Ouvrir le menu principal

WatchGeneration

Recherche

« Lent », « Peu fiable » : l’AI Pin d'Humane peine à convaincre les premiers testeurs

Félix Cattafesta

Thursday 11 April 2024 à 16:10

Wearables

Les premiers tests de l’AI Pin d’Humane viennent de tomber, et le gadget n’a pas vraiment emballé la critique. Pour rappel, ce petit pins à porter a été créé par une start-up constituée d’anciens d’Apple. Il se présente comme une alternative au smartphone reposant sur l’IA : une sorte de super-Siri à porter pouvant envoyer des messages, analyser ce qu’il voit ou encore répondre à des questions complexes.

Image : Humane.

Ce wearable fait la taille d’un boîtier d’AirPods et dispose d’une surface sur laquelle on peut effectuer différents gestes. Appuyer dessus active l’assistant, tandis qu’un double tap permet de prendre une photo. Il est également possible d’enregistrer des vidéos, que l’on pourra consulter depuis un ordinateur en passant par un portail web. L’accessoire vient se porter au niveau de la poitrine, avec une batterie clipsable côté peau.

Le but principal du AI Pin est de répondre aux demandes du porteur, et il est visiblement loin d’être infaillible. Les premiers testeurs lui reprochent d’être trop lent pour être pertinent. Selon les différents exemples de The Verge, il faut entre 3 et 15 secondes avant que le bidule ne réponde à une question, ce qui est bien plus lent que de dégainer son téléphone. Cela s’explique par le fait que l’appareil fonctionne entièrement via le web, et que le modèle d’IA doit générer une réponse.

L’AI Pin n’écoute pas en continu : il faut appuyer dessus pour lui faire tendre l’oreille. Image : Wired.

L’AI Pin répond parfois bien, et est alors très pratique : on peut lui demander si une boisson contient des calories ou ce qui est devant soi. Le problème est qu’il répond souvent à côté de la plaque, ce qui est au mieux amusant, au pire dangereux. Dans tous les cas, le produit perd en intérêt tant il est difficile d’interagir avec un assistant qui n’est jamais complètement fiable. Une anecdote de la testeuse d’Engadget résume bien le problème :

Lorsque j'ai demandé « Envoie un message texte à X », qui est un ami et un collègue, j'ai pensé qu'on allait me demander ce que je voulais lui dire. Au lieu de cela, l'appareil a simplement répondu OK et m'a dit qu'il avait envoyé les mots « Hey X, je viens juste aux nouvelles. Comment se passe ta journée ? ». […] Je suppose que, techniquement, l'IA Pin a fait ce que j'avais demandé.

Wired note qu’étonnamment, l’IA peut censurer certaines requêtes. Le testeur a demandé à envoyer un message traitant un ami d’idiot, ce que le Pin a refusé. Il a fallu demander à dicter un message pour que l’appareil s’exécute. L’AI Pin dispose d’une fonction lui permettant de reconnaître ce qu’il voit, mais celle-ci est en bêta et n’est apparemment pas très fiable. Le testeur de The Verge a demandé quel monument il avait face à lui, ce à quoi l’appareil à répondu avec aplomb une réponse erronée.

Le rétroprojecteur est difficilement lisible en extérieur. Image : Engadget

L’accessoire se démarque par un petit rétroprojecteur servant à afficher un aperçu des photos ou un petit menu. S’il n’a pas été pensé pour être le mode d’interaction principal, il est censé permettre de consulter certaines données ou modifier des paramètres. Son utilisation est compliquée : les testeurs regrettent qu’il soit quasiment illisible au soleil et qu’il soit très difficile d’y naviguer. Engadget note que l’affichage peut être tronqué si on a de petites mains.

Quelques points ont tout de même fait l’unanimité. Un mode activable à deux doigts va automatiquement traduire ce que dit un interlocuteur étranger, avant de faire de même avec les réponses du porteur. Le design est aussi apprécié, ce qui n’est pas surprenant pour une startup composée d’anciens d’Apple. Les haut-parleurs sont visiblement corrects, avec des réponses audibles mêmes dans des contextes bruyants.

L’AI Pin et ses accessoires. Image : The Verge

D’autres problèmes sont relevés : seul Tidal est pris en charge pour le moment côté musique, et le bidule a tendance à chauffer. Les photos sont correctes de jour, mais pas terribles de nuit. L’absence d’interface forçant à tout prononcer peut être embarrassante, par exemple au moment de dicter un message personnel. Le fait de porter un accessoire qui fait aussi caméra peut rendre mal à l’aise certaines personnes.

Wired note qu’il n’est pas possible de synchroniser son numéro de téléphone avec le badge, ce qui complique de nombreuses démarches au quotidien. En l'état, tout le monde s’accorde sur le fait qu’il ne faut pas acheter le produit maintenant et qu’il s’agit plutôt d’une bêta ou d’un prototype. Pour rappel, l’AI Pin n’est vendu qu’aux États-Unis pour 700 $, auquel il faudra ajouter un abonnement mensuel de 24 $.

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner