Test du Withings Pulse HR

Anthony Nelzin-Santos |

Surprise : les traqueurs d’activité n’ont toujours pas disparu. Certes, c’est indéniable, ce marché n’a plus le dynamisme ni la diversité d’autrefois. Jawbone est passée par pertes et profits, et depuis son incorporation au groupe Fossil, Misfit multiplie les montres hybrides et connectées. Mais bon an mal an, Fitbit présente deux ou trois nouveautés, et les fabricants chinois deux ou trois cent modèles à bas coût.

Et puis Withings n’a pas dit son dernier mot. Entre les balances « Body » et les montres hybrides « Steel » et « Move », on oublierait presque que le fabricant français fut parmi les pionniers du secteur. Cinq ans après le Pulse, deux ans après le Go, et alors que l’on n’y croyait plus vraiment, voici venir le Pulse HR. L’objectif ? Prouver que les traqueurs d’activité n’ont rien perdu de leur intérêt… et chasser sur les terres du Fitbit Alta HR.

L’écran OLED est difficile à photographier, aussi avons-nous conservé l’autocollant simulant l’affichage sur les photos de ce test.

En reprenant le nom de l’illustre Pulse, Withings joue sur la fibre nostalgique d’une partie de sa clientèle, mais la parenté est très lointaine. Le Pulse était un podomètre connecté de poche, que l’on portait au poignet seulement pour dormir. Devenu Pulse O2 puis Pulse Ox, il a certes gagné un bracelet, mais restait amovible. Le Pulse HR n’est rien d’autre qu’une Steel HR débarrassée de ses aiguilles, qui se porte au poignet et uniquement au poignet.

En ce sens, il est plus proche des produits de Fitbit que de ses prédécesseurs. Or Fitbit n’a pas présenté de traqueur qui ne soit pas — seulement — un bracelet depuis 2016 et le Flex 2. Tant pis pour ceux qui aimaient glisser leur traqueur dans la poche, ou bien le clipser à la ceinture ou à la bretelle du soutien-gorge, c’est le sens du marché. Tant mieux pour les autres, cela clarifie sa raison d’être, et donc son design.

Sur ce plan, le Pulse HR est assurément plus abouti que le Pulse, et même que le sympathique Go. Les lignes du « linteau » en polycarbonate se prolongent jusqu’au bracelet en silicone, comme si l’ensemble était formé d’un seul tenant, d’une épaisseur de seulement trois millimètres. Une belle illusion optique, qui ne parvient toutefois à masquer la présence d’un « ventre » en acier 316L, qui renferme les composants et comporte l’unique bouton de l’appareil.

Autre illusion, celle qui laisse à penser que l’écran s’étalerait sur toute la surface du traqueur, à la manière de celui du Pulse original. Las, ce n’est qu’un petit rectangle de quinze millimètres sur onze. Autant dire que la fonction de transmission des notifications est totalement accessoire, puisque vous devrez de toute manière sortir votre téléphone pour vérifier leur contenu.

Si l’écran est minuscule, le Pulse HR mesure plus de quatre centimètres de long. Cela signifie qu’il est moins discret qu’il n’y paraît. Vous avez un poignet plutôt massif ? Même s’il est censé être « adapté aux poignets de 200 mm de circonférence », comme celui de la Steel HR Sport, le bracelet du Pulse HR vous semblera trop court. Vous avez un poignet plutôt fin ? Même si ses extrémités sont articulées, le boîtier du Pulse HR barrera votre bras, et ne tombera jamais naturellement.

Pour autant, le traqueur de Withings n’est pas inconfortable. Son bracelet en silicone est fin et flexible, tout l’inverse du bracelet du Fitbit Alta HR, épais et très rigide. Avec son poids plume de 35 grammes, il finit par faire oublier sa présence. Au point de sauter dans la douche avec (il est heureusement étanche « jusqu’à 50 mètres »), et de complètement négliger sa recharge (il tient « jusqu’à 20 jours en utilisation normale » sur une charge).

Bref, vous ne devriez avoir aucun mal à garder le Pulse HR au poignet. Le jour, il comptera vos pas et mesurera la distance parcourue, d’une manière aussi fiable que les traqueurs concurrents. La nuit, il observera votre sommeil, d’une manière aussi peu fiable que les traqueurs concurrents. Vous voulez savoir combien vous dormez ? Aucun problème. Vous voulez savoir comment vous dormez ? Prudence.

Le Pulse HR fait mieux la différence entre « je lis au lit » et « je dors à poings fermés » que le Sleep, le capteur dédié de Withings, un comble. Les données quantitatives sont fiables : l’endormissement et le réveil, même pour une courte sieste, sont parfaitement observés. Nous sommes plus dubitatifs face aux données qualitatives, qui simplifient la nuit à l’alternance de phases de sommeil léger et de phases de sommeil profond, quand Fitbit tente de distinguer le sommeil paradoxal.

Comme les autres traqueurs, le Pulse HR est incapable de détecter les micro-réveils. Pire, s’il est manipulé avant d’être posé sur une table de chevet, il essaiera… de suivre son sommeil ! Autant dire qu’on est encore très loin de la précision des dispositifs médicaux, qui restent indispensables dans le dépistage d’éventuels troubles du sommeil.

Cela étant dit, Withings minore l’importance de la « profondeur » du sommeil dans le calcul du « score de sommeil », et axe son programme « rituel de sommeil » sur la régularité, un paramètre plus tangible. À la relative imprécision du suivi du sommeil s’oppose la parfaite exactitude du cardiofréquencemètre par photopléthysmographie.

Sommeil, rythme cardiaque et activité dans l’application Health Mate.

Le Pulse HR mesure le rythme cardiaque ponctuellement au fil de la journée, continuellement pendant les exercices sportifs, sans la moindre intervention de l’utilisateur. Quel changement, quand on a connu la mesure manuelle avec le Pulse original ! Le vieux Pulse était toutefois capable de mesurer la saturation de l’hémoglobine en oxygène par oxymétrie, une fonction absente des appareils Withings récents.

Les données sont envoyées vers l’application Health Mate, ou conservées jusqu’à cinq jours sur la mémoire interne en l’absence de connexion Bluetooth. Le nombre de pas et le suivi du sommeil peuvent être synchronisés avec l’application Santé, mais pas les données relatives au cœur ni les exercices. C’est d’autant plus frustrant, rageant même, que ce sont précisément les points sur lesquels Withings a particulièrement progressé ces dernières années.

Le Pulse HR suit les séances de torture jogging et de natation par lui-même, ainsi qu’une trentaine d’autres activités sportives avec l’aide de l’application Health Mate. Une pression courte sur le bouton de l’appareil permet de défiler entre les différents écrans (date et heure1, nombre de pas, distance parcourue…), tandis qu’une pression prolongée permet d’entrer dans le mode « sélection sport ». On peut alors choisir parmi les activités proposées, puis démarrer l’enregistrement de l’entraînement.

L’application Health Mate permet, par exemple, de retirer la natation et d’ajouter le rugby à la liste. Elle permet aussi d’utiliser la puce GPS du téléphone pour suivre les exercices enregistrés sur le traqueur. Ce « GPS connecté » possède l’intérêt d’être extrêmement précis (merci Apple) sans peser sur la batterie du Pulse HR (au détriment de celle de l’iPhone). Tant mieux : la mesure du rythme cardiaque en continu grève déjà suffisamment l’autonomie.

D’une vingtaine de jours en « utilisation normale », elle tombe à cinq jours avec l’enregistrement de trois entraînements de 90 minutes. Une fois posé sur le petit palet de charge, qui n’est pas réalisée par induction mais par le biais d’une petite broche, le Pulse HR remplira sa batterie en deux bonnes heures. Au final, il s’en sort mieux que l’Alta HR, dont l’autonomie ne dépasse pas sept jours.

Le traqueur de Fitbit conserve un avantage décisif, celui du choix. Vous n’aimez pas le noir ? Withings propose des bracelets optionnels : un gris sale, un rouge qui ne veut pas être rose, un bleu très foncé, et puis c’est tout. Même le bracelet noir original n’est pas disponible à l’unité ! Or il faut absolument utiliser les bracelets de Withings, qui sont conçus à l’envers d’un bracelet traditionnel de montre, la pompe étant fixée sur le traqueur.

Fitbit, elle, propose non seulement plusieurs tailles et couleurs de bracelets, mais aussi plusieurs couleurs de boîtier. Mais l’Alta HR est vendu 149,95 €, 20 € de plus que le Pulse HR, qui vaut le même prix que la Steel, dépourvue d’écran et de cardiofréquencemètre. Vous voulez suivre votre activité sans changer de montre ni dépenser une fortune ? Les traqueurs d’activité n’ont rien perdu de leur intérêt, et la proposition de Withings n’est pas mal placée.

Mise à jour 1er février

Une petite fissure s’est développée sur notre modèle de test, reçu avant la commercialisation effective du Pulse HR. Selon Withings, il s’agit d’un problème apparu « quelques fois » sur les modèles de pré-série comme le nôtre, et « réglé » sur les modèles finalisés. Le fabricant assure que le service après-vente remplacera tout modèle éventuellement défectueux.

Nous allons recevoir un nouveau modèle dans les prochains jours, et le soumettrons à une évaluation matérielle plus poussée sur ce point précis. Nous mettrons à jour notre test en fonction des résultats.

Mise à jour 8 mars

Après un mois d’utilisation, pendant lequel il a été soumis à plusieurs tests de résistance supplémentaires (chocs répétés, chutes jusqu’à cinq mètres, torsion extrême du bracelet, submersion prolongée), le deuxième exemplaire que nous avons reçu ne présente pas les mêmes problèmes. Nous considérons donc que les explications fournies par Withings sont suffisantes, et ne modifions pas la conclusion de notre test.


  1. L’heure peut aussi être affichée en tapant sur l’écran ou en levant le poignet. Du moins théoriquement : en pratique, ni l’une ni l’autre des fonctions n’est particulièrement fiable, si bien que le recours au bouton est souvent nécessaire. ↩︎

Note

Les plus :

  • Petit et léger
  • Bonne autonomie
  • Suivi d’une trentaine d’activités et GPS connecté

Les moins :

  • Écran presque anecdotique
  • Revêtement mat salissant
  • Qualité moyenne du bracelet (et format spécifique à Withings)

Prix :

avatar Wixeo | 

Merci pour cet article !
Mais une question me chiffonne et vous n’en faite allusion que dans la note: sur les photos on voit que le bracelet est fissuré.
Alors quelqu’un l’a utilisé comme projectile ou un contact avec un coin de table suffit ? 😄

avatar elesse | 

@Wixeo

? Je ne vois pas de fissure ?...

avatar Wixeo | 

@elesse

En bas à gauche du cadran, dans le coin 😉

avatar elesse | 

@Wixeo

Ce n’est pas le bracelet cher ami, c’est carrément le Pulse en lui-même 🤢

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Wixeo : ah bah ça alors ! C'est à peine visible à l'œil nu, et comme je ne m'y attendais pas, je me rends compte que je l'ai traité sur certaines photos (dont une dans le test) comme une poussière ou un poil. (Et nous sommes trois à avoir touché au papier, et à ne pas l'avoir vu !) Je vais contacter Withings de ce pas pour savoir si c'est une rayure ou plus, si c'est de ma faute ou un problème de l'appareil, et tout ce qui s'en suit.
avatar Anthony Nelzin-Santos | 

@Wixeo : j'ai eu un représentant de Withings au téléphone, j'ai mis à jour mon test. Je dois recevoir un modèle définitif dans les prochains jours, je vérifierai ce point et mettrai à jour le papier une nouvelle fois.

avatar Bigdidou | 

À noter que ça raconte n’importe quoi concernant le sommeil, puisque le sommeil profond en seconde partie de nuit n’existe pas, et qu’au aucun cas ne s’intercalent des phases profond/léger.

avatar warmac33 | 

+1
Encore que le sommeil profond en fin de nuit peut exister, il n'est juste pas habituel
Mais clairement le traqueur semble rassembler sous le terme profond le sommeil lent profond et le sommeil paradoxal... Ce qui donne une idée du sérieux de l'analyse de sommeil...

avatar DadGeeK | 

La fissure semble être un défaut de fabrication. On la retrouve sur d’autres modèles. Ils ne sont définitivement pas fiables chez Withings-Nokia-Withings. 👎🏼

avatar victoireviclaux | 

Le problème quand j'avais un Withings Stell HR Sport, c'est que j'avais une mesure cardiaque trop élevée pendant le sommeil et dans la vie quotidienne...

avatar DadGeeK | 

J’ajoute tout de même que le fait de « tester » un produit « défectueux » (on voit bien que le Pulse HR est fissuré) et qu’il n’y soit pas fait mention une seule fois démontre bien que ces tests ne sont en réalité que des pubs déguisées... c’est tellement devenu habituel ....

avatar Anthony Nelzin-Santos | 

@DadGeek : réflexion ridicule. Ça fait un mois et demi que j'ai le Pulse HR, je n'avais pas remarqué ce problème, pas plus que mes collègues qui l'ont eu au poignet ou ont relu l'article avec les photos. C'est minuscule, et comme on ne s'y attend pas forcément, on l'a tout simplement pas vu.

Et si c'était vraiment une pub, tu ne crois pas qu'on aurait photoshoppé les photos ? Je sais que c'est dans l'air du temps de casser du sucre sur le dos des journalistes, mais franchement, un peu de sérieux ! Et comme je le disais plus haut, j'ai contacté Withings pour avoir plus d'infos sur le sujet.

(Oh et : contrairement à d'autres et conformément _à la loi_, quand on fait des articles sponsorisés, on l'indique clairement. Et à titre personnel, je ne participe pas à la rédaction d'articles sponsorisés.)

avatar DadGeeK | 

@Anthony

Ça y est, dès qu’on remet en cause l’impartialité d’un test on a le refrain habituel contre les journalistes .... On sort les drapeaux blancs aussi ? Plus sérieusement, si vous vous y mettez à 4 professionnels du journalismes d’investigation et que personnes ne s’en est rendu compte, faut faire quelque chose les amis. Et ce n’est pas un souci de pré-série, le même modèle acheté sur Amazon présente le même défaut. Pas besoin d’avoir fait l’ENA pour s’en rendre compte. Faut juste sortir de sa tour de contrôle ! 😘

avatar sebas_ | 

Ça me parait très intéressant, sûrement un produit que j’aurai acheté (bonne autonomie, pas trop cher, pas mal de fonctions...), mais j’ai du mal à voir l intérêt face à un Xiaomi mi Band 2 ou 3 a moins de 30€... je les utilise depuis bientôt 3 ans (la v1 et maintenant le v2), j’en suis ultra satisfait et on n’à pas peur de le casser vu le prix.. je pensais même passer à la v3 vu le faible prix, mais celui que j’ai depuis presque 2 ans fonctionne très bien pour mes séances de sport et pour ce que je lui demande. Ça serait sympa d’avoir un test de ces petits Xiaomi vraiment pas cher!
PS: ne vous en faites pas, c’est la mode de casser du journaleux par les temps qui courent. Ne perdraient pas trop d’énergie à essayer de les remettre dans le droit chemin et à vous justifier, ils ne vous liront pas et diront que vous êtes payés par Soros pour faire la pub des boites tenues par des illuminatis reptiliens 😂

avatar jeepspirit38 | 

J’ai un Mi Band 3 et si j’ai bien compris c’est concurrent à ce bracelet et ça raconte n’importe quoi... quand je vois les critiques ultra positives...
Ce matin je prends ma douche et j’ai soi- disant fait 111 pas à l’intérieur.Bref j’ai une grande douche 🤣

avatar iDG1978 | 

Ancien possesseur d’un Fitbit Alta puis aujourd’hui du nouveau Withings, j’ai remarqué que ces 2 modèles étaient plus réactifs que mon Apple Watch pour les notifications SMS !… c’est toujours mon bracelet d’activité qui me prévient en 1èr dès que je reçois une notification !… et vous ?!

avatar Diaoulic | 

Acheté et testé pdt 1 semaine:
résultats complètement à côté de la plaque, tant au niveau du sommeil, que des pas effectués...

avatar bonnepoire | 

Produit techno français? Non merci!
(J’ai eu des Peugeot dont je suis très satisfait mais niveau produits technologiques c’est juste pas possible...)

avatar benito256 | 

Ça fait plus d’une année que je possède une montre Withings HR et je suis très satisfait. Aucun souci, je la charge une fois par mois. Les notifications de courriel arrive plus vite que sur mon portable. Le tracking de marche ou de course fonctionne super bien et me montre le trajet sur une map . Bref un produit électronique de grande qualité produit par la France. Bravo
Je suis canadien donc pas de parti pris.

CONNEXION UTILISATEUR