Ouvrir le menu principal

WatchGeneration

Recherche

Test de l'Apple Watch Ultra : ultra bien ou ultra bof ?

Mickaël Bazoge

Sunday 25 December 2022 à 19:12 • 77

Matériel

Est-ce que je compense ? Peut-être bien. Entre mon iPad Pro de 12,9", mon iPhone 12 Pro Max de 6,7" et mon Mac mini avec 1 To de stockage, je me demande si ma passion des trucs imposants ne cache pas quelque chose. Même mon chat est gros, c'est pour dire. Alors évidemment, quand Apple a annoncé une nouvelle montre Ultra, je ne pouvais que sauter sur l'occasion pour la tester !

En-fin ! Après pratiquement huit ans d'un design qui n'a évolué qu'à la marge, Apple s'est décidée à revoir en profondeur les formes de sa montre connectée. Et c'est pour une bonne cause, celle des athlètes et des baroudeurs, premier public visé par l'Apple Watch Ultra.

Je ne suis pas un sportif de l'extrême, loin de là même, néanmoins cette nouvelle Apple Watch a de quoi intriguer quiconque a envie d'une montre avec un grand écran et une bonne autonomie. Exactement ce qu'il me faut : ma vaillante Apple Watch Series 4 meurt à chaque milieu d'après midi et son écran m'apparait de plus en plus petit à chaque jour qui passe (à moins que ce ne soit mes yeux qui fatiguent).

Ci-dessus, déballage en vidéo de l'Apple Watch Ultra. Un packaging extrêmement soigné, comme toujours chez Apple. On se croirait au petit matin de Noël avec tous ces petits paquets à déballer ! En bonus, Apple glisse un petit livret avec une reliure dos cousu pour découvrir quelques unes des fonctionnalités de la montre.

Un design ultra-unique

Les goûts et les couleurs, ça se discute bien sûr. L'Apple Watch Ultra est indéniablement… une Apple Watch, avec son écran carré aux coins ronds et sa couronne digitale. Mais elle crée aussi une rupture nette avec une famille de produits dont le design est sensiblement le même depuis 2015.

C'est pourquoi l'Ultra suscite tant de débats et de réactions : on dirait une Apple Watch avec une de ces horribles coques de protection ! Une impression renforcée par le protège-couronne (« épaulement » dit Apple) qui entoure la couronne digitale et fait déborder le bouton latéral.

Au premier plan, une Apple Watch Series 5 Edition en titane.

Avec un boîtier de 49 mm en largeur et de 58 mm en hauteur, et une épaisseur de 14,4 mm, c'est une montre qui prend indéniablement de la place. Trop ? Pas assez ? Chacun jugera en fonction de ses préférences. On aurait tendance à croire que l'Ultra sera plus à son aise sur les plus gros poignets, mais je me suis rapidement fait à l'idée de porter cette montre alors que mon poignet n'est pas spécialement gros. Ce n'est pas le cas pour Stéphane, dont le poignet est définitivement trop menu pour une telle montre.

Aperçu de l’Apple Watch Ultra

Aperçu de l’Apple Watch Ultra

Le titane comme matériau de prédilection pour le boîtier participe de l'évidence : léger et résistant, c'est le choix idéal pour une montre de baroudeur. Apple s'appuie sur une expérience de trois ans, la première Apple Watch Édition en titane remontant à la Series 5 de 2019. Pour l'Ultra, le constructeur n'a pas voulu multiplier les coloris et les références malheureusement, mais cela finira bien par arriver (on a hâte de voir une version en titane noire).

Le châssis tout nu de l'Apple Watch Ultra. Image : iFixit.

L'Apple Watch Ultra a ce design qui, de prime abord, semble la prédestiner aux poignets masculins. Plus anguleuse qu'une Apple Watch classique avec son écran plat et son coloris gris clair aux reflets légèrement dorés, la montre a une allure martiale encore renforcée par la finition microbillée. Une impression encore accentuée par la présence de vis aux quatre coins du dos en céramique (certes, personne ne les verra).

La montre au complet.

L'écran plat est une première sur une Apple Watch ; jusqu'à présent, le constructeur avait choisi d'intégrer l'écran de sa montre dans la continuité du boîtier, formant ainsi un tout harmonieux avec des angles adoucis. L'Apple Watch Ultra n'en a cure et assume des formes plus proches de l'idée qu'on peut se faire d'un ordinateur de poignet.

Pour autant et malgré les dimensions généreuses de la montre, personne ne s'est retourné sur mon passage en se demandant ce que je trimbalais au poignet (surtout avec ce bracelet Alpine orange pas spécialement discret). Les perceptions sont différentes entre le porteur de la montre et le reste du monde. Et puis l'Ultra est loin d'être la plus grosse toquante du marché, on peut ainsi trouver des modèles de 55 mm et même au-delà.

C'est encore trop tôt pour le dire, mais j'ai le sentiment que d'ici quelques mois, je ne regarderai pas cette Apple Watch Ultra comme je regarde encore aujourd'hui ma Series 4. Jeter un œil sur ma montre en acier inoxydable me ravit toujours malgré les années. C'est probablement mon côté bling-bling qui parle ! L'Ultra fait plus sérieuse, plus rigoureuse, presque militaire : on n'est pas là pour rigoler, en résumé.

 Ultra 49 mm  Series 8 (45 mm, alu)  Series 8 (45 mm, inox)
Épaisseur 14,4 mm 10,7 mm 10,7 mm
Poids 61,3 g 38,8 g 51,5 g

Ultra au quotidien

Comme pour le design qui partage plus qu'un air de famille avec le reste de la gamme, l'Apple Watch Ultra est aussi une Apple Watch pour ses fonctionnalités. Mais ce modèle en fait aussi davantage, et on se prend à rêver de voir certaines des innovations et nouveautés de l'Ultra se déployer sur les autres modèles.

Notre test de l'Apple Watch Series 8 revient plus en détail sur le capteur de température et l'app Boussole, je vous renvoie vers cet article pour tout savoir de ces nouveautés communes avec l'Ultra.

Test de l

Test de l'Apple Watch Series 8 : un bon épisode de plus

Un écran complètement à plat

L'Apple Watch Ultra a quelque chose d'unique que les autres montres connectées d'Apple ne sont pas prêtes d'avoir — du moins pas en conservant leur design actuel : un grand écran ! Alors certes, on parle là d'un écran de 1,99" qui, dans l'absolu, n'est pas énormément plus grand que celui d'une Series 8 de 45 mm (1,9").

Toutefois, avec sa définition de 410 × 502 pixels pour une surface d'affichage de 1 164 mm², on gratte suffisamment sur un modèle de 45 mm (396  × 484, 1 143 mm²) pour gagner une ligne supplémentaire dans les vues d'exercice. Personne ne viendra se plaindre de bénéficier d'un espace plus grand pour afficher plus d'informations, ou pour agrandir confortablement le texte (oui, mes yeux commencent à me faire défaut !).

On l'a suffisamment dit, l'écran de l'Apple Watch Ultra est plat, posé sur un piédestal dont le rebord est très légèrement (un cheveu ou deux) surélevé par rapport à la dalle. On comprend ce qu'Apple a voulu faire là : en cas de choc, c'est le rebord qui prend le coup plutôt que l'écran. Dans les faits, ce débordement quasiment imperceptible ne sera probablement d'aucune aide.

Ce fameux piédestal intègre des fenêtres radiotransparentes en plastique qui permettent aux antennes GPS de faire leur travail. Ce sera peut-être l'élément le plus fragile du boîtier… Du moins le plus salissant ! Anthony a ainsi eu la mauvaise surprise d'y apercevoir une trace après une sortie en forêt où il a dû se frayer un chemin dans les sous-bois.

Sous le soleil, l'écran de l'Apple Watch Ultra se montrera plus lisible grâce à ses 2 000 nits : c'est le double de l'écran des autres Series.

Cet écran plat a aussi des irritants. Contrairement à l'écran bombé des autres modèles d'Apple Watch sur lequel glissent aisément les manches des chemises, il se peut qu'elles bloquent en arrivant au niveau de la montre. Ce n'est pas un drame, et cela n'empêchera pas de porter l'Ultra dans les dîners en ville, mais c'est un changement par rapport aux précédents modèles.

Autre grief, l'écran est manifestement très sensible aux interactions tactiles : à plusieurs reprises, nous avons eu la mauvaise surprise de voir que la montre avait lancé une app ou cessé de mesurer un exercice à cause du frottement d'un vêtement. L'idée m'a effleuré à deux ou trois reprises d'activer le mode Eau qui bloque l'écran tactile…

Un bouton qui aime l'action

Le bouton d'action est une autre des grandes nouveautés de l'Apple Watch Ultra. Ce troisième bouton, après celui de la couronne digitale et le bouton latéral, est d'autant plus singulier qu'il laisse à l'utilisateur le soin de choisir son comportement.

Le bouton d'action de l'Apple Watch Ultra est d'une couleur « orange international », en cela il est parfaitement coordonné avec le bracelet Alpine.

Dans l'application Watch de l'iPhone ou dans les réglages de la montre, une nouvelle section permet de sélectionner l'action à accomplir à l'appui du bouton. Un clic permet d'ouvrir une app : Exercice, Chronomètre, Plongée, Lampe torche, Raccourci ; ou encore de créer un point de repère ou un point de départ (qui lance l'itinéraire de retour) dans l'app Boussole. Il est aussi possible de ne rien activer du tout.

Selon l'app sélectionnée, des options supplémentaires seront disponibles. Pour l'exercice, on pourra choisir une application autre que l'app Exercice d'Apple, ainsi que l'action à accomplir : soit ouvrir l'app, soit lancer immédiatement un entraînement.

La possibilité d'activer un raccourci ouvre de beaux horizons aux amateurs d'automatisation. Adam Tow propose par exemple de lancer les réglages de l'Apple Watch avec ce raccourci tout simple, mais rien n'empêche d'activer un raccourci permettant d'ouvrir la serrure HomeKit de la porte de la maison !

Ce bouton d'action est donc tout à fait épatant, mais il n'est pas exempt de tout reproche. D'une part, quand on manipule le bouton latéral et/ou le bouton de la couronne digitale, le pouce venait jusqu'à présent se placer assez naturellement à l'endroit où se trouve le bouton d'action. Voilà qui oblige à revoir ses habitudes, et il n'est pas simple de s'affranchir de l'esclavagisme de la mémoire musculaire.

D'autre part, Apple aurait été bien inspirée de faire en sorte que le comportement du bouton d'action soit contextuel. On peut par exemple faire tourner l'app Exercice en tâche de fond avec l'app Boussole au premier plan : en cliquant sur le bouton, j'aurais aimé pouvoir créer un point de repère dans Boussole plutôt que de lancer un nouvel entraînement dans Exercice.

Comment configurer le bouton d’action de l’Apple Watch Ultra

Comment configurer le bouton d’action de l’Apple Watch Ultra

Grande couronne pour grande montre

Si le bouton d'action aurait toute sa place sur une Apple Watch Series 9 (on peut rêver), par contre la couronne digitale de l'Ultra pose plus de questions. Plus grande de 40 % par rapport à la Series 8, elle a aussi un moletage plus marqué et plus profond. Voilà qui va faciliter l'utilisation avec un gant.

Apple Watch Ultra vs Apple Watch Series 5 Edition (en titane).

Par contre, l'épaulement empêche de la faire rouler avec deux doigts comme beaucoup en ont pris l'habitude. Et il suffit que le poignet soit légèrement relevé vers la montre pour que la couronne accroche les poils, ce qui n'est pas spécialement agréable.

Un cadran exclusif, mais pas plus

Cet écran a aussi permis à Apple de plancher sur un nouveau cadran Orientation combinant une boussole avec huit complications. Un cadran qui s'offre le luxe d'une fonctionnalité inédite : un mode nuit qui s'active en faisant rouler la molette. Tous les éléments graphiques et le texte passent alors au rouge, plus doux pour les yeux en soirée ou la nuit.

Deux variations du cadran Orientation et le mode nuit.

Un mode nuit tellement bien fichu qu'on adorerait le voir pour tous les autres cadrans ! Hélas, seul Orientation en est doté et c'est bien dommage. Globalement, Apple n'a pas vraiment fait d'efforts particuliers pour adapter ses différents cadrans au grand écran de l'Ultra.

Orientation est certes très joli et pratique, mais on ne compte plus le nombre de cadrans qui finissent par se ressembler. Alors c'est entendu, Chronographe, Explorateur, Infographie ou encore Utilitaire remplissent des fonctions différentes, et on ne peut pas retirer à Apple le soin du détail pour tous ces cadrans. Mais l'impression demeure que ça tourne en rond.

Pour varier les plaisirs, il y a tous ces cadrans fantaisie (Récréation, Toy Story, Kaléidoscope…) ou plus originaux comme Astronomie ou Portraits. Mais toutes les Apple Watch y ont droit — au passage, l'Ultra affiche aussi les cadrans Nike —, et puis même si c'est une bataille perdue depuis longtemps, nous sommes toujours quelques uns à demander un Watch Face Studio où Apple nous laisserait mixer les complications, les couleurs et les horloges. Quitte à donner dans le mauvais goût, après tout on a payé pour.

Comment activer le mode nuit de l

Comment activer le mode nuit de l'Apple Watch Ultra

Une sirène alerte

La sirène de l'Apple Watch Ultra fait partie de l'arsenal de fonctions de secours très mises en avant par Apple, à l'instar de la détection d'accident de voiture (aussi présente dans les Apple Watch Series 8 et Ultra). Cette alarme est actionnable à partir de sa propre application, ou encore depuis le menu d'options qui s'affiche en maintenant le bouton latéral ou le bouton d'action1.

Le constructeur n'a pas fait les choses à moitié, puisque cette sirène dispose de son propre haut parleur. Elle produit un son d'une puissance de 86 décibels, de quoi se faire entendre dans un rayon de 180 mètres, promet Apple. Sous une pluie battante, l'alarme risque quand même d'être un peu étouffée. Dans un lieu plus calme, cette sirène aura plus de chance d'attirer l'attention : nous avons testé sur un coteau dégagé, l'alarme s'entendait sur 300 mètres.

L'alarme combine une séquence évoquant une « situation d'urgence » avec une autre séquence qui reproduit un SOS (vous pouvez les écouter dans la vidéo ci-dessus). Ces deux séquences peuvent se répéter pendant plusieurs heures au besoin.

Un GPS double fréquence qui fait le maximum

L'Apple Watch Ultra partage avec l'iPhone 14 Pro le même GPS double fréquence qui s'appuie non seulement sur la fréquence L1 traditionnelle, mais aussi sur la fréquence L5 — c'est elle la petite nouvelle. À cela s'ajoutent de nouveaux algorithmes de positionnement : tout cela concourt à limiter les erreurs et à assurer une couverture plus constante dans les zones urbaines denses.

La promesse est tenue : les données de positionnement collectées par l'Apple Watch Ultra se montrent effectivement plus précises qu'avec une Apple Watch L1. Deux illustrations lors d'un jogging dans le Mile End de Montréal :

Apple Watch Ultra // Apple Watch Series 4
Apple Watch Ultra // Apple Watch Series 4

L'Ultra détecte bien mieux les trottoirs que la Series 4 (non, je ne cours pas sur les toits des bâtiments). Et dans les zones où la rue est plus étroite, l'Ultra repère réellement les deux trottoirs. L'activation du GPS est rapide, rien à redire là dessus, et le signal ne s'est jamais perdu durant mes différentes balades.

L'Apple Watch Ultra ne s'en sort pas si mal face à la concurrence très affûtée de l'Epix 2 de Garmin qui embarque également un GPS double fréquence.

En rouge : Apple Watch Ultra ; en bleu : Garmin Epix 2.
En rouge : Apple Watch Ultra ; en bleu : Garmin Epix 2.

Il n'y a pas vraiment photo : si vous venez d'une génération précédente d'Apple Watch, le GPS de l'Ultra est effectivement plus précis. En revanche, en face de modèles très spécialisés Apple a encore un peu de travail à faire pour s'aligner sur ces cadors. Mais les résultats obtenus sont encourageants.

Le GPS double fréquence est bien évidemment mis à contribution dans l'application Boussole. On ne peut que regretter qu'il soit impossible de charger un fond de carte ou des tracés GPX, ce qui serait bien utile quand on crapahute en dehors d'une couverture réseau. C'est d'autant plus ballot qu'Apple produit ses propres cartes.

Apple Watch Ultra : qu’est-ce que la bande GPS L5 change vraiment ?

Apple Watch Ultra : qu’est-ce que la bande GPS L5 change vraiment ?

iPhone 14 Pro : le GPS double fréquence fait la différence

iPhone 14 Pro : le GPS double fréquence fait la différence

Micro et ultra à la fois

Avec ses trois micros beamforming, l'Apple Watch Ultra améliore assez sensiblement la qualité audio lors des appels et des mémos vocaux. La voix est plus claire, moins étouffée et plus agréable. L'environnement sonore est quant à lui moins présent, même si les micros ne font pas non plus de miracle.

Avec l'Apple Watch Ultra.
Avec l'Apple Watch Series 4.

En fonction du vent, la montre va sélectionner un des trois micros les mieux positionnés pour capter la voix. Le bruit est filtré avec l'aide de l'apprentissage automatique. Apple vante également un système à deux haut-parleurs qui amplifie le volume lors des appels et pour Siri. On peut effectivement relever du mieux pour les appels : durant un test, l'interlocuteur a même été surpris d'apprendre qu'on l'appelait avec une Apple Watch !

« Tu ne devineras jamais avec quoi je t'appelle ».
Et la plongée ?

Apple présente volontiers l'Ultra comme un ordinateur de plongée et pour cause : la montre intègre un profondimètre avec capteur de température de l'eau. Par ailleurs, elle est résistante à l'eau jusqu'à 100 mètres de profondeur, conformément à la norme ISO 22810. C'est le double de la Series 8.

En revanche, on ne dépassera pas les 40 mètres dans un cadre de plongée loisir. Le constructeur avertit que l'Ultra ne peut pas être utilisée pour la plongée sous-marine au-delà des 40 mètres (elle est certifiée EN13319, une norme internationale qui certifie les équipements de plongée).

De base, l'Apple Watch embarque l'app Profondeur, qui s'active automatiquement quand la montre est plongée dans l'eau, un réglage que l'on peut modifier dans l'app Watch :

Une option disponible dans Général > Ouverture auto.

D'ici la fin de l'année, l'application Oceanic+ transformera l'Apple Watch Ultra en ordinateur de plongée. Développée par Huish Outdoors, cette app affichera la planification et les mesures de plongée, des alertes, les limites de plongée sans décompression, la vitesse de remontée, ainsi que les paliers de décompression. Une partie des fonctions sera accessible gratuitement, les plus avancées le seront sur abonnement à un tarif encore inconnu.

Oceanic+

Malheureusement, aucun d'entre nous n'est un plongeur, et puis en l'absence d'Oceanic+ ça ne vaut pas (encore) la peine d'aller chatouiller les requins. En revanche, nous allons organiser une prise en main des capacités de plongée de l'Ultra lorsque l'app sera disponible.

Une autonomie record, mais suffisante ?

Apple n'a plus peur des gros produits et personne ne s'en plaindra : les utilisateurs d'iPhone ou de MacBook Pro sont les premiers à profiter des batteries plus généreuses que le constructeur peut intégrer dans ces appareils. Il en va de même pour l'Apple Watch Ultra.

Avec sa bonne bouille dodue, la montre embarque une batterie d'une capacité de 2,1 Wh (542 mAh), soit 76 % de plus que la batterie d'une Series 8 de 45 mm (1,19 Wh, 308 mAh). De quoi lui assurer une autonomie de 36 heures si un iPhone est présent à proximité, et même de 60 heures avec un mode d'économie d'énergie qui arrivera bientôt.

Mais dans les faits, est-ce qu'Apple dit vrai ? La réponse est oui, et même plus encore. Les spécifications officielles au niveau de l'autonomie des Apple Watch ont toujours été conservatrices, et l'Ultra ne déroge pas à cette règle.

  • 44 heures pour Mickaël : environ 2 heures de suivi de l'activité sportive GPS (sans l'iPhone) et autant d'écoute de musique avec la connexion cellulaire de la montre, plus suivi du sommeil (deux nuits) ;
  • 48 heures pour Christophe : environ 4 heures de suivi de l'activité sportive GPS (avec l'iPhone) plus suivi du sommeil (deux nuits) ;
  • 55 heures pour Félix : environ 5 heures de suivi de l'activité sportive GPS (avec l'iPhone) sans suivi du sommeil ;
  • 56 heures pour Anthony : environ 4 heures 30 de suivi de l'activité sportive GPS (avec l'iPhone) et suivi du sommeil (trois nuits).

Ces mesures comprennent un usage de l'Apple Watch un peu plus soutenu qu'à la normale (joie de recevoir un nouveau jouet…) : tests avec Siri, lampe torche, appels, Localiser, Mail, app Boussole avec retour sur ses pas… Bref, on peut assez facilement imaginer profiter d'un week-end assez sportif sans avoir besoin de transporter un chargeur avec soi, pour peu qu'on se retienne sur les usages purement cellulaires.

Personne dans l'équipe n'est suffisamment fou sportif pour avoir testé un marathon (42 km) mais d'après ma modeste expérience, l'Apple Watch Ultra ne devrait pas faire faux bond. Ma montre avait usé 17 % de sa batterie après une course de 10 km sans iPhone, avec suivi de l'activité sportive et écoute de musique en LTE tout du long.

Cela devrait aussi suffire pour un triathlon olympique (1,5 km de nage, 40 km de cyclisme et 10 km de course). Apple précise que l'Apple Watch Ultra peut tenir pour un Ironman (3,8 km de nage, 180 km à vélo et un marathon 😅), mais sur ces distances infernales on recommandera chaudement de stocker de la musique dans la montre, voire d'utiliser le mode d'économie d'énergie.

Sur cette page, Apple détaille l'autonomie que l'on peut attendre de l'Apple Watch Ultra en fonction des usages. Avec le suivi de l'activité sportive, on peut espérer obtenir 18 heures en intérieur (sans GPS), 12 heures en extérieur (avec GPS) et 10 heures en extérieur (avec GPS et la LTE, sans iPhone).

watchOS 9 a inauguré un nouveau mode d'économie d'énergie qui désactive certaines fonctionnalités des montres, comme l'écran toujours allumé, et ralentit la cadence de quelques autres (pas de mesure de la fréquence cardiaque en arrière-plan, par exemple).

watchOS 9 : le mode économie d

watchOS 9 : le mode économie d'énergie booste l'autonomie de certaines Apple Watch

Ce mode d'économie d'énergie est disponible pour l'Apple Watch Ultra, mais le constructeur a aussi annoncé un nouveau mode conçu spécifiquement pour ce modèle, qui prolongera la batterie jusqu'à 60 heures. Les détails sont encore maigres pour le moment, néanmoins on sait que les relevés des points GPS et de la fréquence cardiaque seront réalisés moins fréquemment. Sortie prévue d'ici la fin de l'année.

Pour une Apple Watch, ces performances sont tout simplement du jamais vu, et l'Ultra répond à une demande récurrente des coureurs longue distance qui pouvaient difficilement faire confiance à leur montre pour aller jusqu'au bout de leur parcours. Avec l'Ultra, c'est réglé.

Une mise en garde s'impose : les résultats des mesures d'autonomie que nous avons réalisées seront certainement différents dans un ou deux ans. La batterie de l'Apple Watch Ultra, et c'est le cas pour tous les produits électroniques équipés d'une batterie, se dégrade avec le temps. Mon Apple Watch Series 4 affiche une capacité maximum de 79 % trois ans après un remplacement de sa batterie. Apple facture 129 € le remplacement de la batterie de l'Ultra.

Pour réduire la pression sur la batterie et éviter un vieillissement précoce, Apple a mis au point une fonction de limite de charge maximale activée par défaut. La montre détermine quand charger sa batterie jusqu'à une limite optimale (80 %) en fonction de l'utilisation quotidienne de l'appareil. Cela lui permet aussi de lancer une recharge complète quand c'est nécessaire.

À l'instar de l'iPhone, cette fonction a un comportement assez mystérieux, en particulier dans les premiers temps et pour cause, la montre ne connait pas les petites habitudes de son propriétaire. Je n'ai en tout cas pas encore été confronté à l'anneau de charge ouvert.

Si l'autonomie de l'Apple Watch Ultra mérite tous les éloges, ce nouveau modèle ne peut décemment pas se frotter aux chameaux de poignet signés Garmin, Polar ou Suunto. Garmin qui n'a d'ailleurs pas manqué de faire valoir sa différence quelques jours après la présentation de l'Utra…

Garmin réplique à l

Garmin réplique à l'Apple Watch Ultra en attaquant sur l'autonomie

Si l'Apple Watch Ultra est capable de vous accompagner dans le désert ou sur les flancs d'une montagne pendant des jours et des jours, ce sera avec l'aide d'une batterie externe et d'un chargeur. Les baroudeurs devront donc faire une place dans leurs bardas pour ces accessoires… Grâce à son verre solaire qui transforme les rayons du soleil en énergie, l'Enduro 2 de Garmin tient un mois et demi en mode « montre connectée », et près d'une semaine (150 heures) avec le GPS activé.

L'Apple Watch Ultra se recharge en 1 heure et 50 minutes avec un adaptateur 20W, ce qui est exactement le temps annoncé par Apple. Grâce à la fonction de recharge rapide, la batterie se remplume de moitié en une quarantaine de minutes.

Pour conclure

Je soupçonne fortement Apple de viser beaucoup plus large que la petite niche trompétée par le marketing du constructeur. Car les triathlètes, les aventuriers des montagnes et des déserts, ou encore les explorateurs des grands fonds marins seront probablement mieux servis par des montres sportives vraiment spécialisées. Alors c'est entendu, l'Apple Watch Ultra a une grosse batterie et un bouton programmable, des demandes récurrentes de la part de ces communautés.

On saluera aussi la durabilité (et la légèreté) du titane, les excellents bracelets, le grand écran très lumineux ou encore la qualité et la quantité des données collectées par la montre. Et puis ce nouveau design, on peut l'aimer ou pas, mais l'Ultra marque enfin un vrai changement par rapport à ce qu'on connait depuis la toute première Apple Watch.

Mais même si l'autonomie est exceptionnelle pour une Apple Watch, on reste assez loin de ce que peuvent proposer des modèles concurrents sur le même créneau : pour reprendre l'exemple de l'Epix 2, Garmin annonce 42 heures en mode GPS, c'est 30 heures de plus qu'avec l'Ultra.

Apple n'a également toujours pas résolu son problème de données. L'Apple Watch Ultra en collecte un volume considérable tout au long de la journée et de la nuit, il suffit de se rendre dans l'app Santé pour être assailli de graphiques et d'informations en tout genre. Hélas, l'application n'offre toujours pas de synthèse compréhensible, se contentant de multiplier les encarts explicatifs qui au bout du compte, ne renseignent pas tellement plus. Et peuvent même se révéler anxiogène…

Est-ce que 9,9 cm, c'est bien comme oscillation verticale ? 59 BPM de fréquence cardiaque au repos, c'est correct ou c'est trop par rapport à ma tranche d'âge ? Ma puissance de course à 245 watts, ça dit quoi sur ma foulée ? Ma température au poignet, j'en fais quoi ? L'application Forme présente bien des tendances qui me félicitent quand l'anneau Bouger est plus élevé ou quand la moyenne de distance en course augmente, mais ça reste assez léger.

Sur le plan sportif, Apple s'est enfermée dans son concept d'anneaux à boucler chaque jour. C'est bien adapté pour tous ceux qui pratiquent du sport à petites doses ou qui veulent se remettre en forme. Les athlètes ont plus de mal à s'en contenter, et ce n'est pas avec l'Apple Watch Ultra qu'ils seront mieux servis.

Polar propose par exemple un calculateur d'allure qui va estimer le temps que vous ferez sur une distance donnée. Garmin évalue quand on est prêt pour s'entraîner ou quand le corps a besoin de se reposer. Apple a les moyens et toutes les données nécessaires pour développer des algorithmes capables d'en faire autant, et peut-être même plus.

Ça finira peut-être par arriver : Apple ajoute bien des fonctions supplémentaires au fil du temps, comme par exemple l'oscillation verticale, le temps de contact au sol et la puissance avec watchOS 9. Mais on n'achète pas une promesse (surtout quand Apple ne promet rien !).

Apple Watch Ultra : les lacunes qu

Apple Watch Ultra : les lacunes qu'Apple doit combler

Reste la question du prix, qui ne se posera pas à tous ceux dont le budget « montre connectée » est serré. Ils pourront se tourner vers une Apple Watch SE (à partir de 299 €) ou tout simplement une Series 8 alu (à partir de 499 €), qui sont toutes deux d'excellents choix offrant des prestations très complètes.

Mais si vous lorgnez sur une Series 8 plus cossue en acier inoxydable à 849 € (899 € en 45 mm), c'est vrai qu'une Apple Watch Ultra peut faire de l'œil — après tout, à ces niveaux de prix, on n'est plus à une centaine d'euros près ! Surtout qu'on en a pour son argent, au niveau matériel tout du moins. Quant au design et à la place que l'Ultra prend sur le poignet… c'est à vous de voir si vous avez besoin de compenser !

Merci à Anthony et Christophe pour le coup de main !


  1. Par défaut, maintenir le bouton d'action active automatiquement la sirène, c'est une option que vous voudrez peut-être modifier dans les réglages.  ↩︎

Prix :

999 €

Note :

Les plus

  • Enfin une nouvelle proposition de design
  • Le titane, ça tatane
  • Version cellulaire d'office
  • Promesses plus que tenues sur l'autonomie
  • Grand écran

Les moins

  • Une montre pas aussi sportive ou baroudeuse qu'Apple le promeut
  • Le logiciel en retrait
  • Un seul cadran exclusif et mode nuit limité

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner