Pourquoi le casque de réalité augmentée d'Apple n'intéresse personne ?

Mickaël Bazoge |
Club iGen 👑

Cet article réservé initialement aux membres du Club iGen est exceptionnellement en accès libre à compter d'aujourd'hui. Pour découvrir tous les articles exclusifs du Club iGen et d'autres avantages, abonnez-vous !

Les actus sur la réalité augmentée que nous publions sur WatchGeneration comptent parmi les moins lues et les moins commentées. Il n'y a guère que les jeux vidéo qui suscitent encore moins d'intérêt (et on le regrette). Pourtant, dans quelques mois, Apple devrait lancer son premier casque de réalité mixte : pourquoi cela n'intéresse personne ?

Ce n'est pas tous les jours qu'Apple se lance dans une nouvelle catégorie de produits. L'effervescence avant le lancement de l'iPad et, plus récemment, de l'Apple Watch, a pourtant marqué les esprits et permis à ces produits de s'installer rapidement en tête des ventes sur leurs marchés respectifs.

Le casque de réalité mixte d'Apple, à vous d'imaginer la drôle de vie qui va avec. Concept : Antonio DeRosa.

À quelques mois — peut-être, qui le sait vraiment ? — de la présentation par Apple de son casque de réalité possiblement mixte (réalité augmentée + réalité virtuelle), c'est morne plaine. Les rumeurs ne manquent pourtant pas mais rien à faire, ce projet fait au mieux hausser les épaules. Mais alors, bon sang de bois, pourquoi est-ce que cet appareil n'arrive pas à passionner les foules ?

Parce que Tim Cook

Tim Cook est certainement un excellent directeur des opérations et un chef d'orchestre de grand talent à la tête d'Apple… mais c'est vrai qu'il n'est pas spécialement inspirant. On ne doute pas de son intérêt pour la réalité augmentée, mais son discours convenu servi à longueur d'interviews a fini par vider de sa substance tout enthousiasme autour de ce projet. À tel point que sa passion pour la réalité augmentée paraît désormais complètement dévitalisée.

Le pire en la matière a probablement été la déclaration donnée au New York Times en avril 2021, durant laquelle il a présenté une vision vraiment plan-plan et basique de la réalité augmentée : avec cette technologie, a t-il dit, on va pouvoir égayer les conversations « avec des graphiques ou d'autres choses qui pourraient apparaitre ».

En août de la même année, Tim Cook est revenu à la charge en décrivant un graphique que l'on pourrait manipuler avec les mains pendant une discussion en ligne.

Autrement dit : Numbers en réalité augmentée. Super.

Pour être tout à fait honnête, le patron d'Apple a aussi expliqué que la réalité augmentée avait toute sa place dans les secteurs de l'éducation, du jeu vidéo, de la vente au détail, de la santé… Mais en restant toujours très vague sur les bienfaits attendus. Tellement vague que ces déclarations n'évoquent rien de très concret ni d'excitant.

Et même lorsqu'il sort un tout petit peu des clous d'une communication surmaîtrisée, c'est l'encéphalogramme plat : « Vous allez voir ce que nous avons à vous proposer », a-t-il ainsi récemment annoncé dans une émission chinoise.

« Je ne pourrais pas être plus enthousiaste pour les opportunités de ce secteur »…
… « alors restez à l'écoute et vous verrez ce que nous avons à vous proposer ».

Ce n'est pas grand-chose, mais c'est la confirmation — s'il en fallait une — qu'Apple prépare quelque chose dans ce domaine. Pourtant, cette déclaration n'a pas provoqué un torrent de spéculations, en dehors de sa reprise sur les sites internet intéressés par l'actualité d'Apple. On est loin du tsunami de réactions que suscitaient, à l'époque, la moindre indiscrétion sur la tablette ou la montre connectée avant leurs lancements.

Pourrait-il en être autrement ? Au vu des enjeux, cela parait difficile : si Tim Cook en dit trop, il prend le risque de gâcher la surprise et il ne fait aucun doute qu'Apple veut marquer le coup. S'il n'en dit pas assez, il ne provoque pas l'emballement indispensable à l'adoption d'une technologie qu'Apple a le plus grand mal à imposer dans ses smartphones.

C'est que l'enthousiasme initial autour des apps de réalité augmentée est retombé comme un soufflé. ARKit, dont la première version a été lancée en 2017 avec iOS 11, a permis de créer toutes sortes d'expériences (14 000 apps, selon le dernier pointage de Tim Cook), mais elles souffrent toutes d'un mal fondamental : porter l'iPhone, ou pire l'iPad, à bout de bras finit rapidement par fatiguer.

Démo d'ARKit durant la WWDC 2017. Image : Apple.

La logique aurait été qu'Apple lance rapidement un nouvel appareil pour profiter au mieux de cette technologie. Si le casque était sorti en 2019 ou en 2020, il aurait pu éventuellement surfer sur l'engouement des développeurs pour ARKit.

Le projet de casque de réalité augmentée serait en développement depuis 2015, et visiblement Apple a pris beaucoup de retard dans ce projet. Jony Ive en particulier aurait refusé la proposition d'un appareil très puissant, obligeant l'équipe à remettre son ouvrage sur le métier, repoussant d'autant le lancement de l'appareil.

Les embûches de l

Les embûches de l'équipe chargée du développement du casque de réalité augmentée d'Apple

Parce que la vision

Avant le lancement de l'iPad en 2010, une tablette avait du sens, on savait instinctivement à quoi un tel appareil pourrait servir — même si à l'époque, beaucoup imaginaient simplement « un grand iPhone ». L'iPad a su s'affranchir petit à petit de cet écueil même si le cordon n'est pas encore tout à fait coupé.

Avant le lancement de l'Apple Watch en 2015, on pouvait imaginer assez facilement à quoi allait servir une montre connectée. Tout comme pour l'iPad, Apple n'était pas précurseur, d'autres tablettes et montres connectées avaient labouré le terrain. Il en va de même pour les casques de réalité augmentée et virtuelle, mais les exemples donnés par les produits existants ne sont pas spécialement emballants.

En dehors des usages « naturels » comme la vidéo immersive (Apple aurait passé commande de contenus auprès de studios hollywoodiens) et dans le jeu vidéo1, ce qui représente déjà de sacrés marchés mine de rien, les propositions de Meta ou de Microsoft n'ont en effet rien de franchement folichon.

Difficile de se projeter dans un avenir où les réunions se déroulent entre avatars. Une autre idée qui revient souvent, c'est de travailler dans un bureau virtuel, mais y est-on réellement plus efficace et productif que dans la vraie vie ? Quant aux belles images de Meta qui font miroiter la fusion entre la réalité et le virtuel, la technique n'est pas encore au point.

Ce qui ne veut pas dire que le monde du travail ne soit pas soluble dans le métavers, au contraire. Mais pourquoi répliquer dans le monde virtuel ce qui est pénible dans le monde réel ? Il y a un petit côté double peine… C'est plus facile à dire et à écrire qu'à faire, je le sais bien, mais puisqu'on est libéré des chaînes de la réalité, il devrait être possible de réinventer le travail plutôt que de le dupliquer bêtement.

La réalité augmentée a trouvé un marchepied dans l'entreprise, investie par les pionniers après le flop de leurs produits grand public : Google Glass ou encore Magic Leap. Ce sont des utilisations pointues et adaptées à ces métiers. Mais est-ce le marché visé par Apple ?

Ce problème de vision globale de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle n'est pas propre à Apple. L'industrie dans son ensemble tâtonne, ou invente des solutions à des problèmes qui n'existent pas. Dans le genre, il faut avoir la foi du charbonnier ou s'appeler Mark Zuckerberg pour croire dans le métavers au vu des avancées techniques actuelles, encore insuffisantes pour donner corps à ce projet fou. Ou tout simplement dans le concept même qui peut ne pas emballer.

Toutefois, on ne peut pas en vouloir aux acteurs du secteur technologique d'investir dans de nouvelles voies. Après tout, qui sait ce que nous réserve l'avenir ?

Si l'iPad a été un succès immédiat, pour l'Apple Watch ça a été plus long à se mettre en place et pour cause, il y avait manifestement un problème de vision stratégique : Apple voulait embrasser trop de fonctionnalités. En se recentrant sur le suivi de la santé et des activités sportives, l'Apple Watch a trouvé sa voie.

L'absence de vision pour un produit peut devenir un obstacle rapidement difficile à surmonter. L'Apple Watch s'en est sortie, mais le HomePod se traine ce problème comme un boulet. Présenté à la fois comme une enceinte et un assistant connecté, l'appareil ne fait très bien ni vraiment l'un (pas d'entrée audio, pas de diffusion Bluetooth), ni vraiment l'autre (Siri 🙄). Apple a tenté quelque chose d'un peu différent avec le HomePod mini, mais il est difficile de concurrencer les enceintes connectées à 50 € de Google ou d'Amazon.

Autant dire qu'Apple va devoir dérouler un argumentaire commercial aux petits oignons pour son casque de réalité mixte, qui devra par ailleurs justifier un prix qu'on annonce stratosphérique. Et ce n'est pas le seul problème qui va se poser.

Parce que l'appareil

C'est amusant de frissonner sur Resident Evil avec le casque PlayStation VR enfoncé sur la tête, ou encore de sentir poindre le mal de crâne (façon de parler) en regardant une série Netflix dans le théâtre virtuel de l'Oculus du Meta Quest 2. Mais vivre sa vie numérique, travailler ou encore assister à des réunions en portant un casque toute la journée ? Urgh.

Le projet Starbust présenté par Mark Zuckerberg, un monstre équipé de deux poignées pour pouvoir le mettre sur la tête.

On ne doute pas qu'Apple va faire le maximum pour proposer un produit au design qui tranchera avec les appareils actuels type Quest 2, mais un casque reste un casque et on imagine mal porter au quotidien un tel appareil devant ses yeux pendant plusieurs heures d'affilée. Le casque de Meta pèse un peu plus de 500 grammes, ça pèse au bout d'un moment sur le nez.

Meta, dont l'avenir est intrinsèquement lié au métavers (c'est dans son nom, après tout), a tout intérêt à démocratiser la réalité virtuelle. Et il faut reconnaitre que le Quest 2 est un appareil qui ne manque pas d'intérêt avec son prix de 349 €. Ce rapport qualité/prix et le contenu disponible expliquent le succès commercial de l'appareil, qui s'est retrouvé sous bien des sapins à Noël dernier.

L

L'Oculus Quest 2, un prototype du casque VR/AR d'Apple ?

L'avenir à moyen terme (avant les lentilles de contact connectées ?), ce sont les lunettes qui permettront de profiter de manière transparente et socialement acceptable des expériences de réalité augmentée. Mais comme l'a montré Meta il y a quelques jours, l'industrie est encore très loin d'avoir réussi la miniaturisation indispensable pour un dispositif léger et discret.

AR/VR : Meta ouvre ses placards au grand public et dévoile une vingtaine de prototypes de casques

AR/VR : Meta ouvre ses placards au grand public et dévoile une vingtaine de prototypes de casques

En mai dernier, Evan Spiegel le fondateur et patron de Snap, déclarait que les vraies lunettes de réalité augmentée n'existeront pas avant cinq ans. L'éditeur de Snapchat sait de quoi il parle, il est en pointe dans ce domaine avec ce prototype de Spectacles dévoilé il y a un peu plus d'un an.

En attendant, il faudra composer avec un casque qui restera probablement cantonné à la maison, alors que l'iPhone a au moins le mérite de proposer des expériences de réalité augmentée en mobilité.

Mais pourquoi pas ?

Est-ce que c'est déjà fichu pour le casque de réalité mixte d'Apple ? Non, bien sûr. Le lancement du produit va se faire a priori en deux temps, selon Ming-Chi Kuo : présentation en janvier 2023, distribution d'un kit de développement, disponibilité auprès du grand public aux alentours du mois de juin.

Cela laisse quelques mois à Apple pour faire monter la sauce, un peu comme le constructeur l'avait fait pour l'Apple Watch : présentée en septembre 2014, la montre a été commercialisée en avril 2015 avec un SDK dans l'intervalle. Le casque de réalité mixte pourrait suivre un calendrier similaire.

Et pour peu qu'Apple sache vendre sa vision de la réalité augmentée, peut-être que le dévoilement officiel de l'engin allumera la mèche de l'engouement auprès du grand public !

Portrait-robot du casque de réalité virtuelle et augmentée d

Portrait-robot du casque de réalité virtuelle et augmentée d'Apple


  1. La rumeur est d'ailleurs contradictoire à ce sujet, d'un côté la rumeur a comparé le casque de la Pomme à un « rêve de développeurs de jeux », de l'autre on a parlé d'un dispositif qui ne serait pas très porté sur le sujet.  ↩︎


Source
Vignette : concept @Marcus Kane
avatar oomu | 

@cecile_aelita

ben débranches le casque...

ha non pardon y a le fameux "naaan si tu débranches sans passer par l'écran de fermeture de session de windows, y va mouriiiiir"

c'est comme le "taintain dadaaa, les Machines se sont soulevées et prennent le contrôle du monde" .. ben débranches l'alim mon frérot..
Ben y a toujours le fameux "nan ça marche po, les machines ont crées des capteurs solaires super efficace de la ouf qui tue qu'on était trop bête pour faire et on prit le contrôle de tous les centres de minage pour les ressources nécessaires !"

baaAAAah. Ces histoires sont toujours absurdes. Leur intérêt c'est le jeu d'acteur, la recherche artistique ou le propos sous-jacent plutôt que "la dystopie/monstre du jour" qui est toujours fumée.

avatar cecile_aelita | 

@oomu

D’accord 🙂

avatar oomu | 

@Leoowww

Sword art Online ?! mais la série ne vous a t'elle pas assez convaincu que c'est une mauvaise idée ? :)

avatar oomu | 

@Leoowww

puisque vous parlez de sword art online, je vous recommande l'anime Denoun Coil, qui a un propos très intéressant sur la Réalité Augmentée. Dépassez le style graphique (enfantin de prime abord), la série est une chouette allégorie sur la réalité, l'illusion consentie et les légendes urbaines.

avatar Oliviou | 

En tout cas vous avez trouvé le bon titre pour que tous ceux qui ne s’y intéressent pas (sont moi) lisent l’article !
De vrais professionnels.

avatar pocketalex | 

Ça fait 5 ans que j’explique (EDIT : que j’explique qu’à mon humble avis … ) que l’avenir c’est pas les casques mais les lunettes

Avoir devant ses yeux ses notifications, des informations contextualisees (en fonction de la géolocalisation… exemple le menu d’un restaurant), des expériences AR pourquoi pas et pourquoi pas aussi nos applications

Moi je serais heureux de troquer mon Pro Display XDR 32" par une paire de lunettes qui m’offre un espace de travail digne d’un 200"

Google Map, Waze ou Plans qui indique les directions directement devant nos yeux

Ça, ça a un intérêt, même de quoi abandonner les vrais écrans : Mac, iPad, iPhone, Apple Watch (l’occasion de revenir à des modèles classiques un peu plus élégants)

avatar zoubi2 | 

@pocketalex

+1

avatar oomu | 

@pocketalex

les lunettes c'est naze.

j'en porte, et je peux confirmer: y a jamais eu plus naze que de porter des lunettes.

avatar pocketalex | 

@oomu

Sinon il y a les lentilles mais outre un évident souci de miniaturisation, il y a aussi le fait de nombreux sont ceux, dont moi, incapable de porter ça

Et Sinon il y a les implants… l’avenir ?

avatar Tetaroide Bleu | 

"Il n'y a guère que les jeux vidéo qui suscitent encore moins d'intérêt (et on le regrette). "
Moi aussi, Mais pas sur IOS ou Apple TV, je préfère jouer sur ordinateur, voire console.

avatar ysengrain | 

Réalité augmentée, post vérité.
Décidément la sémantique en prend un sacré coup.

avatar fwally | 

Ce n’est pas parce qu’on a les outils pour le faire que c’est à faire.
Ça ne correspond ni à une demande ni à des usages.
Ça ressemble plus à un canular dans lequel tous s’engouffrent de peur de manquer quelque chose par rapport aux concurrents, ça coûte de l’argent, du temps d’ingénierie en r&d, etc, tout ça pour trouver des usages potentiels à une technologie dont on ne sait que faire mais qu’il faut désormais rentabiliser…

avatar oomu | 

ptet parce qu'il y a po de produit montré ni vendu ?

kénenanafout d'un futur potentiel probabiliste ?

La RV et RA ressemblent à des romans à destination des investisseurs.

avatar oomu | 

@oomu

"un produit probable est moins utile qu'un produit concret qui tient dans la main" est mon mantra.

On oublie qu'avant l'avènement de l'iphone, y a eu des démonstrations de oufs d'interface multi-touches par divers chercheurs, des démonstrations concrètes de ce que cela apporterait pour manipuler des contenus, puis qu'Apple a "subitement" montré un appareil complet, concret, avec des usages vraiment puissants et qui intéressaient déjà les gens AVANT tel qu'un super convivial baladeur musical, un téléphone avec une interface LISIBLE, internet dans la poche, etc.

Ces Envies d'Usages étaient déjà pré-existant, désiré, tenté d'être accomplis par diverses entreprises.

La micro-informatique dans les années 70 avait cette même fébrilité. Les machines étaient nazes, mais y avait une vraie appétence pour des loisirs vidéoludiques, des machines qui géreraient la compta, etc. Mais y a fallu Internet grand public pour que vraiment un ordinateur ait un usage réellement intéressant pour la quasi totalité des humains.

là aussi internet était le sujet de fantasme au sein de films de prospections technologies, de thriller, etc et romans, qui excitaient l'imagination. Parce que même en germe, le grand public pouvait voir que oui ça serait utile de communiquer plus facilement via un tel bidule.

De Neuromancer ce n'est pas se foutre un casque qui excitait le plus ou des lunettes de soleil bizarre : c'était la promesse d'un espace infini interconnecté. On l'a eu: ce sont les réseaux (as)sociaux. Bienvenue dans votre enfer.

-
Parlons Apple.

Quand Apple a présenté l'ipod puis l'iphone et même l'ipad, personne ne s'est dit sur le moment "boah Apple chercher n'importe quel levier de croissance"

Les geeks furent hébétés par l'ipod, voir senti trahis, mais personne n'y voyait un relai de croissance. L'appareil était concret et rapidement il fut adopté parce que super convivial et bien plus agréable qu'un Rio de Creative ou un lecteur Minidisc...

L'iPhone, l'iPad, ça semblait être des évidences: Apple les faisait parce qu'elle avait quelque chose de Cool, de MIEUX et donc : pouf opportunité de faire de l'argent.

alors que la Réalité Augmentée, on a l'impression de l'inverse.. même la Apple Watch et le homepod semblent de même : Apple ne les a pas fait parce qu'elle est tombée, elle a trouvé, elle a dégrossi un truc génial, excitant et qu'il faut absolument vendre pour exploser les potards, tel le mac ou l'iphone.

Mais plutôt comme une obligation de diversifier, de faire de la croissance. Y a d'abord la pression par le Marché et les Investisseurs de produire de la croissance et APRES un objet. Et cet objet en lui même n'a pas de sens.

La Apple Watch a à peine du sens, et on a l'impression que tel le Jeux Vidéo sur iPhone, c'est tombé sur Apple par hasard...
Le HomePod est absurde et apple n'avait pas envie d'en faire un extraordinaire produit (oui, y a la finition apple habituelle, mais concrètement: interface aux fraises, compatibilités aux fraises, pire que tout ce qu'Apple a produit, Siri est sous-développé, peu d'usage, hormis être une belle enceinte: la belle affaire y a déjà des tonnes de _belles_ enceintes + complètes et UTILES !)

La réalité augmentée c'est PIRE :

Apple communique dessus régulièrement depuis 6 ans par là
et y a RIEN. RIEN qui semble intéresser qui que ce soit, et encore moins les employés d'Apple.

La RV et RA ressemblent effectivement à du roman pour Investisseurs et donc à un Enfer pour le consommateur.

avatar iPop | 

@oomu

On peut encore ajouter une ligne ? 😉

avatar love_leeloo | 

peut être parce qu'on veux vivre dans le réel et pas dans le virtuel :D

avatar florent.brie | 

Attention de bien différencier le VR du AR !
L’un nous plonge dans un monde virtuel, coupé du monde extérieur alors que l’autre nous laisse dans le monde réel avec des infos ou incrustations.

avatar oomu | 

@florent.brie

en effet ça n'a rien à voir

L'un nous fout un casque lourd, qui provoque du vertige et y fait chaud (et sac à bactérie: ne le prêtez pas sans bien le nettoyer) et permet d'avoir son ersatz de Half Life et un Resident Evil enfin angoissant...

L'autre permet de transformer la réalité en une abomination commerciale, d'incitations, d'incrustations et les SEULS exemples montrées dans des vidéos de "futurologues" furent des cauchemars de PUB (pour prévenir), et les propositions par des sociétés commerciales étaient à peine moins cauchemardesque, avec notre inénarrable Google ajoutant Google Plans et ses points de non-intérêts par dessus les belles rues et nos amis, et Microsoft ajoutant OFFICE (fouinez les archives de youtube) sous le nez des enfants.

Ce n'est pas excitant, c'est effrayant.

avatar Steekus | 

Peut être parce que c'est moche et relativement inutile au quotidien.

avatar fleeBubl | 

😀 Y pensait pourtant a un implant, direct !
Mais, ils se sont dit que les gens avaient beaucoup trop d’imagination pour pas y avoir déjà pensé, et que ça resterait mieux sans lunettes du tout. Déjà !😘

avatar oomu | 

@fleeBubl

un implant ?!

avatar oomu | 

ça n'a tout simplement aucun usage que souhaite un être humain.

La réalité virtuelle, concrètement (achetable) existe depuis les années 90s (oui ! y a eu des casques, avec suivi des mouvements, certes basiques et les graphismes étaient basiques mais suffisant pour savoir que c'était déjà ennuyeux un jeu 3D et vite fatigant. Les gens ont vite adoré les dooms et autres call of)

la réalité augmentée, elle, y a quantité d'oeuvres, de séries télés de par le monde pour en défricher des usages et ça n'a jamais fait rêver les gens, pas la jeunesse ni même les geeks. contrairement à internet, les robots, les hologrammes, les ordinateurs de poches, les écrans plats partout, etc.

c'est pourtant très simple : vous n'avez PAS envie de porter des lunettes.

J'en porte des lunettes

et c'est NAZE !

Pourquoi voudriez vous affliger cela même une seule heure ?

et ça pour vous ajouter des pubs et des injonctions à être en colère du dernier politicien du jour et où faire popo au boulot ?

Pourquoi voulez vous AJOUTER à votre Réalité les malheurs et considérations d'Autrui (les entreprises et "plateformes" soit disant à venir) ?

Posez vous sérieusement cette question.

Et aussi, les innombrables problèmes de vues que cela pose à une IMPORTANTE partie de la population

alors je sais que vous avez 20 ans et que vous vous pensez bionique infini avec vos yeux d'aigles... Mais : jeune vous avez pas envie de vous emmerder avec des lunettes, tout juste un casque mais pour faire de la moto à travers les grandes plaines et vivre.

et à 40 ans c'est la merde : vous imaginez vraiment les entreprises informatiques s'adapter aux réalités des prescriptions, des ophtalmologues, des renouvellement tous les deux ans des lunettes de vue, des problèmes d'amblyopie, de lumière, d'opérations etc ?

Et en plus c'est un problème qui cherche une solution : il vous faut un écran pour suivre internet, la famille, le plan de la rue et écouter un chouette podcast et lire le Oomu se plaindre ? Vous avez déjà cela ! dans la main ou le poignet.

Il y a un Avenir à inventer, et un Avenir qui va arriver. Mais il n'est pas dans des lunettes de réalités augmentées par des plateformes en ligne avec leurs ajouts de pubs et popups et injonctions d'être malheureux des aigris de twitter.

Il y a d'autres technologies pour rêver.

avatar oomu | 

La RV et Réalité Augmenté grand publique sera probablement une console de jeu nintendo pour quelques mario et wario super inventifs , entre famille et amis, puis rangée dans un tiroir en attendant le prochain anniversaire.

je l'appellerai intelligemment virtua boy.

-
je suppose que vous avez tous un casque sony sur ps4. HA ! et pourtant y a des gens qui se sont arrachés le cul pour faire 5..heu.3... non DEUX magnifiques titres, dont l'un avec une souris et l'autre qui n'est pas Half Life 3.

Le reste sont des expériences ludiques qui sont amusantes le temps d'une soirée avec des potes, ou qui ne concernent que vraiment les passionnés qui recherchent l'Exploration du possible, de la sensation. Mais ça reste anecdotique.

avatar oomu | 

second life existe déjà : c'est second life

et personne en a eu à fiche (sauf bien sur les passionnés du jeu de rôle: de se vivre différemment, une apparence autre, et les passionnés de technologies à la Oomu)
sauf les marketoïdes qui ont trouvé pendant 2 ou 3 mois une excuse pour faire parler de leur marque...

puis on est revenu à de la réclame classique avant le film.

avatar oomu | 

Mes arguments finaux:

- Google Glass is still misunderstood, says the guy who wore them in the shower
https://www.cnet.com/tech/tech-industry/google-glass-is-still-misunderstood-says-the-guy-who-wore-them-in-the-shower/
Article de 2015. Par le plus grand passionné qui a démontré que c'était naze, Robert Scoble.

- In punishing tech enthusiasm, we hurt ourselves
https://thenextweb.com/news/in-punishing-tech-enthusiasm-we-hurt-ourselves
De la défense de Palmer Luckey qui a formidablement aidé à montré que la RV était ridicule
Article de 2015 ! y a 7 ANS !

- Google, don't be secretive
https://edition.cnn.com/2014/05/12/opinion/rushkoff-google-glass/
Robert Scobble faisant de son mieux pour prouver que ce n'est PAS cool
Article ahurrisant de 2014 ! Y a 8 ANS.

Bref, ce n'est pas de l'avenir

c'est du passé

et vous avez déjà dit non à ce futur antérieur.

avatar JJ59 | 

« Accès libre »
La tristesse …

avatar nicopulse | 

Aussi inutile que toutes les saloperies inventés par l'industrie de la micro-électronique depuis 50 ans.

L'homme à inventé les vaccins et à voyagé sur la lune SANS.

Le monde occidental était bien plus puissant et rayonnant ALL AROUND the word à l'époque ou la micro-électronique n'existait pas.

Cacapple nous prépare un nouveau monde inutile et finira comme facebook : dans les poubelles de cette industrie.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR