Le nouveau capteur de sommeil Beddit d'Apple est un cauchemar selon un premier test

Mickaël Bazoge |

Si Apple veut vraiment se faire une place sur le marché du suivi du sommeil, il lui faudra faire beaucoup mieux que le capteur Beddit, à en croire le test circonstancié et courroucé de DC Rainmaker !

Apple a acquis Beddit au printemps 2017, et plutôt que d’arrêter la commercialisation de son capteur, le constructeur a poursuivi dans cette voie avec une version 3.5 lancée en décembre dernier, uniquement aux États-Unis.

Mais voilà, le produit n’est vraiment pas terrible, d’après le testeur. Ce serait même « le pire produit Apple [qu’il] ait jamais acheté » ! Après avoir installé le capteur sur le matelas (il s’agrippe facilement au tissu grâce à une bande noire semi-adhésive), il faut le connecter à un port USB ; l’appareil intègre un câble suffisamment long pour atteindre une prise électrique.

Le capteur ne comportant aucune mémoire, il faut impérativement que l’iPhone ne soit pas trop loin du lit, et que l’app Beddit soit en tâche de fond, pour que le smartphone puisse recueillir les données envoyées par le produit en Bluetooth. En revanche, il n’est pas nécessaire de prévenir qu’on est dans le lit : il suffit de s’endormir, et le lendemain, on obtient des données.

Les données relevées par l’application restent relativement sommaires. Elle indique bien sûr le temps passé à dormir, l’heure à laquelle l’utilisateur s’est couché (mais pas l’heure de réveil…), la température de la pièce et son humidité, on y trouve aussi de petits graphiques qu’on ne peut pas agrandir — c’était pourtant le cas avec la précédente version de l’app. Il y a aussi les relevés cardiaques de la nuit, accompagnés d’un graphique là aussi impossible à agrandir.

La section Tendances permet de surveiller son sommeil sur une plus longue période. Mais là encore aucun graphique ne peut être agrandi, les relevés ne peuvent être ni comparés entre eux, ni exportés. En revanche, les informations sont bien enregistrées dans la base de données de Santé.

L’app Beddit comprend une fonction pour mesurer les ronflements, qui repose entièrement sur l’iPhone et son micro. Malheureusement, cette option n’est pas très intelligente puisqu’elle ne fait pas le distinguo entre les ronflements et la musique que l’on peut écouter le soir avant de s’endormir. Et là encore, il faut que l’iPhone soit au plus près du lit, ce qui peut incommoder certains utilisateurs.

Le plus gros problème de ce nouveau traqueur selon DC Rainmaker, c’est que la version 3.5 de l’app retire bon nombre de fonctions que l’on trouvait dans la précédente mouture (la version 3.0 qui reste d’ailleurs celle proposée en dehors des États-Unis).

Outre le retrait de la compatibilité Android, l’application ne calcule plus de score de sommeil, ce qui facilitait les comparaisons d’une nuit à l’autre ; exit aussi l’affichage des détails des indicateurs ainsi que leurs explications ; la synchronisation dans le nuage de Beddit n’existe plus (mais c’est le cas aussi avec les précédentes versions) ; le relevé sommeil profond/sommeil léger est aux abonnés absents, tout comme le temps de sommeil agité ; il n’est plus possible de tagguer les nuits désirées ; enfin, la fonction d’alarme intelligente a été supprimée.

C’est comme si Apple avait voulu faire un produit « moins compétent », déplore le testeur/dormeur. C’est d’autant plus pénible que le capteur Beddit est un des plus chers du marché : il est en effet facturé 150 $… On ne peut plus guère qu’espérer une version 4.0 plus complète, et qui s’ouvre un peu plus au monde.

Tags
avatar Gilles2811 | 

C’est bien beau d’avoir autant de données le tout c’est qu’elles soient toutes lisibles et compréhensibles. On doit pouvoir en tirer quelque chose ! Une phrase, des conseils etc
C’est la l’importance d’autant de trackers. Ils ont assez bien réussi à le faire avec Activité sur l’Apple watch, même si elle manque d’une vraie IA

avatar pat3 | 

Sleep Cycle et on a un suivi de sommeil optimal, depuis son tel.

avatar Bigdidou | 

@pat3

« Sleep Cycle et on a un suivi de sommeil optimal, depuis son tel. »

Une app sur un smartphone ?
Oui, sûrement un suivi aussi optimal du sommeil que le poids avec une brosse à dents...

avatar pat3 | 

@Bigdidou

Teste, plutôt que de répondre par principe. Sur 4 ou 5 ans maintenant, j’ai une étude longitudinale sur mon sommeil qui m’a été extrêmement utile.

@olivier9275
L’app fonctionnait au début avec l’accélérométre, téléphone posé au coin du lit; elle fonctionne aujourd’hui avec le micro (au choix). Dans les deux cas, le téléphone est en mode avion.

avatar Bigdidou | 

@pat3

« Teste, plutôt que de répondre par principe. »

Il ne s’agit pas d’un principe, mais de bon sens.
Comment veux-tu que ça fonctionne de façon fiable ?
Avec un capteur d’ondes magiques ?
C’est complètement irrationnel.

Et tester comment, par rapport à quoi ?

avatar pat3 | 

@Bigdidou

Edité mon précédent post, tu as les réponses à tes questions.

avatar Bigdidou | 

@pat3

« Edité mon précédent post, tu as les réponses à tes questions. »

Heu, non. Tu m’expliques que tu peux mesurer ton sommeil avec un accélomètre et un micro.
Tu peux aussi utiliser un entonnoir et un tire bouchon ;)

À quel outil de référence le développeur compare-t-il son app pour lui donner ne serait-ce qu’un soupçon de pertinence ?

avatar pat3 | 

@Bigdidou

"Heu, non. Tu m’expliques que tu peux mesurer ton sommeil avec un accélomètre et un micro.
Tu peux aussi utiliser un entonnoir et un tire bouchon ;)"

Tu peux mesurer tes mouvements, ton activité, pendant ton sommeil, ce que font toutes les applis et tous les appareils vendus sur ce créneau.

J’ai une connaissance thérapeute qui m’avait indiqué d’après les seuls enregistrements sonores de deux nuits que je devais faire des apnées du sommeil.

Le diagnostic n’est certes pas aussi poussé que si j’allais passé plusieurs nuits dans une chambre équipée, mais en même temps je n’ai pas une telle chambre à demeure ni les praticiens pour établir les diagnostics, ni les sous pour les payer.

avatar Bigdidou | 

@pat3

« Le diagnostic n’est certes pas aussi poussé que si j’allais passé plusieurs nuits dans une chambre équipée, mais en même temps je n’ai pas une telle chambre à demeure ni les praticiens pour établir les diagnostics, ni les sous pour les payer. »

Pour les apnées du sommeil, c’est remboursé et nul besoin d’une chambre équipée. Tu emmènes où on te livre l’appareil chez toi, une nuit de test, c’est tout.

‘Le diagnostic n’est certes pas aussi poussé
Non, il est inexistant.
Les pauses respiratoires, certes, s’entendent, souvent par le conjoint, mais la désaturation qui définit l’apnée et sa gravité, ça se mesure... ;)

avatar pat3 | 

@Bigdidou

Bon à savoir, j’en parlerais à mon médecin à ma prochaine visite.

avatar Bigdidou | 

@pat3

Encore une fois, tout est là : https://reseau-morphee.fr

Parole de très grand insomniaque, dont le sommeil a été détruit par les gardes ;)

avatar pat3 | 

@Bigdidou

Ok, je vais aller voir (je n’avais pas repéré cette adresse dans tes posts précédents).

avatar sachouba | 

@Bigdidou

Je ne comprends pas que tu sois sceptique à ce point.
Un accéléromètre et un micro sont des capteurs utilisés dans des tas de domaines, qui peuvent donner des informations pertinentes sur le sommeil.

J'ai utilisé pendant un temps l'application Sleep as Android pour monitorer mes nuits.
Avec cette app, le haut-parleur envoie des ultrasons (ou des sons à la limite de l'audible) et le micro en reçoit la réflexion sur les éléments de la pièce (dont le corps endormi), ce qui permet de mesurer le mouvement pendant le sommeil et la respiration.
Et cela est tout à fait possible, puisque certains de mes amis ont justement travaillé sur du traitement d'ultrasons recueillis par des micros dans une pièce pour mesurer la respiration de ses occupants.

D'autre part, le micro peut enregistrer les sons émis par une personne endormie, ce qui permet de savoir si on ronfle beaucoup, si on parle pendant son sommeil, et éventuellement faire prendre conscience à une personne qu'elle pourrait avoir des apnées du sommeil, et l'encourager à aller voir un spécialiste.

L'accéléromètre peut quant à lui mesurer les mouvements pendant le sommeil "à l'ancienne" et obtenir des données semblables.

L'application est ensuite censée pouvoir utiliser ces données pour en déduire les cycles de soleil et réveiller l'utilisateur au bon moment. Et les fois où j'ai laissé l'application choisir l'heure de mon réveil, je me suis réveillé plus en forme qu'avec un réveil classique.

Évidemment, ce n'est pas un dispositif médical, mais ce n'est pas pour autant que tout est à jeter dans ce genre d'applications...

avatar Bigdidou | 

@sachouba
« Je ne comprends pas que tu sois sceptique à ce point. »

Warmac33 le comprend, pourquoi pas toi ?
Le problème n’est ici pas de mon côté mais du tien ;)
Je pense qu’il y a suffisamment de ressources sur internet que ce soit sur le site que j’ai indiqué, de l’INSERM et des labos du sommeil de l’APHP pour se faire une idée de ce qu’est le sommeil, comment on le comprend et l’observe en 2019 pour rapidement évaluer les fausses promesses de ces apps.

« ce qui permet de mesurer le mouvement pendant le sommeil et la respiration. »

Et quand bien même, ça ne donne strictement aucune indication fiable à propos de ta phase de sommeil.
Le sommeil léger et le sommeil profond, c’est du sommeil « lent » : cliniquement, de l’extérieur, c’est globalement la même chose. Comment un smatphone peut faire la différence avec ses trucs de chauve souris ?

« Et les fois où j'ai laissé l'application choisir l'heure de mon réveil, je me suis réveillé plus en forme qu'avec un réveil classique. »

C’est du biais de confirmation.
En fin de nuit, tu es soit en sommeil léger, soit en sommeil paradoxal (essentiellement du sommeil léger). Une stimulation fait passer facilement le cerveau en phase d’éveil rapide.
Le seul moment où le réveil SERAIT plus facile est une période très courte qui suit le sommeil paradoxal.
Bon courage à ton smartphone pour tomber pile poil dessus.
Il arrive qu’on ait du mal à sortir d’un sommeil paradoxal, c’est rare, mais ça nous est tous arrivé, avec une sensation brève d’être paralysé au moment du réveil. Ça n’a aucune conséquence sur le reste de la journée.

En dehors d’une durée globale du sommeil, avec ces apps et ces systèmes, on est dans l’irrationnel le plus total.
C’est probablement pour ça qu’Apple qui semble vouloir acquérir une crédibilité dans le domaine de la santé nettoie le sien.
Deux heures de formation sur le sommeil et on en est convaincu.
Alors les gens qui sont formés spécifiquement au sommeil et ses troubles...

avatar fifounet | 

@sachouba

« J'ai utilisé pendant un temps l'application Sleep as Android pour monitorer mes nuits.
Avec cette app, le haut-parleur envoie des ultrasons (ou des sons à la limite de l'audible) et le micro en reçoit la réflexion sur les éléments de la pièce (dont le corps endormi), ce qui permet de mesurer le mouvement pendant le sommeil et la respiration. »

😂🤪
Le geek m’étonnera toujours 😎
Utiliser son smartphone comme détecteur de mouvement fiable d’un corps couché.

Je pense que tu utilises aussi une appli plutôt qu’un télescope pour essayer de voir les anneaux de Saturne avec un ciel même nuageux .
Car avec un télescope il faut qu’il soit dégagé c’est chiant.

Ben oui avec l’appli tu pointes ton bidule dans la bonne direction tu appuies sur le bouton et hop Saturne comme si tu y étais . CQFD

avatar sachouba | 

@fifounet
@Bigdidou (ça pourrait t'intéresser aussi)

Je te conseille la lecture de cet article :
"Single-Frequency Ultrasound-Based Respiration Rate Estimation with Smartphones"
https://pdfs.semanticscholar.org/884a/d8ba5c4c6919faa9faa66fc908334f63c3...
C'est assez simple, un élève en 1ère année d'école d'ingénieurs après une prépa peut en comprendre l'intégralité sans recherche.

Et si tu cherches "ultrasound breathing monitoring" sur Google, tu trouveras des dizaines d'exemples d'utilisation des ultrasons pour mesurer le rythme respiratoire voire les apnées du sommeil, les mouvements du corps pendant le sommeil et même les mouvements des autres personnes dans la pièce.

avatar Bigdidou | 

@sachouba

« "Single-Frequency Ultrasound-Based Respiration Rate Estimation with Smartphones" »

Et alors, quel rapport avec le sommeil ?

« sur Google, tu trouveras des dizaines d'exemples d'utilisation des ultrasons pour mesurer le rythme respiratoire »

En quoi ça te donne une quelconque indication sur la qualité ou la phase de ton sommeil ?

avatar jazz678 | 

@Bigdidou

« Il ne s’agit pas d’un principe, mais de bon sens.
Comment veux-tu que ça fonctionne de façon fiable ?
Avec un capteur d’ondes magiques ?
C’est complètement irrationnel. »

Il y a plein de choses irrationnelles qui pourtant peuvent faire du bien.
Les médecines alternatives, fasciatherapie, hypnose, la méditation, en sont des exemples.
Aucun protocole ne les a validées
L’essentiel c’est d’y croire non?

...Et puis A partir du moment où ce n’est pas remboursé par la SS (donc toi et moi) ça ne me gêne pas

avatar Bigdidou | 

@jazz678

La méditation et l’hypnose ne sont pas des médecines alternatives.

Et non, l’escroquerie n’a jamais fait de bien à personne.

« Aucun protocole ne les a validées »
L’hypnose et la méditation ?
Bien sûr que si, dans des indications et avec des protocoles précis ;)
La méditation est par exemple au cœur des TCC de troisième vague.

avatar jazz678 | 

@Bigdidou

« La méditation et l’hypnose ne sont pas des médecines alternatives. »

Je n’ai pas dit le contraire

« Et non, l’escroquerie n’a jamais fait de bien à personne. »

Si quelqu’un te dit que ça lui a fait du bien, peux-tu le contredire ?

« L’hypnose et la méditation ?
Bien sûr que si, dans des indications et avec des protocoles précis ;) »

L’hypnose médicale oui. Tu as raison

avatar Bigdidou | 

@jazz678

« Si quelqu’un te dit que ça lui a fait du bien, peux-tu le contredire ? »

C’est une très bonne question qui soulève le rapport au placebo et l’attitude face à celui-ci.
La réponse dépasse ce cadre, puisque c’est : ça dépend ;)

Ce n’est par ailleurs par exactement le sujet aussi, mais : ces systèmes apportent-ils des informations fiables et pertinentes.
La réponse est non.

S’ils font du bien à leurs utilisateurs, qu’ils n’ont pas un coût disproportionnés, qu’ils ne sont associés à aucun risque ni à aucune perte de change par rapport à une solution efficace, on en discute.

Mais quoiqu’il arrive, on ne peut jamais mentir sur le caractère placébo d’un placébo. Mais il existe des façons de le proposer dans des situations où il;paraît opportun, sans mentir.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou
« Ce n’est par ailleurs par exactement le sujet aussi, mais : ces systèmes apportent-ils des informations fiables et pertinentes.
La réponse est non. »

Oh, mais ils apportent d'autres choses. De l'argent à leur concepteur, par exemple. 😅

avatar Bigdidou | 

@webHAL1

« Oh, mais ils apportent d'autres choses. De l'argent à leur concepteur, par exemple. 😅 »

Ah, c’est sûr, vu sous cet angle, elles apportent beaucoup de bien être qu’on ne saurait mettre en doute... à leur concepteur ;)

avatar daffyduuck | 

@Bigdidou

Personnellement j’utilise sleepcycle, sans avoir payé pour la version complète, jumelée avec l’Apple watch. Du côté du prix, j’en suis donc à 0€ de plus que le matériel que j’ai déjà.
Ensuite la question est de savoir ce qu’on attend d’une telle app.
Si on attend que ce soit le grand gourou qui va gérer notre sommeil et nous faire dormir mieux, je te rejoins : ce sera toujours insuffisant.
Personnellement je me sers de cette app uniquement pour enregistrer, de façon plutôt efficace (a 20 minutes prêt) le temps que je passe réellement à dormir, et mettre ça dans l’app santé.
Pourquoi ? Parce que personnellement je dois surveiller la venue, souvent difficile à détecter , d’un état dépressif à venir, les difficultés de sommeil étant l’un des facteurs mesurables pouvant donner l’alerte.
Depuis les deux ans que j’utilise cette application, j’ai pu aller consulter deux fois avant que cet état dépressif ne s’installe trop gravement. Et je me suis fait confirmer les deux fois ce que je suspectais, et ai pu agir en conséquence, à temps.

Alors oui à côté il y a un indice de « qualité du sommeil ». Même si cet indice est, je dois le reconnaître, juste en général (je suis plus en forme avec un indice à 90% qu’à 70%), je n’y accorde aucun crédit, estimant comme toi que ce n’est pas d’une fiabilité folle.
A tord peut être: j’ai constaté me concernant qu’avant une baisse significative de mon temps de sommeil, j’ai une chute, le mois précédent, de mon indice de qualité de sommeil. Mais je n’analyse pas cet indice au jour le jour, pour ne pas tomber dans la psychose du « oh là je n’ai que 65% cette nuit il faut que j’aille consulter ».

Bref: pour les apnées du sommeil, non. Pour enregistrer le temps de sommeil, les réveils nocturnes, et compiler ça sur une longue période, oui.

avatar Bigdidou | 

@daffyduuck

« Personnellement je me sers de cette app uniquement pour enregistrer, de façon plutôt efficace (a 20 minutes prêt) le temps que je passe réellement à dormir, »

Ça ok, pourquoi, pas.
Tu peux aussi le faire avec du papier et un crayon, mis bon, une app c’est pratique. 
Personnellement, j’avais testé, j’ai arrêté quand elle m’annonçait une moyenne de 17h00 par jour de sommeil (véridique) et j’en suis revenu aux méthodes traditionnelles après qu’on m’a confirmé au boulot que j’étais bien présent et conscient dans la journée ;)

« Alors oui à côté il y a un indice de « qualité du sommeil ». »
Je que j’essaie d’expliquer, c’est qu’il est totalement aléatoire et ne peut correspondre à fin de réel ou pertinent et reproductible.

« juste en général « 
Comment le sais-tu ?

« juste en général (je suis plus en forme avec un indice à 90% qu’à 70% »
L’indice vient donc « en général » confirmer ton impression clinique, mis pas toujours, donc.
Si je comprends bien, ton outil de référence est ton impression clinique (un bon outil), qui vient confirmer ou pas cet indice qui ne sert donc effectivement à rien et tu as bien raison.
Le mécanisme et qu’on va lui donner crédit quand il confirme ton impression, l’oublier quand il s’y oppose, et l’estimer ainsi globalement pertinent.
C’est le même biais cognitif qui fait attribuer les douleurs réticulaires à la pluie ou je ne sais quoi à la pleine lune.

« Bref: pour les apnées du sommeil, non. Pour enregistrer le temps de sommeil, les réveils nocturnes, et compiler ça sur une longue période, oui. »
Ok, d’accord à 100%.
Exit les scores, les soi-disantes analyses des cycles du sommeil qu’Apple n’a pas viré pour embêter les gens, mais parce que c’est du vent.

avatar daffyduuck | 

@Bigdidou

« juste en général « 
Comment le sais-tu ?

Parce que si en me réveillant je me dis « j’ai bien dormi », et que je regarde ENSUITE le score, j’ai dans 95% des cas un bon score. Et inversement après une mauvaise nuit. Tu me diras 95% ce n’est pas 100, et je serai d’accord. D’où mon « en général », et le fait que je ne tiens pas compte de ce chiffre

Je te rejoins: si je me réveille sans pouvoir auto apprécier ma nuit, je me refuse à consulter le pourcentage pour que ce soit l’app elle même qui fixe pour la journée l’impression d’avoir passé une bonne ou une mauvaise nuit, peut être a tord.

Et oui, noter avec un calepin pourrait fonctionner. Si ce n’est que je ne pourrai noter l’heure précise (même à 10 minutes prêt) d’endormissement, ni les réveils de 5 à 15 minutes au courant de la nuit.

Pour ces reveils, ils sont détectés correctement : si je ne me rappelle pas avoir été réveillé, une écoute de l’enregistrement audio de l’app confirme qu’en effet je ne dors pas.

Après encore une fois je ne prête pas attention à une nuit en particulier , mais sur une évolution une tendance. Reporté sur un trimestre, ça permet de noter des évolutions lentes, progressives, mais dans mon cas toujours révélatrices.

avatar jazz678 | 

@Bigdidou

« Mais quoiqu’il arrive, on ne peut jamais mentir sur le caractère placébo d’un placébo. »

Dans le médicament ce n’est pourtant pas rare.
Le placebo (sans principe actif donc) n’étant pas forcément dépourvu d’effet

avatar Bigdidou | 

@jazz678

« Le placebo (sans principe actif donc) n’étant pas forcément dépourvu d’effet »

Le placébo est dépourvu d’effet spécifique.
En revanche, il peut avoir une action non spécifique par des mécanismes que les sciences comportementales et les neurosciences commencent à identifier et expliquer, y compris là où on s’y attendait pas du tout (notamment des liens entre cerveau et immunité, en dehors bien sûr des circuits du stress qu’on connaît depuis longtemps)l.

Le placébo est loin d’être pur en général (sauf par exemple dans l’homéopathie où il est quasi pur : du sucre) c’est à dire qu’il s’agit généralement d’une molécule pharmacologiquement active mais dépourvue d’effets spécifique dans l’indication recherchée.
Autrement dit, la plupart des placébos en vente n’apportent pas de gains spécifiques mais exposent à des effets adverses parfois graves et/ou à des interactions médicamenteuses.

avatar jazz678 | 

@Bigdidou

Merci pour le cours...mais je sais tous ça ayant moi-même passé un long moment en recherche clinique. :)

Je parlais bien d’effet non spécifique (ou non pharmacologique si tu préfères) concernant le placebo.

Pour revenir au sujet
Je pense qu’il faut ne faut pas considérer ce genre de produit pour autre chose que ce qu’ils sont, càd des petits outils de monitoring qui ne sont pas proposés comme des dispositifs médicaux.
Ils n’ont pas vocation à déterminer les troubles du sommeil comme on pourrait le faire en polysomnographie.
Et dans ce cas précis à part se faire délester de quelques €, il n’y a à priori pas d’autre EIG à redouter

avatar Bigdidou | 

@jazz678

« Ils n’ont pas vocation à déterminer les troubles du sommeil comme on pourrait le faire en polysomnographie. »

Quelle est leur vocation, alors ?
Donner des scores de sommeil aléatoires chez des gens sains pour leur confirmer qu’ils n’ont besoin de rien ?

Pas de souci, mais si c’est gratuit et sans autre promesse.

avatar jazz678 | 

@Bigdidou

« Quelle est leur vocation, alors ?
Donner des scores de sommeil aléatoires chez des gens sains pour leur confirmer qu’ils n’ont besoin de rien ? »

La même que tous ces trackers vendus un rein.
Beaucoup de gens arrivent à se persuader qu’ils vont mieux et à se rassurer en visualisant des paramètres par ailleurs normaux sur un écran.

Se sent-on mieux avec une AW au poignet? Chacun a une réponse propre qui justifiera son achat.

« Pas de souci, mais si c’est gratuit et sans autre promesse. »

La promesse est fortement liée à ce que le client est prêt à croire
Ce qu’il est prêt à payer aussi

avatar fifounet | 

@Bigdidou

Entre l’utilisation du suppo et l’analyse du sommeil ce site devient vraiment intéressant , plus besoin d’aller sur Doctisismo 😎

avatar nicoplanet | 

@Bigdidou

J’utilise sleep cycle en simultané avec Beddit toutes les nuits et les données sont vraiment très comparables. L’avantage du Beddit est la fréquence cardiaque et l’agitation pendant le sommeil (mais sleep cycle sur Apple Watch peut aussi recueillir le rythme cardiaque de façon aussi fiable). Les deux prennent en compte les ronflements.

L’avantage de sleep cycle : pas besoin de capteur. Je trouve que cette app n’a vraiment pas à rougir. Les scores de qualité de sommeil sont extrêmement proches sur les deux.

avatar Bigdidou | 

@nicoplanet

« J’utilise sleep cycle en simultané avec Beddit toutes les nuits et les données sont vraiment très comparables. »

Voilà un protocole qui clôt effectivement toute discussion ;)

Franchement, les gens, dépensez pas vos sous avec ces trucs.
Il est d’ailleurs tout à fait possible qu’Apple en supprimant la plupart des « fonctions » non pertinentes de l’appareil ait une idée derrière la tête.

avatar lgda | 

@Bigdidou

Un avis sur le bandeau Dreem ?

avatar harisson | 

@Igda

Le bandeau Dreem est intéressant mais ça reste un "produit jeune" et le plus important repose sur la partie coaching du sommeil. Il y a aussi d'autres bandeaux de sommeil qui vont arriver.

avatar Vaudan | 

Le sleep de Withings est franchement intéressant même si parfois un peu imprécis/pas clair

avatar vivientaupas | 

J’utilise celui de Withings et il marche très bien, par wifi (pas Bluetooth), avec des chiffres intéressants. Étonnant que celui-ci (très ressemblant) ne fasse pas la même chose.

avatar Bigdidou | 

« C’est comme si Apple avait voulu faire un produit « moins compétent » »

Pour juger de la pertinence d’un outil, il faut commencer par faire un test pertinent :
- connaître ce dont on parle, le sommeil
- tester l’outil par rapport à un outil de référence.

avatar olivier9275 | 

Sinon, on peut aussi constater en fonction de la façon dont s’est passée sa nuit et de son état au réveil si on a bien ou mal dormi. Et en plus sans prendre des ondes dans la tête toutes les nuits. Avec un outil génial qui s’appelle le cerveau. Innovant non ?

avatar heero | 

Je pense que tout ses capteurs et produits électrique/Bluetooth/wifi si proches ou au contact de la peau même pendant le sommeil soit bon pour le corps sur une longue durée.
Me demande si pour une personne lambda tant données soient si pertinentes

avatar Simix | 

J’utilise AutoSleep et AutoWake avec mon AppleWatch. Et j’adore. Il y a d’ailleurs eu un article ici il n’y a pas longtemps

avatar Dazoudaz | 

Autosleep sur la Watch pour avoir un suivi de mon sommeil sans rien à paramétrer car tout se fait tout seul. Pour le réveil, j’utilise Sleepcycle et c’est parfait. Pas besoin de capteurs ou autres...

avatar sebluk | 

@Dazoudaz

LoL

avatar fc78 | 

Une vraie question de naïf aux utilisateurs de ces dispositifs : ça vous sert à quoi ? Est-ce que ce vous a permis d’amelior votre sommeil ?
Pour ma part je sais quand je dors et quand je dors pas, je ne vois à priori pas l’interet de ces bidules. Mais je suis preneur de toute info, merci !

avatar Fego007 | 

@fc78

Je me pose vraiment la question : quel type d’information utile peut on en tirer ? Comment améliorer notre sommeil?

avatar Bigdidou | 

@Fego007

« quel type d’information utile peut on en tirer ? »

Mais aucune.
De façon rationnelle, ça ne peut donner aucune information fiable en dehors de ta fréquence cardiaque. A la rigueur, l’agitation et les ronflements si tu ronfles.
C’est totalement insuffisant pour te dire quoi que ce soit à propos de ton sommeil.
Si tu as des inquiétudes, réponses sur le réseau Morphée.
Indice de qualité du sommeil : http://maxime.elbaz.free.fr/examens/psqi.pdf (comment veux-tu qu’un iPhone sur une table de nuit devine ces renseignements ?).

Si vraiment besoin, enregistrement électrophysiologique et surtout recherches d’apnées du sommeil qui sont les causes n°1 de problèmes de sommeil (et liées à : surpoids, alcool, tabac, cannabis, médicaments)

avatar pat3 | 

@Fego007

Pour ma part, j’ai des journées de travail qui peuvent être très longues, et une bonne partie peut se passer la nuit, jusqu’à très tard, ou le matin très tôt. Pendant la thèse, je suis arrivé à des périodes où je comptais les cycles de sommeil (un, deux, trois cycles par nuit, ce qui n’est pas beaucoup). J’ai eu des responsabilités qui m’ont amené à dormir quatre heures par nuit.
Quand tu contrains souvent ton sommeil, et quand tu dois souvent dormir très peu, il faut profiter d’un sommeil efficace. C’est là que ça vaut le coup de l’observer sur le long terme pour voir comment en améliorer les phases.
Pour tout dire, j’ai commencé à utiliser Sleep Cycle pour la fonction réveil intelligent, qui permet de faire coïncider son réveil avec ses phases d’éveil entre deux cycles (parfois tu te réveilles mieux en dormant moins, par exemple 4h30 au lieu 5h ou 5h30).
Après, tu te rends compte que ton sommeil est différent à certaines périodes de l’année, à certains jours de la semaine, etc. En fait, le suivi te permet de confirmer ou infirmer certaines intuitions, que tu as du mal à prolonger sur le long terme. Après, dans l’appli, tu peux rentrer des éléments de ta journée (fait la sieste, mangé trop sucré, fait beaucoup de route, bu du café, etc.), et l’appli te propose les stats de chaque item en regard de tes nuits, ce qui te permet de faire des corrélations.
C’est un peu le fonctionnement de toute mesure de soi: elle te fournit de données, à toi de les corréler. Tu peux essayer de noter ces données sur un petit carnet (pour le sommeil, c’est un peu compliqué quand même), l’outil te permet juste une récolte plus facile.

avatar ShyWhere | 

@fc78

Je partage. Se coucher à la même heure, avoir un rituel sans écran, c’est un début de bon dodo. Je suis très perplexe de cette tendance de tout connecter et de tout tracer de nos vies. Est-ce vraiment ça notre futur ?

avatar sebluk | 

Mdr .....

Comparé les nuits, voir combien de fois on ronfle ou on pete...

Nan mais franchement, quand on dort on dort quoi !

Zéro intérêt cette anarque à 150€ !

Le trop connecté va tuer le connecté.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR