image de une : @The Verge

avatar bbtom007 | 

On est plus sur l’objet montre que sur la fonction smartwatch.

avatar duke90000 | 

@gillesb14

Voilà TOI tu la trouve moche et désagréable, mais ce n’est pas une généralité! Les goûts et les couleurs...

avatar webHAL1 | 

@gillesb14
« [...] il me semble normal de ne pas avoir au poignet un parallélépipède moche et noir, mais un objet agréable à regarder. Voilà pourquoi je n’aurai pas d’Apple watch tant qu’elle aura ce look désagréable. »

Entièrement d'accord. Je trouve d'ailleurs assez amusant de constater les efforts mis en avant pour promouvoir l'esthétique de la montre via des bracelets sophistiqués (et, pour certains, très chers) pour, au final, se retrouver avec au poignet un objet vraiment disgracieux car doté d'un écran éteint la majeure partie du temps.

avatar mrlupin | 

Je ne comprends pas les personnes qui ne tiennent qu’une journee ou à peine une . En utilisation de notification et quelques requêtes par jour je tiens facile plus énumère journée presque 2 parfois

avatar Dgamax | 

On sent que le produit commence à mûrir.
L’écran avec ces complications sont vraiment sympa.
Dommage qu’il n’ait pas prévu watchOS5 sur la série 0.
Changer de montre tout les 3/4ans c’est bof quand même...

avatar quetzal | 

Quand j’entends que l’autonomie n’est pas un souci, ça me fait rire ! Recharger sa montre tous les soirs, non merci ! C’est suffisant d’être dépendant de la recharge d’un appareil (iPhone), alors deux c’est trop. Je préfère largement les Garmin, qui n’ont besoin d’être rechargées que les 5 ou 15 jours selon les modèles, et ont beaucoup de fonctions sport et santé, en plus des notifications via Bluetooth si on veut.

avatar Snoopy007 | 

@quetzal

?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR