HoloLens 2 : plus léger et plus confortable pour les pros

Mickaël Bazoge |

Pendant la présentation d’HoloLens 2, la nouvelle génération de son casque de réalité mixée, Microsoft a été très clair : on n’est pas là pour rigoler. Le dispositif se destine d’abord et avant tout aux professionnels, en témoigne le prix (3 500 $) et les usages décrits par le constructeur : HoloLens, c’est le casque AR de prédilection pour les ingénieurs, les médecins, les décorateurs de théâtre… mais pas tellement pour la chasse aux Pokémons.

Ce positionnement « pro » n’est pas une surprise : après tout c’était aussi celui d’HoloLens premier du nom, Microsoft ayant porté ses efforts marketing sur le monde de l’industrie. L’éditeur de Windows n’est d’ailleurs pas le seul sur ce marché : Google y est aussi discrètement présent avec ses Glass Enterprise Edition.

Cette emphase sur les usages professionnels démontre au passage que l’état actuel de l’art et des technologies ne permet toujours pas une démocratisation de ces dispositifs auprès du grand public. Il faudra attendre un peu avant que tout un chacun puisse porter des lunettes AR (en août dernier, Ming-Chi Kuo pronostiquait un tel produit chez Apple d’ici 2020).

Pour HoloLens 2, Microsoft a revu la conception de l’arceau, qui se veut plus confortable en réduisant la pression sur le nez et les oreilles. Un nouveau système d’ajustement a été mis au point, et on peut soulever la visière sans avoir à retirer le casque au complet.

À l’intérieur de ce qui est un PC complet, se trouve de nouveaux capteurs de suivi de l’œil et de temps de vol, ce dernier améliorant l’analyse de la profondeur. De nouvelles interactions avec les « hologrammes » font ainsi leur apparition : il devient ainsi possible de « pousser » des boutons virtuels, en plus du « clic » matérialisé par un pincement du doigt.

Le champ de vision a été doublé, ce qui permettra une meilleure immersion dans le monde merveilleux des hologrammes. Microsoft accompagne son matériel d’une plateforme logicielle, Dynamics 365 Remote Assist (125 $ par mois et par utilisateur), qui facilite la communication et le partage des flux vidéo captés par le casque — une version pour Android sera aussi disponible (lire : Microsoft adapte des applications HoloLens à iOS et Android). Tout cela sera disponible cette année, en France, au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et dans une poignée d’autres pays.

avatar Clément34000 | 

Quelle déception pour nous cette réalité, virtuel, mixée ou je ne sais quoi. Ca fait des années qu’on nous en parle mais aucune démocratisation... même nos téléphones sont quasi fait pour mais pour rien pour l’instant, enfin du moins, aucun application déclenchant l’euphorie snifffff

avatar iPop | 

Pardonnez le, il fait un peu de température. Je lui fais une tisane.

avatar stefhan | 

@iPop

N’oublie pas le miel.
C’est bon ça le miel ?

avatar glaglasven | 

Waw ??? après avoir été bluffé par le premier, je me réjouis de tester celui ci ?

avatar Brice21 | 

Chez Emakina nous possédons le Magic Leap et le HoloLens v1.

J’ai testé les deux et le Magic Leap est le plus bluffant. Il verrouille mieux les éléments synthétiques sur le decors. Mais en gros il ne sert a rien a part a faire des demos.

Le HoloLens fonctionne tres mal des qu’il y a un peu trop de lumière. Vous êtes condamné a travailler dans le noir, ce qui n’est pas pratique si vous êtes sur un plateau avec d’autres personnes.

Bref toute ces technologies attendent qu’Apple leur donne du sens en trouvant les cas d’utilisation pertinents. Et il reste une marge de progression avant que vous ne pouviez supporter ces trucs sur la tête plus de 30 minutes.

Je suis pas persuadé qu’on y arrive prochainement... dans 10 ans peut être.

CONNEXION UTILISATEUR